Nicolas-Charles OUDINOT

bar-le-duc (Meuse) 1767 –1809–1847 PARIS

maréchal de l'Empire
duc de reggio  

Parti : au 1, de gueules à trois casques tarés de profil d'argent, 2. 1 ; au 2, d'argent au lion de gueules tenant de la patte dextre une grenade de sable enflammée de gueules ; au chef brochant des ducs de l'empire

                                                                                                                                                                                                            Oudinot en jeune Lt-Colonel du 3ème Bataillon de la Meuse en 1792,
                                                                                                                                                                                            par Raymond Auguste Monvoisin. 

 

Nicolas-Charles Oudinot est né à Bar-le-Duc (où l'on trouve sa statue), le 25 avril 1767.

Voici son acte de naissance (A.D. 55) : (merci à D. Contant !)

Du 25 avril 1767

Nicolas Charles fils légitime de Nicolas Oudinot et de Marie
Anne Adam son épouse, est né et a été baptisé le vingt cinq avril
mil sept cent soixante sept. Il a eu pour parrain Jean Charles et
pour marraine Anne Martin qui ont signé avec moy. Gauthier
Jean Charles Anne Martin                                           ..........

Oudinot, sera un des trois maréchaux de la campagne d'Autriche de 1809 (celui nommé "par l'armée").

16- 18 OCTOBRE 1813 : BATAILLE DE LEIPZIG

Apelstein 13 Oudinot (Markkleeberg, Dösener Weg)

L'Apelstein 13 marque la position, le 16, du Ier Corps de Jeune Garde d'Oudinot.  Il était opposé aux troupes de Kleist (Apelstein 4) et de Bianchi (Apelstein 12).  Pour Oudinot, cf. aussi l'Apelstein 33.

N.

QUDINOT (sic!)
Herzog v.
Reggio
3. u. 4. Division
der jungen Garde
12 000 M.

13.

 

Hélas, lors du dernier remplacement de la stèle, on écrivit le nom d'Oudinot avec "Q" : QUDINOT !!!


Vue du champ de bataille près de la stèle 13.

V.

 

Schlacht

bei

WACHAU

16. Oktober

1813

 

 

13.

Dr. Theodor Apel 1863


Panorama vers le sud, à partir de l'Apelstein 13.
(51°17'0.33"N  12°25'0.64"E)

Apelstein 33 Poniatowski - Augereau - Oudinot (Dölitz, Rembrandtplatz)

Au nord-ouest de Dölitz, la stèle 33 regroupe de très nombreuses unités :  le VIIIème Corps de Poniatowski, le IXème Corps d'Augereau et les 3ème et 4ème divisions du Ier Corps de Jeune Garde d'Oudinot.  Le 18, ces troupes défendirent les environs de Connewitz et de Lössnig contre les attaques autrichiennes. (Cf. aussi les Apelsteine 3, 11 et 13.) Cette nouvelle stèle fut placée en 1997, l'ancienne fut transférée dans la cour de la Torhaus Dölitz.

On la trouvera non loin de l'Österreicherdenkmal de Lössnig.

N

 

PONIATOWSKI

AUGEREAU

VIII. u. IX. CORPS

OUDINOT

III. u. IV. DIVISION

D. JUNG. GARDE

30000 M.

 

 

33

N Schlacht bei LEIPZIG am 18. October 1813  33. (?)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La stèle 33 d'origine a été placée dans la cour de la Torhaus Dölitz.

Il est également le plus blessé des maréchaux ("le maréchal aux 34  blessures"), ce qui ne l'empêchera pas de s'éteindre paisiblement à l'âge de 80 ans en tant que gouverneur des Invalides, fonction à laquelle il avait succédé à Moncey.

34, 22 ou 27 blessures ?

Voici donc la liste officielle figurant à la rubrique correspondante de ses états de service clos à sa mort en 1840. Elle ne compte pas moins de 27 blessures :

- balle à la tête à Buxvillers le 6 frimaire an II
- jambe fracassée à la prise de Trêves
- cinq coups de sabre à la tête et au corps ; balle dans le corps, à Neckrau, le 16 vendémiaire an IV
- balle dans la cuisse à Ingolstadt
- trois coups de sabre sur le bras et deux au col à Gampsheim
- balle dans la poitrine près de Zurich
- balle dans l'omoplate à Schwitz
- balle en pleine poitrine à Zurich
- balle traversant la cuisse à Hollabrunn
- jambe brisée et un cheval tué sous lui à Dantzig
- contusions et un cheval tué sous lui à Friedland
- coup de sabre au bras à l'Ile Lobau
- balle à l'oreille à Wagram
- grièvement blessé par un biscaïen à l'épaule à Polotz
- balle dans le côté à la Bérézina
- éclat de bois à Pletchitzoë
- contusion et un cheval tué sous lui à Leipzig
- les deux cuisses éraflées par un boulet à Brienne
- balle en pleine poitrine à Arcis-sur-Aube
- balle à la tête à Bar-sur-Ornain le 28 mars 1814.

ou 22 ?

- coup de feu à la tête 17.12.1793
- jambe fracassée par coup de feu 08.08.1794
- blessé de 5 coups de sabre à la tête et d'un coup de feu 18.10.1795
- 4 coups de sabre et cuisse transpercée par une balle 11.09.1796
- une balle à la poitrine 04.06.1799
- balle à l'omoplate 14.08.1799
- balle en pleine poitrine 25.09.1799
- cuisse transpercée par balle 16.11.1805
- jambe cassée par chute de cheval en service 14.06.1807
- blessé coup de sabre au bras 22.05.1809
- blessé balle à l'oreille 06.07.1809
- grièvement blessé biscaïen épaule 18.08.1812
- blessé balle dans le côté (la seule où on a ce détail) 28.11.1812
- les deux cuisses éraflées par boulet 29.01.1814
- balle en pleine poitrine (amortie par sa plaque de grand aigle) 20.03.1814

Ces deux listes sont extraites de : "De la difficulté d'apprécier les blessures des officiers des armées napoléoniennes" par Jean-François LEMAIRE dans HISTOIRE DES SCIENCES MÉDICALES - TOME XL - № 4 - 2006.

Il repose donc dans la crypte des Gouverneurs, avec tant d'autres gloires militaires de la France.

 

 

Cs Ns OUDINOT DUC DE REGGIO

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

né à bar-le-duc le 26 avril 1767,

chef du 3e baton de la meuse en 1791,

commandant en chef

les grenadiers et voltigeurs réunis en 1805,

maréchal de france en 1809,

mintre d'état et pair de france en 1814,

commandant en chef

la garde natle de la seine en 1815,

gd chancelier de la légion d'honr en 1840,

gouvr des invalides le 21 8bre 1842,

mort à l'hôtel le 13 7bre 1847.

 

Priez pour lui !

 

 

 

 

Il a également sa statue, par Joyeux, dans une niche, rue de Rivoli.

 


Collection Hachette : Maréchaux d'Empire, Généraux et figures historiques (Collection de l'auteur)

© D.Timmermans

Retour à la page Maréchaux

Retour à la page d'accueil