Jean-Mathieu-Philibert Sérurier
(1742-1804-1819)
maréchal de l'Empire
comte de l'Empire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sérurier en Lieutenant-Colonel
au 68e de Ligne en 1792
par F. Delancé.

   

 

Jean Sérurier est né à Laon le 8 décembre 1742, au 3 de la rue qui porte aujour'hui son nom, dans
l'hôtel des Chevaliers, un hôtel particulier du XVIIIe siècle

C'est aujourd'hui un hôtel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa ville natale eut longtemps la statue d'un de ses plus célèbres fils. Elle fut inaugurée le 23 août 1863 devant l'hôtel de ville. C’était une œuvre de Doublemarte. Elle fut enlevée par les Allemands, le 12 novembre 1917.  Réédifiée après la guerre, elle fut placée en 1934, sur la promenade de la Couloire. Elle est à nouveau enlevée par les Allemands au cours de la Seconde Guerre mondiale.  Il n'en reste malheureusement plus que le socle, contre la muraille de la ville.

 

Au

Maréchal

Sérurier

ses concitoyens

1742-1819

Il existe pourtant encore une statue de Sérurier, celle-ci au pied de la citadelle de Verdun.

 

Il y est représenté dans ce qui est sans doute son "fait d'armes" le plus important de l'Empire :

l'incinération des 1.417 drapeaux pris à l'ennemi au cours des guerres de la Révolution et de l'Empire !

Il est un des quatre maréchaux honoraires. La totalité de sa carrière militaire active se déroula avant l'avènement de l'Empire. Il fut nommé gouverneur des Invalides le 23 avril 1804, fonction à laquelle il succéda à Berruyer.

Il restera dans l'histoire de l'Empire -et dans l'histoire tout court- comme celui qui aura organisé le plus grand et le plus glorieux autodafé de l'Histoire. Dans la nuit du 30 aux 31 mars 1814, il ordonna l'incinération, dans la cour des Invalides, des 1.417 drapeaux pris à l'ennemi au cours des guerres de la Révolution et de l'Empire, ainsi que d'épée et des insignes de Frédéric II de Prusse.  Les cendres furent ensuite jetées à la Seine.

Après les Cent-Jours, il fut relevé de ses fonctions de gouverneurs des Invalides. Pour cette raison, à sa mort, le 21 décembre 1819, il ne fut pas enterré dans la crypte des Gouverneurs mais au Père-Lachaise (39 division, près du monument Murat).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ici repose

le comte Jean, Mathieux*,

Philibert Sérurier,

maréchal et pair de France,

grand-croix de l'ordre royal

et militaire de Saint-Louis

et de la Légion d'honneur,

grand-croix de l'ordre

de la couronne de fer.

Né à Laon

le 8 décembre 1742,

Mort à Paris le 4 décembre 1819.

*sic

Ce n'est que le 26 février 1847 qu'il prit place qui lui revenait, dans la crypte des Gouverneurs des Invalides, et qui lui avait été refusée pour des raisons politiques. Sauf erreur de ma part, aucune plaque dans l'église n'indique sa présence dans la crypte.

Ce qui n'est plus que le cénotaphe du Maréchal Sérurier a été restauré par l'ACMN en 2002. On remarquera, à l'extrême gauche, le monument Murat, et, à gauche, la tombe du général comte Louis Leclerc des Essarts.

C'est encore actuellement la tombe de son épouse.

LOUISE MARIE

ITASSE

VVE DE MR LE MAL

SÉRURIER

DÉCÉDÉE À VERSAILLES (SEINE ET OISE)

LE 2 MARS 1828

À L'ÂGE DE 77 ANS

 

Photos D. Timmermans

Le maréchal Sérurier joue décidément de malchance, car si sa statue à Laon fut détruite pendant la Seconde Guerre mondiale, celle par le sculpteur Tourquet, destinée à une des niches du Louvre, rue de Rivoli, ne fut jamais réalisée.


Collection Hachette : Maréchaux d'Empire, Généraux et figures historiques (Collection de l'auteur)

Retour à la page Maréchaux

Retour à la page d'accueil