Édouard-Adolphe-Casimir-Joseph MORTIER

Le Cateau 1768 - 1835 Paris

maréchal de l'Empire
duc de TRÉVISE

Armoiries du duc de Trévise

Ecartelé : aux 1er et 4e, d'or à la tête de cheval de sable, celle du 1er quartier contournée ; au 2e, d'azur au dextrochère d'or, armé de toutes pièces, et tenant une épée d'argent ; au 3e, d'azur au sénestrochère d'or, armé de toutes pièces et tenant une épée d'argent ; au chef des ducs de l'empire, brochant sur l'écartelé.

 

 

 

 

 

 

Mortier en Capitaine au 1er Bataillon du Nord en 1792.
 

Édouard-Adolphe-Casimir-Joseph MORTIER est né au Cateau, dans le Nord, le 13 février 1768. Une stèle marque l'emplacement de sa maison natale, 9, rue du Maréchal Mortier. Son père était  marchand de toiles et député du Tiers-état aux états-Généraux.

Placé en 1791comme lieutenant dans le régiment de Carabiniers, mais ne rejoignit pas et entra dans1er Bataillon de volontaires du Nord, où il fut élu capitaine lors de sa formation, le 1er septembre 1792. Il eut un cheval tué sous lui à l’affaire de Quiévrain, le 28 avril 1792. Il était à Jemappes (6 novembre 1792), à la prise de la citadelle de Namur, puis à Neerwinden (18 mars 1793) et à Pellenberg, près de Louvain. (Note : il n'est pas clair s'il s'agit d'un combat de 1793 ou de celui de Pellenberg de 1794, auquel Ney participa) Pendant le siège de Valenciennes (25 mai - 28 juillet 1793), il se maintint pendant six heures sur la rivière de Persian (Note : aucune rivière de ce nom) avec 150 hommes, après l'évacuation du camp de Famars et ne rejoignit l'armée à Bouchain, que le lendemain à 4 heures du matin. A la bataille d'Hondschoote (7-8 septembre 1793), sa conduite lui vaut le grade d'adjudant-général, conféré le 16 octobre suivant. Il se trouva au combat d'Eskelbech (?), où le 1er bataillon du Nord, auquel il appartenait, se couvrit de gloire en s'emparant de ce poste important que les Anglais et les Hanovriens avaient fortement retranché. Chef d'état-major de division en octobre 1793, blessé d'un coup de mitraille au déblocus de Maubeuge, le 16 octobre, au moment où il s'emparait du village de Dourlers, pris et repris 3 fois dans la journée. Il se signala de nouveau à Mons, à Bruxelles, à Louvain (Pellenberg, confusion avec le combat en 1793 ?), à Fleurus (20 juin 1794).Il se trouva, le 3 octobre 1794, au passage de la Roer, effectué par l'armée française après un combat très vif. Il marcha sur le Rhin avec le corps que le général Kléber commandait, et qui fit le siège de Maastricht. Il y fut spécialement chargé par le général Poncet de l'attaque du fort Saint-Pierre, qui se rendit par capitulation. Il se trouve sous les ordres de Marceau au passage du Rhin à Neuwied.

En 1796, il eut le commandement des avant-postes de l'armée de Sambre-et-Meuse sous le général Lefebvre. Le 31 mai 1796, il repoussa les Autrichiens au-delà de l'Acher. Le lendemain, le général Lefebvre passa la Sieg, et culbuta les Autrichiens dans les plaines d'Enns: Mortier prit encore part à cette action. Le 4 juin, jour du combat d'Altenkirchen, Mortier fut chargé de tourner la position de ce nom, pendant que le général Lefebvre, attaquant les ennemis de front, défit complètement le prince de Wurtemberg, auquel il prit 6000 hommes et 11 pièces d'artillerie. A la bataille de Friedberg (en Hesse) (le 10 juillet 1796), Mortier passa de vive force la Nidda, à la tête de l'avant-garde du général Lefebvre. Le 4 juillet, il commanda la colonne du centre de celte avant-garde, attaqua les ennemis mis sur les hauteurs de Wildendorff, se rendit maître de la position après un combat très opiniâtre, et  fit 2.000 prisonniers. Il s'empara de Giessen le 8 juillet. La ville de Francfort-sur-le-Main ayant été cernée, le 13, par le corps du  général Kléber, Mortier fut chargé de porter au général autrichien Wartenslebeu, qui commandait dans la place, les propositions d'une capitulation, qui fut signée le même jour. Le 22, il enleva de vive force Gemmunden, où il fit un grand nombre de prisonniers et prit quinze bateaux chargés de munitions de guerre. Il entra, le 23, dans Schweinfurt, où il prit un dépôt de 2000 fusils; et, ayant chassé les ennemis au-delà du Main, il établit sa position sur les derrières des Autrichiens; ce qui obligea le général Wartensleben de quitter Wurzburg, et de se replier sur Bamberg. Le 6 août, au combat d'Hirscheid, Mortier remplaça l'adjudant-général Richepanse qui venait d'être blessé, et donna dans la mêlée de très grandes preuves de courage. Dans le rapport que Kléber fit de cette affaire, Mortier fut cité parmi les officiers auxquels le général appliquait cette phrase :"Avec de pareils chefs, on se dispense de compter le nombre de ses ennemis. "

Kléber ayant formé le projet d'attaquer l'ennemi sur les deux rives de la Rednitz, dirigea, le 7 août, son avant-garde, commandée par Lefebvre, sur la rivière de Wisent. Les Autrichiens occupaient, avec 1200 hommes d'infanterie, 600 chevaux et quelques pièces d'artillerie, le poste d'Ehermanstadt. Mortier, dont les forces étaient bien inférieures, les attaque avec tant de vivacité, qu'il les en chasse après une heure de combat, et reste maître de la position.

Le 8, il chasse également les ennemis de Greiffenberg. Le 11, il se présente devant le fort de Rothemberg dont la garnison était composé de troupes palatines et oblige ce fort de capituler après une première sommation.On y trouva 60 pièces de canon.

Chargé par le général Hatry de traiter directement de la reddition de Mayence avec l'électeur Dalberg, Mortier fit deux voyages à Aschaffenburg, et y conclut une négociation, d'après laquelle les Français occupèrent Mayence, le 30 décembre.

Après la paix de Campo-Formio, Mortier refusa le grade de général de brigade, et préféra prendre le commandement du 23e régiment de cavalerie. A l'ouverture de la campagne de 1799, il fut de nouveau nommé général de brigade : et ce fut dans ce grade qu'il alla prendre le commandement des avant-postes de l'avant-garde de l'armée du Danube. Il concourut puissamment à la prise de Lieptingen, le 25 mars. Mortier, à la tête de la 26e demi-brigade d'infanterie légère, attaqua les Autrichiens avec tant d'intrépidité et de résolution que ceux-ci nene purent résister, et laissèrent les Français pénétrer dans Lieptiugen. Il exécuta dans la même journée plusieurs charges vigoureuses, à la tête de quelques régiment de cavalerie.

Après le retraile de l'armée du Danube, Mortier resta détaché en avant d'Offenburg, avec un corps de 2 à 5000 hommes qu'il employa avec succès à contenir l'ennemi. Nommé général de division le 25 septembre 1799, il passa en cette qualité à l'armée d'Helvétie, où il reçut le commandement de la 4e division, forte de 6000 hommes. Il se trouva au passage de la Limath et attaqua vigoureusement le village de Wollisholfen, qui fut enlevé après une vive résistance de la part des Russes. Il combattit avec distinction dans les différentes affaires qui précédèrent et suivirent la prise de Zurich (25-26 septembre 1799), et seconda Masséna à opérer l'entière expulsion de l'ennemi du territoire helvétique.

Avec sa seule division, Mortier soutint ,à Mutten, tous les efforts du corps de Rosenberg, qui formait à peu près la moitié de l'armée russe. Après la défaite du général russe Korsakov et la mort du général autrichien Hotze, le général en chef Masséna marcha sur Schwitz, pour attaquer le feld-maréchal Souvarov dans le Muttenthal. Chemin faisant, Masséna rencontra le corps de Rosenberg, qu'il résolut d'attaquer dès le lendemain, avec la seule division du général Mortier et une brigade de la division Lecourbe. Effectivement l'attaque eut lieu, et Mortier s'y signala d'une manière brillante. Avec le feu de son infanterie et celui de son artillerie, il écrasa les nombreuses colonnes russes, rendit inutiles tous les efforts que fit l'ennemi pour conserver sa position, et s'en rendit maître.

Après celle affaire, Mortier fut employé à la poursuite des Russes, qu'il concourut à chasser entièrement du territoire helvétique. Il prit ensuite part aux opérations militaires contre les Autrichiens, dans le pays des Grisons, le Voralberg et le Tyrol. Il quitta l'armée d'Helvétie pour aller prendre le commandement de la 2e division de l'armée du Danube; mais un arrêté du gouvernement, en date du 29 mars 1800, l'appela bientôt après au commandement des 15e et 16e divisions militaires, dont le chef-lieu était Paris.


Déclaration du 8 Prairéal (sic) an II/28 may 1803 de Mortier aux "Hannovriens" (sic).

En 1803,après  la rupture du traité d'Amiens, et lors de la reprise des hostilités contre l'Angleterre, le premier consul Bonaparte confia au général Mortier le commandement d'un corps qui se trouvait en Hollande, et que 1'on destinait il s'emparer du Hanovre. Dès le 15 avril, Mortier quitta Nimègue, avec environ 12,000 hommes  Il traversa le Waal et  marcha coutre les troupes hanovriennes, qui se concentraient alors dans les comtés de Diepholtz et de Haya.  Les dispositions du général Mortier furent si bien prises, qu'après quelques combats assez peu importants, il force le 3 juin le feld-maréchal Johann Ludwig von Wallmoden-Gimborn à signer la Convention de Sullingen en préparation de la capitulation officielle des troupes hanovriennes près d'Artlenburg, qui sera effective le 5 juillet 1803.

Cette convention rendit les Français maîtres de tout l'électorat, et particulièrement des embouchures du Weser et de l'Elbe. Par suite de cette convention, le géneral Mortier, après avoir mis garnison dans Niembourg, où l'on avait trouvé 14.000 fusils, beaucoup d'artillerie et de munitions,  entra dans le Hanover le 5 juin 1803 et établit ses quartiers dans la Hardenbergsche Haus, une maison de 1747, Herrenhausen Strasse 10 à Hanovre.

Par la convention de Sublingen, l'armée hanovrienne devait se retirer derrière l'Elbe; mais le premier consul Buonaparte ayant improuvé celle clause du traité, Mortier dut se préparer à recommencer les hostilités, si l'armée du général Walmoden ne se rendait point à discrétion. Les  chefs  des vieilles bandes hanovriennes, convoqués dans un conseil tenu à Lauenburg, voulaient combattre et mourir, plutôt que de consentir  une capitulation qui allait les couvrir de honte; mais l'impérieuse loi de la nécessité contraignit ces braves à se soumettre; et, le 4 juillet une nouvelle convention leur imposa la condition de mettre bas les armes, et de les livrer à l'armée française: l'armée hanovrienne fut dissoute, et les troupes s'engagèrent par serment à ne point servir contre la France, avant d'avoir été échangées.


Photo Bernd Schwabe (Hannover) Wikimedia Commons

Il reçut du premier Consul les éloges les plus flatteurs et devint l'un des quatre commandants de la Garde consulaire. Le commandement de l'artillerie lui fut spécialement confié.

Maréchal de l'Empire le 19 mai 1804, commandant la 2ème Cohorte de la Légion d'Honneur et grand-officier de cet ordre(14 juin 1804).
Grand-Aigle de la Légion d'Honneur le 2 février 1808, il reçut quelque temps après la croix de l'ordre du Christ du Portugal.

En 1805, il commanda un des corps de la Grande Armée sous les ordres de l'Empereur.

Il commande l’infanterie de la Garde impériale pendant la campagne d'Ulm

Après la prise d'Ulm, Mortier fut détaché, avec son corps d'armée; et, ayant traversé le Danube à Linz, il dut manœuvrer sur la rive gauche de ce fleuve, pour empêcher le passage de l'ennemi de ce côté. Arrivé, le 10 novembre à Dürrenstein, il s'y établit avec sécurité pendant la nuit, ne supposant pas, d'après les reconnaissances qu'il avait fait faire, et les rapports qu'il avait reçus, qu'aucunes forces ennemies bien importantes se trouvaient près de lui. Cependant, 30.000 Russes attendaient que Mortier eût enfoncé ses troupes dans l'étroit défilé de Dürrenstein, se préparaient à faire mettre bas les armes à la colonne française. Le 11 au matin, les Russes firent commencer l'attaque par leurs tirailleurs, et bientôt après leurs nombreux bataillons prirent l'art à l'action. Un combat opiniâtre s'engagea Loiben. Les régiments 4e léger, 110 et 103e de ligne y écrasèrent les Russes, qui perdirent 6 drapeaux, 5 canons, 300 hommes tués et 4000 prisonniers. Ce succès des Français n'était cependant point aux Russes l'espoir de réussir à écraser le corps de Mortier. Pendant le combat de Loiben, plusieurs colonnes russes avaient filé par les hauteurs boisées qui dominent Dürrenstein. Le maréchal Mortier ignorait encore tout de que sa position avait de critique; mais, voulant attaquer Krems, et reconnaissant qu'il ne pouvait le faire avec les troupes harcelées et qui manquaient de munitions, il résolut d'attendre à Dürrenstein l'arrivée du général Dupont, qui faisait partie de son corps d'armée, et celle du parc de réserve d'artillerie. Vers le soir, Mortier, accompagné du général Gazan et d'une petite troupe de cavalerie, se porta au-devant du renfort qu'il attendait; mais à peine était-il parti, que le major Henriod, du 100e de ligne, voyant les hauteurs de Dürrenstein se couvrir de troupes ennemies, se hâte d'envoyer des ordonnances au maréchal, pour l'informer de ce qui se passait.

 

Mortier ayant été joint par ces ordonnances, revint en toute hâte, et faillit être pris par un corps de 1500 Russes, avec lequel son escorte échangea quelques coups de pistolet. Avant d'atteindre Dürrenstein , le maréchal, apercevant plusieurs colonnes russes qui se dirigeaient sur le chemin qui conduit à ce village, hâta sa marche pour arriver à un hameau où il croyait trouver des troupes de sa division; mais déjà ce hameau était occupé par les Russes. Les colonnes ennemies, qui débouchaient par Dürrenstein, étaient fortes d'environ 12,000 hommes, et l'une d'elles suivait un chemin resserré entre deux murs de' pierre sèche, pouvant donner le passage à 8 hommes de front. Par la marche de ces colonnes et la disposition de toutes les troupes russes, les 4000 Français qui occupaient le plateau de Leoben se trouvaient avoir devant et derrière eux deux masses énormes d'ennemis; à gauche, un escarpement qui n'offrait aucun débouché, et à droite, le Danube, sur lequel on n'avait aucun moyen de passage. Le maréchal Mortier et son état-major délibéraient sur les moyens de sortir de cette espèce de souricière, lorsque le brave major Henriod (du 100e de ligne) fit dire que, si l'on voulait seconder un mouvement qu'il allait faire, il répandait du salut de la division. Le projet du major fut approuvé par le maréchal et Henriod, l'adressant alors aux grenadiers qui formaient sa tête de colonne, leur dit: : "Camarades ! Nous sommes enveloppés par 30.000 Russes, et nous ne sommes que 4000 ; mais les Français ne comptent pas leurs ennemis. Nous leur passerons sur le ventre. Grenadiers du 100e régiment, vous aurez l'honneur de charger les premiers; souvenez-vous qu'ïl s'agit de sauver les aigles françaises." Le régiment entier répondit à cette courte mais énergique harangue: "Major, nous sommes tous grenadiers." Faisant alors tirer les 6 derniers boulets qui restent dans les coffres des seules pièces que possédait la division, Henriod ordonne la charge, et recommande à ses soldats de crier tous ensemble: "Point de quartier: ce sont les Russes." La colonne s'avance avec impétuosité sans répondre à une vive fusillade; et, dès que l'on est à 'portée, la première section enfonce sa baïonnette dans le corps des premières files russes, en déchargeant en même temps l'arme. Chaque section en fait autant, et se replie aussitôt par les côtés pour faire place à celle qui la suit. Enfin, au bout de trois quarts d'heure de pression, pendant lequel temps les Français, couvrant le terrain de Russes tués, avaient à peine gagné 200 pas, la tête de la colonne ennemie écrase son propre centre, que contenait la queue. Ce centre étouffé franchit alors ou renverse les murs pour échapper à une mort certaine, fuit à droite et à gauche, et se débande. Bientôt le désordre devient général parmi les ennemis, auxquels les ombres de la nuit dérobent le nombre de leurs adversaires: toute la colonne jette en partie ses armes, et se précipite confusément sur toutes les routes. Dans celle horrible confusion, quelques soldats russes, voulant éclairer leur retraite, mettent le feu au village de Loiben, où se trouvaient 500 de leurs blessés, qui furent tous brûlés. Le maréchal Mortier avait pris place dans la colonne d'attaque entre le 1er et le 2e bataillon du 100e régiment. Celle affaire mémorable coûta aux Russes 6000 hommes blessés ou tués, des drapeaux, des pièces d'artillerie, et des milliers de fusils. Le général Schmitt et  deux autres officiers généraux russes étaient au nombre du morts. Le maréchal Mortier, s'était ensuite porté en avant, rencontra l'armée entière commandée par le général Koutousov; et quoique le général français n'eut alors que 4000 hommes, il s'élança avec courage sur l'ennemi, et le culbuta. Ce combat, l'un des plus mémorables de la campagne, en fut aussi l'un des plus meurtriers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le monument commémoratif de la bataille des 10-11 novembre 1805.

 

 

 

Panorama à partir du monument, à l'est de Dürnstein (Vue d'est en ouest)

Napoléon, s'avançant dans la Moravie avec sa Grande Armée, laissa en arrière Mortier pour couvrir Vienne. En 1806, Mortier commanda le 8e corps de la Grande Armée, composé de troupes gallo-bataves, et fut chargé d'opérer dans la Hesse et le Hanovre. Il occupa la ville de Cassel, le 1er octobre, et soumit tout le pays sans combat. Il entra à Hambourg, au mois de novembre. Au moment de la signature de l'armistice de Charlottenburg, le 16 novembre, le maréchal Mortier gardait les embouchures de l'Elbe et du Weser, occupait le Hanovre, et pressait le siège des places de Hameln et de Nienbourg. A la reprise des hostilités, le corps du maréchal Mortier, qui formait l'extrême gauche de la Grande Armée, s'avança par le Mecklembourg vers la Poméranie suédoise. A son approche, toutes les troupes suédoises se retirèrent à Stralsund. Il s'occupa alors du soin d'envahir toute la Poméranie, pour resserrer Stralsund. Après avoir déposté les Suédois de Greifswald et de Grimmen, il s'occupa d'accélérer les préparatifs pour le siège de Stralsund. Anklam et les autres ports de la Poméranie étant tombés au pouvoir des Français, le maréchal mit en réquisition tous les bâtiments qui s'y trouvaient, pour transporter sa grosse artillerie. Vers la fin de février 1807, les batteries étaient achevées; mais la position de Stralsund, et le petit nombre de troupes qu'avait le maréchal Mortier, ne permettaient point de poursuivre le siège avec activité. Les assiégés firent plusieurs sorties vigoureuses, qui furent repoussées avec beaucoup de valeur. Au commencement d'avril, le maréchal, ne laissant qu'un cordon devant Stralsund, porta son quartier-général et une parlie de ses troupes à Grimmen. Il avait alors le dessein d'aller prendre le commandement immédiat du siége de Colberg; cependant il fut obligé de revenir sur ses pas, pour secourir le général Grandjean, qu'il avait laissé devant Stralsund. Il remporta un avatage marquant, le 16 avril, à Anklam, où le général suédois Armfeld fut grièvement blessé. Après cette affaire, le général Effen ayant fait proposer un armistice, Mortier l'accepta et cet armistice fut signé à Schlaskow, le 18. Le 8e corps resta en observation sur la Peene.


Hameln, avant les destructions de la Seconde Guerre mondiale.

Le maréchal se fit remarquer de nouveau à la bataille de Friedland, le 14 juin, en se maintenant à la gauche de l'armée, avec beaucoup de sang-froid et de fermeté, contre des troupes plus nombreuses que les siennes.

Le  2 juillet 1808, il fut nommé Duc de Trévise, et gratifié de 100.000 francs de rente sur les domaines de l'ancien électorat de Hanovre. Il fut fait gouverneur de Silésie, et peu après il commanda le 5e corps pendant la campagne en Espagne, concourut au siège de Saragosse, en 1809 et s'y distingua. Après la prise de cette place, le maréchal Mortier se mit en marche, avec son corps d'armée, pour se rendre dans la Castille, afin de soutenir les opérations des autres corps d'armée dans le midi de l'Espagne et sur les frontières du Portugal. Les 18-19 novembre 1809, il gagna la bataille d'Ocaña, où les Espagnols (selon D. Smith : 19.939 fantassins, 5000 cavaliers et 1500 artilleur avec 60 canons) furent dispersés et anéantis par les Français ( 24.000 fantassins, 5.000 cavaliers et 50 canons). Ce combat fut sanglant: les Espagnols y perdirent 4.000 morts et blessés et 14.000 prisonniers, ainsi que 50 canons et 30 drapeaux et 43.000 chevaux ! Les Français perdirent 90 officiers et 1.900 tués et blessés, dont le général Paris tué et le général Girard blessé.  Vainqueur à Fuente de Cantos (15/09/1810), il fut chargé du siège de Cadix. Il défit de nouveau les Espagnols à la bataille de Gebora, le 19 févier 1811. Le maréchal Mortier secourut ensuite les opérations du maréchal Soult contre Badajoz.(11/03/1811)

 

Rappelé d'Espagne, il fit partie de l'expédition contre la Russie, en 1812, et y commanda la Jeune Garde et est à Borodino. Lorsque l'armée française occupa Moscou, le duc de Trévise fut nommé gouverneur du Kremlin, et y fut laissé avec la Jeune Garde, quand l'armée commença sa retraite, le 19 novembre. D'après les nouveaux ordres qu'il reçut, le le duc de Trévise fit sauter le Kremlin, et se mit aussitôt en marche pour rejoindre la Grande Armée: il avait été obligé de laisser dans les hôpitaux de Moscou 1400 blessés russes et 700 malades français. Ces derniers, tombés au pouvoir des Russel, furent envoyés à Twer, sous la garde de quelques paysans qui les égorgèrent presque au sortir de Moscou. Poursuivi par des forces supérieures, le duc de Trévise combat à Krasnoë.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une des portes du Kremlin.

 
Panorama sur la Bérézina, vu de la rive ouest (Brill)

Il est attaqué lors de la bataille de la Bérézina et partage avec le maréchal Ney l'honneur de sauver les débris de la Grande Armée. Le maréchal Mortier fit tout ce que l'on pouvait attendre d'un bon capitaine et tout ce que permettaient les circonstances, pour sauver les troupes qu'il commandait.

Après celle fatale retraite de Moscou, il se rendit à Francfort-sur-le-Main, où il réorganisa la Jeune Garde sous le prince Eugène en janvier 1813. Il commanda toujours la Jeune Garde pendant la campagne de 1813. Il combattit à la tête de ce corps aux batailles de Lützen et Bautzen, commande l'aile gauche à Dresde (26/08/1813), est à Wachau, à Leipzig (16-18/10/1813)

16- 18 OCTOBRE 1813 : BATAILLE DE LEIPZIG

Apelstein 09 Mortier (Liebertwolkwitz, Südstrasse)

La stèle N° 9 marque l'emplacement des 2ème et 4ème divisions de Jeune Garde commandées par Mortier.  Elles étaient opposées aux troupes autrichiennes de Klenau (Apelstein 8).  Mortier figure aussi sur l'Apelstein 35.

N

Mortier
Herzog
von
Treviso
2 Divisionen
d. Jung. Garde
12.000 Mann

9.

N

 

Schlacht

bei

WACHAU

16. October

1813

 

 

9.

 

Apelstein 35 Mortier (Plagwitz, Endersstrasse)

Les positions du IVème Corps du général Bertrand (Apelstein 23) le 16 octobre furent occupées le 18 par les 2ème et 4ème divisions de Jeune Garde sous le commandement de Mortier. (Cf. Apelstein 9). Cf. aussi Apelstein 46.

N - Schlacht bei LEIPZIG am 18. October 1813. Dr. Theodor Apel  -  35

N

 

Marschall

MORTIER

1. u. 2. d. j. G

10000 M.

 

 

 

 

Il combat à Hanau et commande la Garde Impériale en novembre 1813. Il se dirigea sur Spire dans les premiers jours de décembre, et arriva à Langres le 11 janvier 1814.

Pendant la campagne de 1814, le maréchal duc de Trévise prend une part active à toutes les actions qui signalent cette campagne désespérée : Bar-sur-Aube, Montmirail, Château-Thierry, Reims, Craonne, Laon, Fère-Champenoise, Paris.

Bataille de Château-Thierry

Le pont sur le Dolloir vu du sud vers le nord, en direction de l'attaque des troupes de Mortier.

Bataille

de

Château-Thierry

------------------

Lors des combats du

12 février 1814

ce pont et ce ru appelé

le Dolloir

défendus par des Tirailleurs

des puissances coalisées

furent les premières

positions ennemies

enlevées par l'infanterie

française

du maréchal

MORTIER

Duc de Trévise

Dans la défense de Paris, il est chargé de soutenir le choc de l'armée alliée dans la plaine Saint-Denis. Lors de l'attaque contre Paris par les puissances alliées, la bonne contenance que fit le maréchal imposait à l'ennemi, qui hésitait à aborder  Parvenu au pied de l'enceinte de cette capitale, l'empereur de Russie envoie à Mortier le comte Orlov, son aide-de-camp, pour le sommer de mettre bas les armes ; le maréchal répond : « Les alliés, pour être au pied de la butte Montmartre, ne sont pas pour cela maîtres de Paris. L'armée s'ensevelirait sous ses ruines plutôt que de souscrire à une capitulation honteuse ; et quand elle ne pourra plus se défendre, elle sait comment et par où effectuer sa retraite devant et malgré l'ennemi.» Mortier ne quitta sa position qu'après que Marmont eut conclu un arrangement pour l'évacuation de la capitale. Il concentra alors son corps d'armée au Plessis-les-Chèvres, d'où il envoya, le 8 avril, son adhésion à la déchéance de l'Empereur et aux actes du Gouvernement provisoire.

Après la restauration du trône des Bourbon, il fur nommé commissaire extraordinaire du roi dans la 16e division militaire (Lille), dont il fut ensuite fait gouverneur.
Le Roi le créa chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, le 2 juin, et pair de France, le 4 du même mois.

À l'époque du 20 mars, le gouvernement résolut de former à Péronne une armée de réserve dont le maréchal devait avoir le commandement. Arrivé à Lille un peu avant Louis XVIII en fuite pour Gand, le duc de Trévise se hâta de prévenir M. de Blacas que la garnison était prête à se soulever à la nouvelle de l'arrivée du duc de Berry avec la maison du Roi. Il fit conjurer le roi de partir le plus promptement possible, s'offrant de l'escorter lui-même hors des portes. Le roi ayant approuvé ce conseil, le maréchal l'accompagna jusqu'au bas des glacis, afin d'imposer aux soldats par sa présence. « Je vous remercie de ce que vous avez fait, monsieur le maréchal, lui dit le roi. Je vous rends vos serments; servez toujours la France et soyez plus heureux que moi. » Mortier rentra ensuite en ville.

Aussitôt après, il se rendit à Paris, où Napoléon le créa membre de sa chambre des pairs. Il fut chargé de l'inspection des places frontières de l'Est et du Nord.

Commandant de la cavalerie de la Garde Impériale, il tombe "malade", soi-disant atteint de sciatique, le 14 juin à Beaumont et ne prend aucune part à la Campagne de Belgique. Cela tomba très bien pour sa carrière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La maison à Beaumont occupée le 14 juin par Mortier, juste avant qu'il ne décide d'abandonner l'armée.

 

Malgré cela, après la Seconde Restauration, il fut éliminé de la Chambre des Pairs que le Roi venait de reformer et tomba en disgrâce pendant un certain temps.
Membre du Conseil de guerre chargé de juger le maréchal Ney il se déclara incompétent. Nommé gouverneur de la 15e division militaire à Rouen, en 1816, il fut élu, la même année, membre de la Chambre des députés par le département du Nord, et rétabli, dans les honneurs de la pairie en mars 1819 et, en 1825, il fut décoré de l'Ordre du Saint-Esprit. Entre 1822 et 1830, il fut maire de la commune de La Queue-en-Brie (actuel Val-de-Marne).

Après la révolution de 1830, il fut nommé grand chancelier de la Légion d'honneur.
 

En 1830-1832, il fut ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg, et le 18 novembre 1834 il fut appelé au ministère de la Guerre et à la présidence du Conseil et devient Grand-Chancelier.. Il accepta à contrecœur des fonctions pour lesquelles il savait qu'il était peu fait, et qu'il avait déjà refusées une première fois quelques mois auparavant, lors de la démission du maréchal Gérard.

Excellent homme, modeste, loyal, intègre, le maréchal Mortier manque complètement d'autorité sur le gouvernement, notamment sur ces ministres de poids, conscients de leur valeur, que sont Thiers et Guizot. « Pas une de ses paroles n'exprime l'intelligence », ricane Charles de Rémusat.

Mal à l'aise à l'oral, il balbutie devant les chambres qu'il ne parvient pas à dominer. La situation finit par être préjudiciable à Louis-Philippe, que l'opposition accuse d'avoir placé un fantoche à la tête du gouvernement pour mieux imposer sa politique personnelle.

En définitive, quand Mortier présente sa démission le 20 février 1835, officiellement pour raisons de santé, le roi ne songe pas un instant à le retenir.

Le 28 juillet 1835, accompagnant, en qualité de grand chancelier de la Légion d'honneur, le roi Louis-Philippe Ier pendant une revue de la Garde nationale, le maréchal fut tué avec onze autres personnes dans l'attentat de Fieschi.

Le cortège était parvenu au boulevard du Temple, le maréchal se plaignit de la chaleur qui l'accablait. Quelqu'un l'engagea de se retirer ; mais il n'y voulut pas consentir. « Ma place, dit-il, est auprès du roi, au milieu des maréchaux, mes compagnons d'armes. »

À peine avait-il exprimé cette résolution qu'il tomba foudroyé par la mitraille de la machine infernale que Fieschi avait dirigée contre le roi sur le boulevard du Temple à Paris, le 28 juillet 1835. (La machine était placée à la hauteur du n° 50.) Mortier aurait sauvé le Roi en le couvra de son corps - le Maréchal mesurait 2,02 m ! Il vivait encore quand on le transporta dans une salle de billard du jardin Turc.

Il chercha à s'appuyer contre une table ; puis tout à coup, saisi par les dernières convulsions, porta le corps en arrière, poussa un grand cri et expira.

Biographie basée en partie sur Mullié, mais nous avons essayé de corriger les très nombreuses erreurs de noms (p.ex. Pellenberg pour Sellenberg, Giessen au lieu de Grossen) et de dates et de chronologie (dans sa carrière sous la République) Pour cette raison, nous avons préféré utiliser le dictionnaire historique des généraux de Courcelles, bien plus sérieux. Celui-ci se base sur les Etats militaires, le Moniteur, et les Annales du temps.

Le Maréchal Mortier est enterré dans la crypte des Invalides, plus précisément dans la crypte de la chapelle Saint-Grégoire, dite aujourd'hui "crypte Fieschi", avec toutes les autres victimes de cet attentat. On y accède par la grande porte de bronze de droite, avant d'arriver à la crypte de l'Empereur.  Le cœur de Mortier est au Père-Lachaise (27ème division)

.

E-A-C-J-MORTIER

DUC DE TRÉVISE

MARÉCHAL, PAIR DE FRANCE,

G.D CHANCELIER

DE LA LÉG.ON D'HONNEUR

 

ARDOIN

Jean Joseph

Journalier

 

LEGER

Ingénieur

Ger de la 8me Légion

 

J-N RAFFE

Ceur de la Légion d'honr

Cel de la 1ère Légion de Genie

E-A-C-J-MORTIER

DUC DE TRÉVISE

MARÉCHAL, PAIR DE FRANCE,
G.D CHANCELIER
DE LA LÉG.ON D'HONNEUR

 

N-J-RIEUSSEC

Officier de la Légion d'Honr

L.tC.l de la 8me Légion

 

RICARD

Md de vin

Ger de la 8me Légion

 

JUGLAR

J.B. Bruno

Employé

 

Delle REMI

 Louise

Joséphine

 

P-M-A-LABROUSTE

Chier de la Légion d'Honr

Receveur des contributions

 

PRUD'HOMME

Marbrier

Sergent de la 8me Légion

Mis de LACHASSE

DE VERIGNY

 

J-M-E-O-Cte VILLATTE 

Ch.er de la Lég.ion d'Honr

Capitaine d'artillerie

 

E-C-A-BENETTER

Grenadier

de la 8me Légion

 

Dme LANGORAI

Claire Opportune

Née Briot

 

 

 

 

On notera la présence d'un autre ancien de l'Empire, J.-N. Raffé

Non loin du monument à la mémoire des victimes de Fieschi, dans sa pénombre, on devrait (?) également pouvoir discerner le cercueil de pierre du prince Jérôme Napoléon, fils aîné du roi Jérôme et neveu de l'Empereur, ainsi qu'une simple urne contenant le coeur du général Leclerc, beau-frère de Napoléon Ier, et celui de son fils.

Les circonstance de la mort de Mortier lui valent d'avoir son buste dans la Salle des Batailles du château de Versailles et d'y être mentionné sur les tables de bronze, parmi les généraux, maréchaux et amiraux français morts au combat.

 

Sa ville natale l'a honoré d'une très belle statue de Bra, place de l'Hôtel de Ville.

 

AU MARÉCHAL MORTIER DUC DE TRÉVISE

né au Cateau-Cambrésis en 1768

mort assassiné à paris

à côté du roi

le 28 juillet 1835

_____

le roi, les princes

les ministres, les maréchaux

ses concitoyens

lui ont élevé ce monument.

 

mutten-thal, hanovre,

diernstein, ocana,

moscou, lutzen,

furent les principaux théâtres

de sa gloire

 

 

 

La chapelle de la famille Mortier dans la 28ème Division du Père-Lachaise.

Le coeur d'Édouard-Adophe-Casimir-Joseph MORTIER, Duc de TREVISE

Maréchal de France

Né au Cateau le 15 février 1798, décédé à Paris le 28 juillet 1835

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Sa statue dans les douves de la citadelle de Verdun.

LE PLESSIS-TREVISE (94) a également une statue de MORTIER, devant la mairie.

 


Collection Hachette : Maréchaux d'Empire, Généraux et figures historiques (Collection de l'auteur)

Retour à la page MARÉCHAUX

Retour à la page d'accueil

© D. Timmermans