CAMPAGNE DE 1815

18 juin 1815

PLANCENOIT

Il est évident qu'il faut ici comprendre "Plancenoit" dans un sens large et non administratif. Je mentionne ici les monuments visibles sur le plan ci-dessous et non uniquement ceux qui se trouvent sur le territoire du village. Ainsi la ferme du Caillou, Dernier QG de Napoléon, se trouve sur le territoire de Vieux-Genappe, Genappe.

Emplacement de la Grande Batterie - Ferme de Belle-Alliance - Maison Decoster - Ferme Rossomme - Plancenoit - Ferme de la Maison du Roi - Ferme du Caillou (DQGN) - Ferme de Chantelet

1) Stèle AFEW au 6e d'Artillerie (1er Corps)

2) Plaque au Corps de Santé

3) Colonne Victor Hugo

4) Monument de l'Aigle blessé - stèle ACMN à l'escadron polonais

5) "Observatoire" supposé de l'Empereur

6) Stèle au 5e Cuirassiers (14e Div. (Delort))

7) Stèle à la Jeune Garde

8) "Pyramide" de Schinkel : monument prussien


9) Eglise de Plancenoit
- (façade) plaque AFEW au Lt Louis (3e Tirailleurs, Jeune Garde) - Plaque SBEN  à la Jeune Garde et au général Duhesme
- à bas-côté gauche : plaque au Lt Tattet

10) Plaque AFEW au 8e d'Artillerie (6e Corps)

11) Stèle AFEW au 5e de Ligne (19e Division (Simmer), 6e Corps)

12) Stèle AFEW au 11e Chasseurs à Cheval (5e Division Subervie, 1er Corps de Cavalerie de Réserve)

13) Statue de l'Empereur
14) Stèle de la SBEN au 1er Bataillon du 1er Chasseurs.
15) Ossuaire.

16) Plaque ACMN rappelant le séjour de Ney à la ferme du Chantelet.

Belle-Alliance Decoster Rossomme Maison du Roi Caillou Chantelet

 

1) Stèle AFEW au 6e d'Artillerie (1er Corps)

 

DE LA BELLE-ALLIANCE
À PAPELOTTE
LE 18 JUIN 1815
DES UNITÉS
DU 6E RÉGIMENT
D’ARTILLERIE À PIED
DU COLONEL HULOT
ONT APPUYÉ DE LEURS
FEUX EFFICACES
LES ATTAQUES DU
1ER CORPS D’ARMÉE
FRANÇAIS
 

FONDATION                            
NAPOLÉON               A.F.E.W.

 

Le régiment eut à Waterloo 1 officier disparu, un blessé disparu et 4 officiers blessés.
La stèle, située à +/- 200 au nord de la Belle-Alliance, fut inaugurée le 7 novembre 1992 par le colonel Recher, Président de l'Amicale. en présence du colonel Denichou, Chef de Corps du 6e Régiment d'Artillerie.

L'emplacement n'est qu'approximatif.

Comme on peut le voir ci-dessous, la crête où avait pris place la "Grande Batterie" se trouve un peu plus au nord. (Mark Adkin, The Waterloo Companion p.295). De plus, le 6e d'Artillerie (ses 9e (4e Div.), 19e (3e Div.), 10e (2e Div.) et 20e (1e Div.) compagnies occupaient la partie est de la Grande Batterie, la partie près de la route étant formée par les 12 livres de la Garde.

 

 

Photo prise presque au bord de la route : un escalier d'une vingtaine de marches conduit de la route à la crête, ce qui donne bien la différence de niveau, beaucoup plus impressionnante que l'on croit.

 

Photo prise un peu plus à l'intérieur des champs.

 

Ferme de la Belle-Alliance

 

 

Cet ancien relais de poste, construit en 1765, appartenait en 1815 à un brasseur de Plancenoit, Nicolas-Antoine Delpierre. La ferme ne souffrit presque pas des combats, le bâtiment principal ayant échappé à l’incendie.

Notons que si le bâtiment en brique rouge sur la gauche de la photo (maintenant également peint en blanc), est postérieur à la bataille, celui à l'arrière est, lui, bien d'époque.

 

 

BELLE-ALLIANCE
RENCONTRE
DES GÉNÉRAUX
WELLINGTON ET BLÜCHER
LORS
DE LA MÉMORABLE
BATAILLE DU XVIII JUIN
MDCCCXV
SE SALUANT MUTUELLEMENT VAINQUEURS

La plaque qui se trouvait à l'origine sur la ferme est maintenant conservée contre le mur dans la cour de la ferme du Caillou. Voir ci-dessous.

2) Plaque AFEW au Corps de Santé

 

À LA MÉMOIRE DU CORPS
DE SANTÉ FRANÇAIS QUI PRODIGUA
LE 18 JUIN 1815 SES SOINS
LES PLUS DÉVOUÉS
 

FOND. NAPOLÉON               A.F.E.W.

 

La plaque fut inaugurée le 23 octobre 1999 selon le Guide Napoléon, en 1995 selon la brochure de l'AFEW.

3) Colonne Victor Hugo

 

La colonne, au début des années 1990. Son état a bien empiré depuis.

 

Dans son état actuel (Photos aimablement communiquées par C. Van Hoorebeeck).

 

 

Plus à ce sujet ici : http://napoleon-monuments.eu/Napoleon1er/Aigleblesse-colonneVH.htm

4) Monument de l'Aigle blessé - stèle ACMN à l'escadron polonais

L'Aigle blessé rappelle le sacrifices des grenadiers des 1er et 2e bataillons du 1er Grenadiers, qui résistèrent non loin de là (un plus plus au sud) de part et d'autre de la route.

Un émouvant monument qui mérite bien mieux que son sort actuel...

Un  "N" qui subsiste encore. Beaucoup ont été volés...

On comparera avec la photo ci-dessous, prise il y a une dizaine années, quand la grille était encore en bon état..

Plus à ce sujet ici : http://napoleon-monuments.eu/Napoleon1er/Aigleblesse-colonneVH.htm#Aigle

Au pied du monument de l'Aigle blessé a été posée une dalle pour rappeler le sacrifice des membres de l'escadron des chevau-léger lancier polonais à Waterloo.

Ce monument, inauguré le 18 juin 1990, est le fruit du travail de l'ACMN (délégation de Belgique) et des Forces armées polonaises. Si cet emplacement fut choisi, ce fut pour rattacher ces Vieux de la Vieille de la Cavalerie à ceux de l'Infanterie, les grenadiers des 1er et 2e bataillons du 1er Grenadiers, qui résistèrent non loin de là (un plus plus au sud) de part et d'autre de la route et non pour indiquer l'endroit précis où cet escadron s'était tenu. Nous avons vu qu'il se trouvait plus près du monument du 5e Cuirassiers. Le régiment atteignit les carrés alliés un peu au sud-ouest de l'emplacement de la stèle Demulder.

 

 

aux

officiers, sous-officiers

et

soldats

de l'

escadron polonais

tombés à

mont-saint-jean

le 18 juin 1815.

 

 

forces armées polonaises

a.c.m.n.

                              18 juin 1990

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                          Réalisation famille Richard pour l'A.C.M.N. Belgique, 1990.

 

MAISON DE COSTER

 

Il reste encore des éléments de la maison habitée en 1815 par Jean-Baptiste De Coster, guide de l'Empereur le 18 juin,
mais elle a été fortement transformée.
En 1947, on y a ajouté un étage. Elle est située au 9 de la chaussée de Charleroi.

 

 

5) "Observatoire" supposé de l'Empereur
 

Panorama à partir de l' "observatoire (supposé) de l'Empereur". (Cliquez pour agrandir)
Il n'existe aucune certitude quant à la présence de l'Empereur ici. Il aurait observé les positions alliés à partir d'ici, vers 9 heures du matin. C'est sans doute un endroit convenu aménagé pour des raisons touristiques.
Mais il faut reconnaître qu'il donne une excellente vue sur l'aile droite française.
Il est sûr que l'Empereur a dû souvent changer d'observatoire pour observer la bataille. Il a certainement séjourné sur une hauteur près de Rossomme.
On discerne à gauche la ferme de la Belle-Alliance, et à sa droite, dans le lointain, la butte.

 
Plan le plus large possible, de la colonne Victor Hugo à l'extrême gauche à Plancenoit, à l'extrême droite.

 

 

Une vue prise au même endroit, avec mention des points marquants existant à l'époque.

 
Agrandissement d'une portion du panorama. Selon toute vraisemblance, les hauteurs (encadrées) que l'on voit devraient être celles de Chapelle-Saint-Lambert.
Si cela est correct - je suis ouvert à tout argument qui prétendrait le contraire - cela semblerait indiquer que ces hauteurs sont bel et bien visibles des environs de Belle-Alliance.
Cela ne veut bien sur pas dire quelles étaient visibles de cet endroit le 18 juin 1815 (à cause de la mauvaise visibilité), ni que Napoléon les ait vues ce jour là et encore moins qu'il y ait vu les troupes de Bülow.
Cela pourrait cependant démontrer que ces hauteurs peuvent être visibles de cet endroit.

La boussole du GPS de l'appareil photo indique une prise de vue sous un angle entre 45 et 57 °.


Cela semble donc correspondre.

 

6) Stèle AFEW au 5e Cuirassiers (14e Div. (Delort) 4e Corps de Cavalerie de Réserve (Milhaud))

 

DE CE LIEU PARTIT
LE 18 JUIN 1815
LE 5RÉGIMENT
DE CUIRASSIERS
DU CORPS DE CAVALERIE
DE MILHAUD
POUR CHARGER
LES CARRÉS DE
L’INFANTERIE
BRITANNIQUE

A.F.E.W.
 FOND. NAPOLÉON. 

 

Le régiment eut à Waterloo 2 officiers tués et 12 blessés.
Cette stèle, située sur le terre-plein où le chemin de la Belle-Alliance se sépare en la rue aux Loups et en le chemin du Lanternier, fut inaugurée le 19 octobre 1991 par le Général de Pouilly, vice-président des anciens Cuirassiers du 5e Régiment (Royal Pologne) en présence du Colonel Petiot, Chef de Corps du Régiment, et du Colonel Clouet des Perrusches, attaché de Défense près l'Ambassade de France à Bruxelles.   En décembre 1995, cette stèle fut brisée par un acte un véhicule qui la renversa, mais restaurée à l'identique.

Le choix de ce endroit est assez malheureux, car le 5e Cuirassiers avait en réalité pris place quelque 600 mètres plus au nord-est. Les unités de cavalerie les plus proches de cet endroit étaient les 2e Chevau-légers Lanciers de la Garde (Colbert) et les 7e et 12 Cuirassiers (Travers).

 

7) Stèle AFEW à la Jeune Garde

 

EN CE LIEU
LE 18 JUIN 1815
À 5 HEURES DU SOIR
LA JEUNE GARDE
DE
L’EMPEREUR NAPOLÉON
SOUS LES ORDRES
DU GÉNÉRAL COMTE
DUHESME
S’OPPOSA
GLORIEUSEMENT
AUX PRUSSIENS
DU
GÉNÉRAL BÜLOW

 

À la jeune garde
A.F.E.W.
FOND. NAPOLÉON

Comme la stèle au 5e Cuirassiers, la stèle à la Jeune Garde fut inaugurée le 19 octobre 1991. Elle se situé sur rond-point au carrefour entre le chemin du Lanternier et celui de Camuselle et fut inaugurée par M. Roger Landry, vice-président du Souvenir Napoléonien et secrétaire général de la Fondation Napoléon.

En 2005, entourée de quelques reconstitueurs tchèques.

8) "Pyramide" de Schinkel : monument prussien

La "pyramide" - c'est le nom convenu, même si ce n'en est pas une - du grand architecte Schinkel, auteur de nombreux splendides monuments, est le plus ancien monument du champ de bataille, car il a déjà été inauguré le 18 juin 1818.
Il a été érigé sur une hauteur occupée pendant la bataille par une batterie française chargée d’enrayer l’avance prussienne ; elle occasionna de lourdes pertes dans les rangs prussiens, vers 18 heures. Peu de gens - à part les spécialistes et les Allemands - savent que ce monument n'est pas unique, il en existe un exemplaire sur les lieux de la plupart des grandes "victoires" prussiennes de 1813-1815.
Dès que j'en aurai le temps, je vous présenterai les autres pyramides de Schinkel, à Grossgörschen - qui n'est pourtant pas une victoire prussienne-, Gross-Beeren, Kulm et Dennewitz.
La sixième, celle de la Katzbach, n'existe plus, ayant été détruite pas les Soviétiques en 1945. Il en est vraisemblablement de même pour celles de Haynau et de Wartenburg, qui n'existent plus non plus, mais je ne possède pas plus de précisions à leur sujet.

DIE GEFALLENEN
HELDEN EHRT DANK-
BAR KÖNIG UND
VATERLAND
SIE RUHN
IN FRIEDEN.

BELLE-ALLIANCE
am 18. Juni 1815.
 


9) Eglise de Plancenoit


Panorama de la place de Plancenoit. (Cliquez pour agrandir)

-  plaque AFEW au Lt Louis (3e Tirailleurs, Jeune Garde) (sur la façade, à gauche de l'entrée)
 

AU LIEUTENANT M. LOUIS
3E TIRAILLEURS DE LA GARDE
NÉ À JODOIGNE LE 3.4.1787
TOMBÉ À PLANCENOIT LE 18.6.1815
FOND. NAPOLÉON                     A.F.E.W.

Cette plaque, sur la façade de l'église Ste-Catherine, fut inaugurée par M. de St-Robert, conseiller culturel de l'Ambassade de France, en présence de Monsieur Rotthier, bourgmestre de Lasne et du colonel Clouet des Perusches, attaché de Défense, représentant S.E. l'Ambassadeur de France. A celle occasion (date inconnue mais postérieurement à 1990), une messe fut célébrée par M. l'abbé Stouf, curé de l'église Ste-Catherine de Plancenoit. L'office religieux était rehaussé par la présence d' un détachement du 1er Régiment de Chasseurs de Ligny et par la Musique de la Garde de Waterloo, dirigée par l'adjudant-chef Grapin.

- Plaque SBEN  à la Jeune Garde et au général Duhesme (sur la façade, à droite de l'entrée)
 

 

 

 

 

DANS CE VILLAGE
DE PLANCENOIT
 S’EST ILLUSTRÉe LE 18 JUIN 1815
LA JEUNE GARDE DE L’EMPEREUR
NAPOLÉON
COMMANDÉE PAR
 LE GÉNÉRAL comte DUHESME
QUI Y FUT MORTELLEMENT BLESSÉ

 SOCIÉTÉ BELGE D’ÉTUDES NAPOLÉONIENNES
1965. 






 



 
La plaque se trouve sur la façade de l’église Sainte-Catherine de Plancenoit, sur la droite.


- à bas-côté gauche : plaque au Lt Jacques Charles André Tattet (Artillerie de la Vieille Garde)


 

À LA MÉMOIRE DE
J
QUES CLES ADRÉ TATTET
LIEUTENANT D’ARTILLERIE DE LA
VIEILLE GARDE
MEMBRE DE LA LÉGION D’HONNEUR
TUÉ AU DÉBUT DE LA BATAILLE
DU 18 JUIN 1815
À L’ÂGE DE 22 ANS. 

10) Plaque au 8e d'Artillerie (6e Corps)

EN CES LIEUX, LE 18 JUIN 1815,
LES 1E ET 2E COMPAGNIES
DU 8E RÉGIMENT D’ARTILLERIE À PIED
DU COLONEL CARON
ONT APPUYÉ DE LEURS FEUX EFFICACES
LE 6E CORPS D’ARMÉE FRANÇAIS

 

A.F.E.W.
Fondation NAPOLÉON

La 1e Cie était l'artillerie divisionnaire de la 19e Division (Simmer) et la 2e Cie était celle de la 20e Division (Jeanin). Le régiment eut un officier blessé mortellement et 3 officiers blessés.

Cette plaque, au chevet de l'église, fut inaugurée le 6 novembre 1993, conjointement par le baron de Méneval et par le colonel BEM Jean Fain, en présence du colonel de la Forcade, attaché de Défense près l'Ambassade de France et du général Bats, secrétaire-général de la section de Belgique de la Légion d'Honneur, ainsi que d'une délégation du 1er Tirailleurs-Grenadiers de Paris.

11) Stèle AFEW au 5e de Ligne (19e Division (Simmer), 6e Corps)

EN CE LIEU
LE 18 JUIN 1815
LE 5e RÉGIMENT
D’INFANTERIE
DE LIGNE DU COLONEL ROUSSILLE
DIVISION SIMMER
S’OPPOSA
HÉROIQUEMENT
AU CORPS PRUSSIEN
DU GÉNÉRAL
VON BÜLOW
 

A.F.E.W.
FONDATION NAPOLÉON

Le régiment eut à Waterloo 3 officiers tués, un officier blessé mortellement et 20 officiers blessés.
Cette stèle (carrefour rue du Mouton - rue d'Anogrune - rue Là-Haut) fut également inaugurée le 6 novembre 1993, par Monsieur A. Laurent, secrétaire-général des Anciens Combattants français en Belgique, membre du Conseil Supérieur des Français de l'Etranger, accompagné de Messieurs Cabau et Jullien, délégués de l'Amicale du 5e Régiment d' Infanterie "Navarre", en présence du capitaine Barbié de Préaudeau, officier de traditions du 5e R.I..

 

12) Stèle AFEW au 11e Chasseurs à Cheval (5e Division Subervie, 1er Corps de Cavalerie de Réserve)
 

EN CES LIEUX
LE 18 JUIN 1815
LE 11E RÉGIMENT
DE CHASSEURS À CHEVAL
DU COLONEL
NICOLAS
DIVISION SUBERVIE
SABRA AVEC SUCCÈS
LES PRUSSIENS
DU COLONEL VON HILLER
 

A.F.E.W.
FONDATION NAPOLÉON

Le régiment eut à Waterloo 2 officiers blessés disparus et 10 officiers blessés.
La stèle au 11e Chasseurs à Cheval, au bout de l'avenue de Wagram, fut également inaugurée le 6 novembre 1993, en présence des mêmes personnalités. par M. Delobel de l'Amicale des Anciens du 5e Cuirassiers, mandaté par le président de l'Amicale du 5e Cuirassiers, le colonel du Paty de Clam, en présence du capitaine Herdalot et du major Dumas du 11e Régiment de Chasseurs à Cheval.

 

 

 

 

Vues sur Plancenoit à partir de son entrée sud-ouest.
Chemin de la Maison du Roi

ferme rOSSOMME

Emplacement de la ferme Rossomme, également appelée à l'époque Tulvent ou Tulvin. Elle fut détruite par un incendie en 1895, et jamais reconstruite.
C'est à partir d'une hauteur près d'ici que l'Empereur observa un temps le déroulement des opérations, ayant étalé ses cartes sur une table provenant de la ferme.

 
Panorama partir des hauteurs de Rossomme. (ouest de la route)
La vue qu'on y aperçoit de nos jours est assez décevante.

ferme de la maison du roi

Bivouac français à la ferme de la Maison du Roi, en 2009. La ferme existait déjà en 1815, mais ne joua pas de rôle.

ferme dU CAILLOU, DERNIER qg DE L'eMPEREUR

"LE CAILLOU"
C’EST DANS CETTE MAISON QUE
NAPOLÉON
PASSA
LA NUIT DU 17 AU 18 JUIN 1815.

Au

Caillou

Quartier Général Impérial

ont été présents

les 17 et 18 juin 1815 :

 Napoléon Ier

 Empereur des Français

 

Le prince Jérôme

 

Le major général de
l'Armée, Maréchal Soult
duc de Dalmatie.

 

 

Le maréchal Ney, duc
d'Elchingen, Prince
de la Moskowa.

 

 

Le Grand-Maréchal du
Palais, Général
                         Bertrand.

 

Le Chef d'État-Major
Général, Général

BAILLY de MONTHION

Les généraux

Corbineau J.B.

DEJEAN

DROUOT

FLAHAUT

GOURGAUD

LA BEDOYÈRE

LEBRUN

MILHAUD

MORAND

MOUTON

PELET

PETIT

REILLE

ROGNIAT...

 

Les Colonels

 BUSSY

de  FORBIN

LAURENT

ZENOWICZ...

 

 

Le Secrétaire d'État
MARET duc de Bassano

 

Le grand prévôt de
l'armée, Général RADET

 Les Écuyers

de CANISY

de MesGrigny

FOULER de RELINGUE

 

Les Secrétaires

 FAIN

FLEURY de CHABOULON

 

Les Chirurgiens

 LARREY

PERCY

 

 

Les Pages

 de TURENNE

GUDIN...

 

 Le Vaguemestre

Capitaine COIGNET

 

Le Valet de Chambre

MARCHAND

Le Mameluk

ALI

 

 

De garde, dans le verger

Le 1er Bataillon

du 1er Chasseurs de la

Garde Impériale

Commandant

                       DUURING

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chambre de l'Empereur.

 

C’EST DANS CETTE
CHAMBRE QUE
NAPOLÉON I
ER
PASSA
LA NUIT
DU 17 AU 18 JUIN 1815.

BELLE-ALLIANCE
RENCONTRE
DES GÉNÉRAUX
WELLINGTON ET BLÜCHER
LORS
DE LA MÉMORABLE
BATAILLE DU XVIII JUIN
M.D.CCC.XV.
[SE SA]LUANT MUTUELLEMENT VAINQUEURS

On notera au bas de la plaque, peu lisible "ESTAMINET" !
 

De 1905 à 1918
LE CAILLOU
a été sauvegardé
et converti en lieu de pélerinage
par l'historien
LUCIEN LAUDY
1885-1948
il a été acquis
en 1950
par
LA SOCIETE BELGE D'ETUDES
NAPOLEONIENNNES
A.S.B.L.

 

Autre plaque, à gauche de la précédente.

13) Statue de l'Empereur
 

 

Don des chevaliers de Malte en mémoire des soldats italiens et
polonais ayant combattu pour la Liberté de leur Patrie et la
Démocratie sous les aigles de L'EMPEREUR NAPOLEON I
œuvre réalisée par le sculpteur de notre ordre
LUIGI DI QUINTANA BELLINI TRINCHI
PRINCIPE DI CAGNANO

Depuis lors "de Malte" a été corrigé en "d'Amalfi",


mais cette inscription a également presque disparu (ou elle a été arrachée).

 

14) Stèle de la SBEN au 1er Bataillon du 1er Chasseurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La stèle, comme il se doit, entourée de tentes de la Garde lors d'un bivouac.

 

DANS CE VERGER
A BIVOUAQUÉ PENDANT LA NUIT
DU 17 AU 18 JUIN 1815
LE 1er BATAILLON DU 1er RÉGIMENT
DE CHASSEURS À PIED DE LA GARDE IMPÉRIALE
COMMANDANT DUURING

CE BATAILLON
S’ÉTANT ILLUSTRÉ À MARENGO, ULM, AUSTERLITZ,
IÉNA, FRIEDLAND, ESSLING, WAGRAM,
SMOLENSK, LA MOSKOWA, HANAU, MONTMIRAIL
1815-1965.

15) Ossuaire.
 

PRO IMPERATORE SAEPE PRO PATRIA SEMPER

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ferme du CHANTELET

La ferme et la chapelle, après une très belle restauration (2011). Malheureusement, le petit abri sur la droite de la ferme (hors photo) sera bientôt remplacé par un hangar de plus de 800 m2.

16) Plaque ACMN rappelant le séjour de Ney à la ferme du Chantelet.

La ferme du Chantelet (avant restauration de la chapelle), où Ney passa la nuit du 17 au 18 juin 1815. On constatera avec satisfaction que le fil électrique devant la chapelle a heureusement disparu.              

 

 

ferme du chantelet

le maréchal Ney

duc d'elchingen

prince de la moskowa

logea dans cette ferme

du  17 au 18 juin 1815.

                        a.c.m.n.  1987

 

                                                                                                                                                                                Réalisation famille Richard pour l'A.C.M.N. Belgique, 1987.

 

 

 

 

Bibliographie :

 

- Mark Adkin, The Waterloo Companion, Aurum Press, 2001.

- Alain Arcq, Les Quatre-Bras, le second prélude à Waterloo, dans la collection "Les batailles oubliées", Historic'One Editions, 2005.

- Alain Arcq, Ligny, 16 juin 1815, La dernière victoire de l'Empereur, dans la collection "Les batailles oubliées", Historic'One Editions, 2006.

- Alain Arcq, Wavre & le combat de Namur L'épilogue de la campagne de Belgique, dans la collection "Les batailles oubliées", Historic'One Editions, 2008.

- Alain CHAPPET - Roger MARTIN - Alain PIGEARD, Le Guide Napoléon - 4000 lieux pour revivre l'épopée, Bibliothèque Napoléonienne, Tallandier, 2005.

- Yann Deniau et Yves Moerman, 1815 - Napoléon en Campagne, Jourdan éditeur, 2008.

- Peter Hofschröer, Waterloo 1815 - Quatre-Bras & Ligny, Pen & Sword, 2006.  

- Peter Hofschröer, Waterloo 1815 - Wavre, Plancenoit & the race to Paris, Pen & Sword, 2006.    

- André Sevrin et Alain Arcq, Route Napoléon 1815 (ouvrage collectif coordonné par), Edition Unité de projet "Route Napoléon 1815", s.d..

-  G. Speeckaert et I. Baecker, Les 135 vestiges et monuments commémoratifs des combats de 1815 en Belgique, Waterloo, relais de l'histoire, 1990. (INDISPENSABLE pour trouver les monuments !) Attention, il ne mentionne évidemment que les monuments antérieurs à 1990.

 

 

Retour à la page WATERLOO

Retour à la page d'accueil