Monument de l'Aigle blessé - colonne Victor Hugo

         Sauvetage de la Colonne Victor Hugo Et de l'Aigle blessé

06 mai 2015

Le "N" brisé a enfin été réparé ! Beau travail !

Les barres manquantes (cf. ci-dessous) ont été remplacées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                    Et la porte est revenue, réparée (mais n'est pas encore repeinte).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

28 avril 2015

Les travaux ont encore avancé entre le vendredi 24 et le mardi 28.

24 avril 2015

Les travaux progressent enfin !

 

 

 

A comparer avec la situation d'il y a quelques années....

 

 


07 Mars 2015

L'aigle est toujours dans le même état pitoyable. On n'y a clairement plus travaillé plus de 3 mois, malgré une fin promise pour décembre 2014.

Fin 2014

Le 3 avril 2014, nous avions écrit au Président du Collège provincial du Brabant wallon pour rappeler à la Province ses engagements et demander quand allaient débuter les travaux. Le 9 mai, M. Mathieu Michel nous répondait que la Province prévoyait "un début des travaux avant la période hivernale de cette année (septembre-octobre) et une fin des travaux pour décembre 2014. "

Il précisait encore :

"Les travaux concernés pour le monument de l'Aigle Blessé sont:

  1. un nettoyage doux;
  2. du rejointoyage en recherche ;
  3. une restauration des grilles (nettoyage, relevé des quelques éléments manquants et réfection à l'identique, métallisation et dorure) ;  
  4. une taille sévère de la végétation située au pied du monument afin d'éviter que celle-ci ne l' «étouffe » visuellement et afin donc de la remettre en valeur;
  5. une mise en lumière. "

Nous avons constaté que les travaux ont bien commencé, avec un petit retard, dans le courant du mois de novembre. Selon les prévisions, ils seront terminés - avec un peu de chance - pour la mi-mars, sinon, peu de temps plus tard, en tout cas avant le début du bicentenaire.
Bravo à la Province du Brabant wallon d'avoir tenu parole. Il ne faut pas non plus oublier les efforts de la Province pour le Dernier Quartier Général de Napoléon, dont la restauration est également en cours dans la perspective du Bicentenaire. Le mur d'enceinte effondré sera également reconstruit avant la fin de cette année.

 

Deux petites constatations - en même temps des regrets :
- la "taille sévère" a en fait consisté à une élimination totale de la végétation au pied du monument ! Ceci a mis à nu le socle en brique, ce qui n'est pas très heureux.
- on a totalement coupé le "N" en buxus sempervirens (buis), ce qui est regrettable.

 

On a commencé à poncer la rouille de la grille, ce qui sera sans doute la partie la plus compliquée du travail.                                                            Le monument polonais n'a plus été aussi beau depuis sa création, et il ressort maintenant parfaitement.

 

Pour la Colonne Victor Hugo, le Président du Collège provincial a annoncé les travaux suivants:

  1. la remise en place du chapiteau ;
  2. la protection de la partie supérieure au moyen d'un capot en plomb afin d'éliminer tout risque d'infiltration ;
  3. le traitement de la maçonnerie (nettoyage doux, ragréage des maçonneries, rejointoyage, injection de coulis, restaurations localisées de pieres,... ) ;
  4. mise en valeur du monument par un entretien des plantations environnantes (haies, ... ) et une éventuelle mise en lumière.

 

Les travaux de restauration de la Colonne Victor Hugo sont des travaux lourds, comme on peut le constater.

 

Fin 2010

La Province a décidé de mettre les bouchées doubles pour rénover les trois biens qu’elle possède : le dernier QG de Napoléon, l’Aigle blessé et la Colonne de Victor Hugo.

Rappelons tout d'abord - pour ceux qui l'ignoreraient - que la colonne Victor Hugo et -plus encore- le monument de l'Aigle blessé (suivre le lien) sont à l'abandon et en manque de restauration et d'entretien depuis de nombreuses années. Il va sans dire que cela entraîne une dégradation rapide des monuments.

La colonne Victor Hugo est à présent prise en charge par la Province du Brabant wallon.  Sa restauration et sa mise en évidence font partie d’un projet culturel qui englobe l’Aigle blessé et la création d’une zone de promenade autour du monument.  D’autres facettes de ce vaste projet sont encore en cours d’élaboration.

La province du Brabant wallon a acheté l'Aigle blessé ce 28 décembre, la colonne Victor Hugo ce 29 décembre 2010, chaque fois pour l'euro symbolique. La maison à côté de la colonne a également été achetée.

Le hameau de la Belle-Alliance peut enfin revivre, dans l'espoir que cette dernière ferme puisse avoir une affectation qui convienne mieux à son destin historique.

Nous remercions avant tout notre ami Claude Van Hoorebeeck, qui nous a transmis ces nouvelles, mais -bien plus encore- dont l'action et l'étude sont pour beaucoup dans cette sauvegarde.

A cet égard, nous ne pouvons que recommander la visite de son site (http://www.freepub.be/) et la lecture des très intéressants et passionnants articles  qu'il a consacrés au sujet dans la revue de la Société Royale Belge d'Etudes Napoléoniennes (avril et décembre 2009 et juin 2010).
-
Les secrets du monument Victor Hugo, Bulletin de la Société belge d'études napoléoniennes n° 54, mai 2009, pages 4 à 44.
- La colonne Victor Hugo : affirmations de mémoire et mémoire d'affirmations, Bulletin de la Société belge d'études napoléoniennes n° 55, décembre 2009, pages 4 à 55.
- La colonne Victor Hugo : la sentinelle esseulée, Bulletin de la Société belge d'études napoléoniennes n° 56, juin 2010, pages 4 à 56.
Tout ces textes ont été rassemblés et enrichis pour le livre La Colonne Victor Hugo, son histoire, son secret, du dénuement au dénouement, par Claude Van Hoorebeeck, aux éditions namuroises.

Il est important de signaler que la quatrième partie de ce livre est entièrement consacrée à l'ossuaire du Caillou et au monument français du Goumont.

C'est pour cette raison que nous lui laissons avec plaisir la parole :

« Ce monument [la colonne Victor Hugo], Hector Fleischmann l’avait dédié « aux artistes de la plume et du pinceau qui chantèrent Waterloo ». Le regain d’intérêt provoqué par mes articles –ma plume (ce qui ne fait pas de moi un artiste…) – prolonge donc cette dédicace à la veille du 100e anniversaire de l’annonce de Fleischmann et de Dubois de leur souhait d’élever cette colonne (18 juin 1911).

Mais je tiens à souligner que si ma recherche a pu être diffusée et susciter cette sauvegarde, c’est grâce à la SRBEN qui en a assuré la publication. Héritière de la tradition des Fleischman(n), Hector et Théo, elle s’affirme encore comme conservatoire de la mémoire.

Enfin, je vous signale que mon étude sur la colonne a été refondue en un seul ouvrage et complétée par d’innombrables nouvelles informations ainsi que plusieurs documents iconographiques inédits découverts depuis les publications antérieures.

Sa publication est programmée pour le printemps prochain, dans le contexte du 150e anniversaire de la venue de Hugo à Mont-Saint-Jean.

Mais, ce qui est le plus important, c’est que la colonne et l’Aigle blessé retrouveront ainsi l’aspect et la place qui leur convient et qu’ils méritent en cet endroit ô combien historique. »
                                                                                                                                                                                                                  Claude Van Hoorebeeck

La colonne, au début des années 1990. Son état a bien empiré depuis.

 

Dans son état actuel (Photos aimablement communiquées par C. Van Hoorebeeck).

 

 

Les photos se passent de commentaire.

La presse s'est faite l'écho de la nouvelle ce week-end du 9 octobre :

La Libre Belgique - samedi 9 octobre 2010

La Dernière Heure - idem

 

Une plaine pas si morne que ça.

C’est par quelques mots sur Waterloo de Victor Hugo que Marie-José Laloy a débuté sa mercuriale, la quatrième du nom depuis sa prise de fonction en tant que gouverneure du Brabant wallon.

[....]

A travers sa mercuriale, l’objectif de la gouverneure était donc de rappeler les spécificités de la province en vue de "contribuer à bâtir et asseoir son identité propre." Dans ce cadre, la Province a décidé d’inscrire, au budget 2010, l’achat de la colonne Victor Hugo de Waterloo ainsi que l’aigle blessé de Lasne (et les deux bouis-bouis à proximité).

 

Yannick Natelhoff

http://www.dhnet.be/dhjournal/archives_det.phtml?id=1094113

––––––––––––––––––––––––––––––––––

Reportage vidéo : Journal télévisé en boucle

A voir sur :

http://www.tvcom.be/index.php?option=com_content&view=article&id=5086&Itemid=348

––––––––––––––––––––––––––––––––––

Vers l’Avenir – samedi 9 octobre 2010

La gouverneure met Victor Hugo à l'honneur
 www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=39096895

––––––––––––––––––––––––––––––––––

Acheter pour 1€ la colonne Victor Hugo à Waterloo

WATERLOO - La Province est prête à racheter la colonne Victor Hugo et l’Aigle blessé sur le champ de bataille de Waterloo. Il lui en coûtera deux euros.

La Province du Brabant wallon est prête à racheter deux monuments en bordure du champ de bataille de Waterloo. La colonne Victor Hugo et l’Aigle blessé ne devraient pas lui coûter trop cher : avec deux euros symboliques, affaires conclues.

La Commune de Lasne est prête à céder l’Aigle blessé : «On n’est pas contre cette reprise car l’Aigle blessé, comme d’ailleurs la colonne, sont certes des monuments emblématiques du champ de bataille mais pas de la commune de Lasne. De plus, l’Aigle blessé risque de réclamer des investissements dans les années à venir » pronostique la bourgmestre de Lasne Brigitte Defalque.

La colonne Victor Hugo nécessitera aussi des frais : des expertises et des études de stabilité ont été menées. Le MET (la colonne est placée le long de la N5) estimait les réparations à 300.000€. D’autres études estimèrent les travaux une fois à 30.000€, une autre fois à 12.000€.

Il y a une fameuse marge entre ces estimations. La division en charge du Patrimoine à la Région wallonne a, elle, dressé une estimation à 120.000€, qui semble la plus réaliste. Mais devant ce qui commençait à ressembler de plus en plus à un cadeau empoisonné, la Commune de Lasne et l’Intercommunale Bataille de Waterloo ont fait marche arrière : plus question pour elles d’acquérir le monument.

En attendant, la colonne reste pratiquement sans propriétaire. Les membres du comité Victor Hugo, créé en France et propriétaire de la colonne, ont disparu les uns après les autres. Un curateur a donc été chargé de trouver une personne ou une institution intéressée par la colonne. Sa mission est donc en passe d’aboutir.

 www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20101009_006

 ––––––––––––––––––––––––––––––––––

Le Soir- Samedi 9 octobre 2010

 « Relisons Victor Hugo »

Mercuriale La gouverneure en terre d’inspiration

Un jour, moi qui ne crains l’approche d’aucun spectre, j’allai voir le Lion de Waterloo. »

Pour sa 4e mercuriale, la gouverneure du Brabant wallon, Marie-José Laloy, s’est efforcée de reprendre les pas de l’auteur de « La légende des Siècles » à travers le territoire qui constitue depuis maintenant 15 ans le Brabant wallon.

[...]

Une Colonne à restaurer

Marie-José Laloy en profite pour dévoiler la couronne : la Province va mettre à son budget l’acquisition de la Colonne Victor Hugo, « et des deux bouis-bouis attenants », ainsi que du monument de l’Aigle blessé. [...]

Et la gouverneure de conclure : « Relisons Victor Hugo. Quel parcours politique que le sien, lui qui fut un homme de droite, avant d’être un révolutionnaire, luttant contre la misère, pour la défense de la liberté et des libertés, de l’école, de la laïcité de l’instruction, des droits de la femme et de l’enfant ! »
DE VOGELAERE, JEAN-PHILIPPE
http://archives.lesoir.be/mercuriale-la-gouverneure-en-terre-d-inspiration_t-20101009-0138C1.html?query=nivelles&queryand=gouverneure&queryor=nivelles&firstHit=0&by=10&when=-1&sort=datedesc&all=22926&pos=1&all=346&nav=1

Un émouvant monument qui mérite bien mieux que son sort actuel...

Un  "N" qui subsiste encore. Quelques-uns ont été volés, et la grille se détériore de plus en plus...
Le portail qui ferme la grille à l'arrière a même maintenant disparu depuis peu !

 

Le portail qui ferme la grille à l'arrière a même maintenant disparu depuis peu !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La grille en cours de peinture par l'équipe de l'ACMN de l'époque, sous la direction de M. Christian Richard.
C'était en 1987, et c'est peut-être la dernière fois que cela a été fait !
C'est à la même époque qu'un N en Buxus sempervirens (buis) a été planté au pied de l'aigle, et qu'un porte-gerbes en dalles de béton a été placé.
Les plantations ont été réalisées bénévolement par les élèves de l'Institut provincial d'Enseignement horticole d'Anderlecht (travaux terminés en juin 1988).
Photo aimablement communiquée par M. Christian Richard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'inauguration, le 28 juin 1904, rassembla plus de 100.000 personnes !

 

Dans sa première configuration, le monument était entouré de colonnettes reliées par une chaîne. La Sabretache s'était réservé la faculté d'entourer à ses frais le monument d'une grille. Ce fut fait avant 1912. La carte postale ancienne de gauche donne la configuration d'origine, celle de droite donne la situation avec la grille. On notera que les colonnettes gisent au sol.

La comparaison de ces deux cartes postales anciennes permet de voir la différence entre la première et la 2e version. Mais cela nous révèle encore autre chose, si on compare avec la situation actuelle. Les colonnettes comme la grille reposent sur un mur d'une petite dizaine de briques surmontées d'une pierre. (Voir carte postale ancienne de droite, le cercle indique la hauteur du mur. Si l'on compare avec la situation actuelle, ce mur a disparu ! Ou plutôt, il n'est plus visible. L'Aigle blessé s'enfonce-t-il ? Non !  En fait, c'est la différence entre le niveau du sol d'origine et celui du sol actuel, ce qui indique un comblement, faisant que le mur est maintenant entièrement sous terre ! C'est regrettable, car le monument ressort moins et la perspective en est modifiée.

Je ne crois pas que cela ait été relevé. La restauration dégagera-t-elle le mur ? Espérons-le.

On comparera avec la photo ci-dessous, prise il y a une dizaine années, quand la grille était encore en bon état..

 

On sait moins que l'Aigle blessé a un petit frère à Buzenval...

 

Si vous voulez TOUT savoir au sujet de ce monument, je vous recommande l'excellent livre de Jean-Philippe Tondeur, L'Aigle Blessé, aux Editions de la Belle-Alliance, 2008.

Retour à la page d'accueil