CAMPAGNE DE 1815

18 juin 1815

LA FERME DE LA HAIE-SAINTE

1) Monument Gordon
 

2) Monument dit "aux Hanovriens"

3) Stèle au 8e de Ligne (4e Div. (Durutte), 1er Corps)

4) Plaque au 2nd Light Bataillon, King's German Legion et au général von Ompteda


5) Plaque aux morts des 1er et 2ème Bataillons légers et du 5ème de Ligne de la King's German Legion.
6) Plaque au 13e Léger (2e Div. (Donzelot), 1er Corps) et au 1er Génie (1er Corps) et plaque de la SBEN aux combattants français morts à l'assaut de la Haie-Sainte


1) Monument Gordon


Sans doute un des monuments les plus emblématiques du champ de bataille, il est bien connu de tous les visiteurs. Il est aussi un des plus anciens du champ de bataille, après la suppression des tombes individuelles lors de la construction du monument au cimetière d'Evère. Cette colonne cannelée a été érigée en juillet 1817 par la famille du défunt.

Aide de camp du duc de Wellington, le LtCol Sir Alexander Gordon fut mortellement blessé à ses côtés à la fin de la bataille, alors qu'il se trouvait près du carré du 2e Bn du 30 Foot, au moment de l'attaque de la Moyenne Garde. Il eut une jambe emportée par un boulet de canon. Transporté par le Sergeant-Major Wood du 30th Foot, sans doute d'abord à la ferme de Mont-Saint-Jean pour des premiers soins, et ensuite à l’auberge Bodenghien, à Waterloo, QG de Wellington (maintenant musée Wellington), il y succombe à 3h30 du matin, le 19 juin, après avoir été amputé.  C'est à cette occasion que Wellington dira : " Dieu merci, je ne sais pas ce que c'est que perdre une bataille, mais rien ne peut être aussi douloureux que d'en gagner une en perdant tant d'amis."
Tout d'abord enterré au cimetière de Saint-Gilles à Bruxelles, Gordon fut transféré le 28 mai 1889 vers la crypte du monument britannique du cimetière de Bruxelles à Évère.

La face avant. La pierre des Scots Guards semble nettement postérieure au monument.

TRIA JUN-CTA IN UNO
Trois réunis en un
(devise de l'Ordre du Bain)
ICH DIEN
Je sers
(Devise du Prince de Galles et de nombreux régiments britanniques)

TO THE MEMORY OF
THE HON. SIR ALEXANDER GORDON, K.C.B.
LT.COL SCOTS GUARDS AND AIDE DE CAMP
TO THE DUKE OF WELLINGTON
AFTER SERVING HIS COUNTRY WITH DISTINCTION
HE WAS KILLED AT THE BATTLE OF WATERLOO
18th JUNE 1815

À la mémoire de l’honorable sir Alexandre Gordon, K.C.B., lieutenant-colonel des Scots Guards et aide de camp du duc de Wellington. Après avoir servi son pays avec distinction, il fut tué à Waterloo le 18 juin 1815

Sur la droite (face nord), le texte en anglais :

SACRED TO THE MEMORY
OF
LIEUT.-COL. the HON. SIR ALEXANDER GORDON
KNIGHT COMMANDER OF THE MOST HONOURABLE ORDER OF THE BATH
AIDE-DE-CAMP TO FIELD-MARSHAL THE DUKE OF WELLINGTON
AND ALSO BROTHER TO GEORGE EARL OF ABERDEEN
-----------------------------------------------------------------------------------
WHO IN THE TWENTY-NINTH YEAR OF HIS AGE,
TERMINATED HIS SHORT BUT GLORIOUS CAREER
ON THE 18
th OF JUNE 1815
WHILST EXECUTING THE ORDERS OF HIS GREAT COMMANDER
IN THE BATTLE OF WATERLOO
DISTINGUISHED FOR GALLANTRY AND GOOD CONDUCT IN THE FIELD
HE WAS HONOURED THE REPEATED MARKS OF APPROBATION
BY THE ILLUSTRIOUS HERO
WITH WHOM HE SHARED THE DANGERS OF EVERY BATTLE
IN SPAIN, PORTUGAL AND FRANCE
AND RECEIVED THE MOST FLATTERING PROOF OF HIS CONFIDENCE
ON MANY TRYING OCCASIONS
HIS ZEAL AND ACTIVITY IN THE SERVICE OBTAINED THE REWARD
OF TEN MEDALS
AND THE HONOURABlE DISTINCTION OF THE ORDER OF THE BATH
HE WAS JUSTLY LAMENTED BY THE DUKE OF WELLINGTON
IN HIS PUBLIC DESPATCH
AS AN OFFICER OF HIGH PROMISE
AND A SERIOUS LOSS FOR THE COUNTRY
NOT LESS WORTHY OF RECORD FOR HIS VIRTUES IN PRIVATE LIFE
HIS UNAFFECTED RESPECT FOR RELIGION
HIS HIGH SENSE OF HONOUR
HIS SCRUPULOUS INTEGRITY
AND THE MOST AMIABLE QUALITIES
WHICH SECURED THE ATTACHMENT OF HIS FRIENDS
AND THE LOVE OF HIS OWN FAMILY
IN TESTIMONY OF FEELINGS WHICH NO LANGUAGE CAN EXPRESS
A DISCONsOLATE SISTER AND FIVE SURVIVING BROTHERS
HAVE ERECTED THIS SIMPLE MEMORIAL
TO THE OBJECT OF THEIR TENDEREST AFFECTION

REPAIRED IN 1863 BY HIS BROTHER
ADMIRAL THE HONBLE J. GORDON
 

REPAIRED IN 1871 AND 1888 BY HIS GRAND NEPHEW
JOHN 7TH EARL OF ABERDEEN
REPAIRED IN 1837 BY HIS FAMILY.

Une petite plaque au pied du monument reprend le même texte en anglais.

Sur la gauche (face sud), le texte en français :

À LA MÉMOIRE
DE L’HONORABLE SIR ALEXANDRE GORDON,
LIEUTENANT-COLONEL,
CHEVALIER COMMANDEUR DU TRÈS HONORABLE ORDRE DU BAIN,  AIDE DE CAMP DU FIELD
MARSHAL DUC DE WELLINGTON ET TROISIèME FRèRE DE GEORGE, COMTE D'ABERDEEN
-----------------------------------------------------------------------------------
 IL TERMINA À L’ÂGE DE 29 ANS
SA COURTE MAIS GLORIEUSE CARRIÈRE,
EN EXÉCUTANT LES ORDRES DE SON ILLUSTRE GÉNÉRAL
À LA BATAILLE DE WATERLOO.
SA BRAVOURE ET SES TALENTS DISTINGUÉS
LUI MÉRITÈRENT L’APPROBATION DU HÉROS
DONT IL PARTAGEA LES DANGERS
EN ESPAGNE, AU PORTUGAL ET EN FRANCE
ET QUI LUI DONNA LES PREUVES LES PLUS FLATTEUSES DE SA CONFIANCE,
DANS D’IMPORTANTES OCCASIONS.
SON PAYS RECONNAISSANT LUI A DÉCERNÉ, EN RÉCOMPENSE
DE SON ZÈLE ET DE SON ACTIVITÉ DANS LE SERVICE,
DIX MÉDAILLES ET L’HONORABLE DISTINCTION DE L’ORDRE DU BAIN.
LE DUC DE WELLINGTON L'A JUSTEMENT REGRETTé
ET L'A cité dans son rapport officiel
comme un officier qui donnait de hautes espérances
et dont la perte sera vivement sentie
par sa Patrie
IL N’ÉTAIT PAS MOINS RECOMMANDABLE PAR SES VERTUS PRIVÉES.
SON RESPECT SINCÈRE POUR LA RELIGION,
L’ÉLÉVATION DE SES PRINCIPES D’HONNEUR,
SA PROBITÉ SÉVÈRE,
ET LES AIMABLES QUALITÉS QUI LUI AVAIENT ACQUIS
L’ATTACHEMENT DE SES AMIS, ET L’AMOUR DE SA FAMILLE.
EN TÉMOIGNAGE DE CES SENTIMENTS QU’AUCUN LANGAGE NE SAURAIT EXPRIMER,
UNE SŒUR INCONSOLABLE ET CINQ FRÈRES QUI LUI SURVIVENT
ONT ÉLEVÉ CE modeste MONUMENT
À L’OBJET DE LEURS PLUS CHÈRES AFFECTIONS.

 

 

A l'arrière :


Fortuna Sequatur
Que la Fortune suive.
(Devise d'Aberdeen: Gordon était le frère du comte d'Aberdeen)

 

Sauf erreur, le monument n'avait plus été restauré depuis ... 1888 !
Au XIXe siècle, il l'avait été en 1837,1863, 1871 et 1888. (Cf. ci-dessus)
Le monument étant sa propriété, c'est la Régie des Bâtiments qui se charge de la restauration qui a débuté en octobre 2011.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Les travaux de restauration de la colonne au Lt-Col Sir Alexander Gordon s'achèvent (avril 2012).


Vue panoramique du nord vers le sud à partir des champs à l'est du monument hanovrien.

2) Monument dit "aux Hanovriens"

Même s'ils sont indubitablement allemands, les membres de la King's German Legion faisaient bien partie de l'Armée britannique. Il est donc tout à fait logique de mettre ce monument ici. Il est situé en face du monument Gordon, à l’emplacement présumé de la fameuse sablière héroïquement défendue par ce régiment d'élite qu'était le 95th Rifles. Ce monument en forme de pyramide tronquée, entourée d’une grille de fer forgé, fut érigé en 1818 par les anciens officiers de l'unité, à la mémoire des colonels Christian baron von Ompteda, commandant le 5e bataillon d’infanterie de ligne, Karl du Plat, commandant le 4e bataillon d’infanterie de ligne, et des 36 autres officiers de la King's German Legion tués of blessés mortellement le 18 juin 1815.

Il est important de noter que beaucoup de sources mentionnent la sablière comme un endroit où de nombreux corps ont été enterrés (on parle parfois de 4.000 corps, ce qui semble énorme). Comme le monument a été érigé en  1818, ces corps n'ont pas pu être déterrés par les compagnies -e. a. une bavaroise- qui ont écumé les champs de bataille napoléoniens pour déterrer les os des victimes des batailles et les broyer pour les vendre comme engrais pour l'agriculture en Grande-Bretagne. Cette pratique écœurante a vidé un très grand nombre de fosses communes des batailles de l'Empire.

Reportage de l'inauguration de la restauration de ce monument le 24 avril 2015.

La composition du 2nd Brigade K.G.L.-Col. Baron OMPTEDA était la suivante:
1st Light Battallion, K.G.L.     Lieut.-Col. L. Bussche.
2nd Light Battallion                 Major G. Baring.
5th Line Battallion                  Lieut.·Col. W. B. Linsingen.
8th Line Battallion                  Major Schroeder (Lieut.-Col).

À l'ouest :

DEM ANDENKEN
IHRER WAFFEN GEFÄHRTEN WELCHE
IN DER EWIG DENKWÜRDIGEN SCHLACHT VON
18TEN JUNI 1815
DEN HELDEN TOD HIER STARBEN

À la mémoire de leurs compagnons d’armes qui tombèrent ici en héros dans la journée mémorable pour l'éternité du 18 juin 1815.

À l'est :

TO THE MEMORY
OF THEIR COMPANIONS IN ARMS
WHO GLORIOUSLY FELL IN THE MEMORABLE
18TH DAY OF JUNE 1815.

this monument
is erected by the officers of the king's
german legion

À la mémoire de leurs compagnons d’armes qui tombèrent glorieusement dans la mémorable journée du 18 juin 1815. Ce monument a été érigé par les officiers de la King's German Legion.
On remarquera que la seconde phrase figure en allemand au bas de la liste au sud.

Au nord:

Obrist und Brigadier Cristian von Ompteda
Obrist und Brigadier Carl Du Plat

         1tes Leichtes Dragoner Regiment
Rittmeister Friedrich Peters
Lieutenant Friedrich von Levetzow
Lieutenant Otto Kuhlmann

         2tes Leichtes Dragoner Regiment
Rittmeister Friedrich von Bülow
Cornet Heinrich Drankmeister

          1tes Husaren Regiment
Rittmeister und Brigade Major Carl von Bobers

           3tes Husaren Regiment
Obristlieutenant Ludwig Meyer
Rittmeister Agatz von Kerssenbruch
Rittmeister Georg Janssen
Lieutenant und Adjudant Heinrich Bruggemann
Cornet Wilhelm Deichmann

            1tes Leichtes Infanterie Bataillon
Hauptmann Heinrich von Marschalk
Hauptmann Alexander von Goeben
Lieutenant Anton Albert

             2tes Leichtes Infanterie Bataillon
Major Adolph Bösewiel
Hauptmann Wilhelm Schaumann
Hauptmann und Brigade Major Heinrich Wiegmann
Fähndrich Friedrich Robertson

 

 

Nous avons scrupuleusement respecté la graphie du monument. Nous avons comparé ces noms avec ceux mentionnés dans le Waterloo Medal Roll. Voici ce que cela donne.
Obrist und Brigadier Cristian von Ompteda est mentionné au 5tes Linien Bataillon
Obrist und Brigadier Carl Du Plat est mentionné comme LtCol au 4tes Linien Bataillon

1es Leichtes Dragoner Regiment
Le Colonel Dornberg fut grièvement blessé.
Lieutenant Otto Kuhlmann, du Troop 6 du Capitaine Friedrich Uslar
Lieutenant Friedrich von Levetzow, du Troop 7 du Capitaine Edelhorst
Rittmeister Friedrich Peters, du Troop 10 du Capitaine Leftrew.

2es Leichtes Dragoner Regiment
Rittmeister Friedrich von Bülow, non mentionné comme tué.
Cornet Heinrich Drankmeister, non mentionné.

1es Husaren Regiment
Rittmeister und Brigade Major Carl von Bobers, non mentionné.

3es Husaren Regiment
Aucun mentionné

1stes Leichtes Infanterie Bataillon
Hauptmann Philip Hotzermann, non mentionné sur le monument
Hauptmann Heinrich von Marschalk, tué en assistant le Major Baring dans la défense de la Haie-Sainte.

2stes Leichtes Infanterie Bataillon
Major Adolph Bösewiel mentionné comme capitaine, non mentionné comme tué. Il était en fait Captain Battallion Major
Hauptmann und Brigade Major Heinrich Wiegmann mentionné comme Wigmann.

Au sud :

             1tes Linien Bataillon
Hauptmann u. Brigade Major August Saffe
Hauptmann Carl von Holle
Fahndrich Hartwig von Lucken

              2tes Linien Bataillon
Obristlieutenant Johann von Schröder
Hauptmann Georg Thilee

              3tes Linien Bataillon
Hauptmann Friederich Diedel
Lieutenant Friederich von Jeinsen
Lieutenant Friederich Leschen

              4tes Linien Bataillon
Major Georg Chuden
Major Georg Leue
Hauptmann Friederich Heise
Fähndrich Theodoor Cronhelm

              5tes Linien Bataillon
Hauptmann Christian von Wurmb
Lieutenant und Adjudant Ludwig Schuck

              8tes Linien Bataillon
Hauptmann August von Voigl
Hauptmann Fr. von Westenhagen
Lieutenant Wilhelm von Marenholz

                     Artillerie
Lieutenant Carl von Schulzen

                       Gewidmet
von den Officieren der Königlich Gross-Britannisch
                 Deutschen Legion

Dans le Waterloo Medal Roll:

1stes Linien Bataillon
L'Obristlieutenant Johann von Schröder n'est pas mentionné.
Hauptmann Georg Thilee est mentionné comme George Tilce.

3tes Linien Bataillon
Hauptmann Friederich Diedel est mentionné comme Pridel.
Lieutenant Friederich von Jeinsen est mentionné comme de Teinsen (mort de ses blessures).
Lieutenant Friederich Leschen, mort de ses blessures.

4tes Linien Bataillon
LtCol du Peat (Bat Col), mort de ses blessures. Sans doute Du Plat.
Major Georg Chuden, mort de ses blessures.
Major Georg Leue est mentionné comme Capitaine George Lane (mort de ses blessures à Bruxelles le 22).
Hauptmann Friederich Heise, mort de ses blessures à Bruxelles le 26.

5tes Linien Bataillon
Colonel baron Christian von Ompteda mentionné ici.
Hauptmann Christian von Wurmb, également baron.

8tes Linien Bataillon
Hauptmann August von Voigl est mentionné comme Augustus Voight
Hauptmann Fr. von Westenhagen est mentionné comme Westernhagen

Artillerie
Lieutenant Carl von Schulzen n'y figure pas, par contre, il figure bien sur le monument aux morts de l'artillerie dans l'église de Waterloo.

Il est difficile de savoir à quelle source se fier, car dans certains cas, il y a des erreurs manifestes dans le Waterloo Medal Roll, dans d'autres cas, c'est peut-être sur le monument.


Le 2e Bn léger de la KGL en reconstitution (Waterloo 2009)

3) Stèle au 8e de Ligne (4e Div. (Durutte), 1er Corps)

 

EN CE LIEU
LE 18 JUIN 1815
LE 8E RÉGIMENT
D’INFANTERIE DE LIGNE
DE LA DIVISION DURUTTE
ATTAQUA AVEC SUCCÈS
LA 2E LÉGION ALLEMANDE
DU COLONEL
VON OMPTEDA


FONDATION                     
NAPOLÉON          AFEW. 

 

Le régiment eut à Waterloo 1 officier et 19 officiers blessés.
Cette stèle fut inaugurée le 7 novembre 1992 par M. A. Laurent, secrétaire-général des Anciens Combattants français en Belgique, en présence du colonel de la Forcade, attaché de Défense, représentant S.E. l'Ambassadeur de France, et du colonel Bereil, chef de corps du 8e Régiment d'Infanterie "Austrasie",

 

"On peut s'étonner de la présence du 8ème de ligne en cet endroit, alors que [...]  la division Durutte est engagée sur l'extrême nord-est de la ligne française.  La raison en est que, après la prise de la Haie-Sainte vers 18 h 30, le maréchal Ney rassemble un maximum de troupes pour exploiter ce succès local (ou bien a-t-il déjà  rassemblé ces troupes plus tôt, pour appuyer la conquête de la ferme).  C'est dans ce cadre qu'il rappelle la brigade Pégot (8ème et 29ème de Ligne), et peut-être aussi le 85ème.  Le colonel Ompteda, obéissant malgré lui à l'ordre plus qu'imprudent du prince d'Orange, fut tué près de cet endroit par des cuirassiers français. "

Bulletin de la Société Royale Belge d'Etudes Napoléoniennes, 2008, N°52, La division Durutte à Waterloo,  W. Aerts, commenté et annoté par Dominique Timmermans, (p.18).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Récemment (2010), comme on peut le voir sur cette photo, des vandales ont essayé d'arracher l'aigle. Heureusement, le glorieux rapace a bien résisté.

Actes de vandalisme sur le champ de bataille de Waterloo

Il n'a malheureusement pas résisté à une nouvelle tentative de vol, sans doute au cours du week-end du 1-2 octobre 2011.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Encore une fois, du vandalisme sur le champ de bataille, encore une fois, la stèle du 8e de Ligne a trinqué. Nous avons constaté ce 25 avril 2013 que des imbéciles ont "soigneusement" arraché les lettres "En ce lieu" au début de la phrase sur le monument.

Pourquoi ? Vandalisme pure, ou pseudo-historiens croyant que l'emplacement n'est pas exact et qui veulent "corriger" ou réécrire l'histoire à leur façon ? Ils devraient savoir, s'ils savent un peu consulter les livres sur la bataille, que le maréchal Ney a, pour le dernier assaut sur la Haie-Sainte, rassemblé des troupes disponibles, y compris de la division Durutte qui, en début de bataille, se trouvaient plus à l'est.


Où va-t-on si n'importe qui commence à "corriger" des monuments à sa manière. Dans le même esprit, il ne faudrait alors même plus s'étonner que quelqu'un veuille, de sa propre initiative, bouger la colonne Gordon, car en effet, Gordon a été blessé bien plus près de l'emplacement du Lion...

 

 

 

 

 

 

Après restauration complète, le 22/11/2014.

 


Panorama vers le nord à partir du chemin sans issue à lest de la Haie-Sainte.
(Cliquez pour agrandir)

 

4) Plaque au 2nd Light Bataillon, King's German Legion et au général von Ompteda

TO MAJ. BARING AND THE 2nd LIGHT
Btn KGL's HEROIC DEFENCE OF
LA HAIE SAINTE 18 JUNE 1815
ALSO TO COL. VON OMPTEDA WHO FELL
LEADING A BRAVE COUNTER-ATTACK
AFTER THE FALL OF THE FARM

DEDICATED BY
BEXHILL-ON-SEA ENGLAND
A KING'S GERMAN LEGION
GARRISON 1804-14

IM GEDENKEN AN DIE HELDENHAFTE VERTEIDIGUNG
VON LA HAIE SAINTE AM 18. JUNI 1815 DURCH
MAJOR BARING MIT DEM 2. LEICHTEN BATL.
DER KGL. DEUTSCHEN LEGION UND
AN OBERST von OMPTEDA, DER BEIM TAPFEREN
GEGENANGRIFF FIEL NACH DEM VERLUST DER FARM

 Au major Baring et au 2e bataillon léger de la KGL, pour l’héroïque défense de la Haie-Sainte, le 18 juin 1815. Egalement au colonel von Ompteda qui tomba en dirigeant la contre-attaque après la chute de la ferme.
Dédié par Bexhill-on-Sea, Angleterre, une ville de garnison de la KGL de 1804- à 1814.
 

Cette plaque a été apposée en 1998.

 

 


5) Plaque aux morts des 1er et 2ème Bataillons légers et du 5ème de Ligne de la King's German Legion.

En 1822, le Prince royal de Hanovre et les officiers de l'unité firent placer une pierre en marbre blanc sur le mur de la ferme. L'inscription était celle-ci :

The Officers of the 2nd Light Bataillon
King's German Legion
To the memory of their brother Officers
and friends of their Regiment who fell
in defending this farm on the 18th of June 1815.
Captain Bt Major  Adolphus Bösewiel
Captain William Wiggmann
Captain Win Schaumann
Ensign Ernestus Robertson.

En 1847, cette pierre fut remplacée par une plaque en fer en forme de losange. Celle-ci rappelle également le sacrifice des officiers du 1er Léger et du 5ème Bataillon de Ligne. En revanche, le Hauptmann und Brigade Major Heinrich Wiegmann (Wigmann) ne figure plus sur la nouvelle plaque.

DIE
OFFICIERE
DES 2TEN
LEICHTEN BATAILLONS,
KÖNIGLICH DEUTSCHER LEGION, IHREN
IN DER VERTHEIDIGUNG DIESER MEYERAY
AM 18TEN JUNI 1815 GEFALLENEN WAFFENBRÜDERN:
MAJOR H. BÖSEWIEL
CAPITAIN W. SCHAUMANN
FÄHNDRICH F. von ROBERTSON
UND 46 UNTEROFFICIERE UND JÄGER VOM 2TEN LEICHTEN BATAILLON.
WIEDERHERGESTELLT DURCH SEINE KÖNIGLICHE HOHEIT
DEN KRONPRINZEN GEORG von HANNOVER AN 18TEN JUNI 1847
UND ZUGLEICH DEWIDMET DEN EBENDASELBST BEI
DIESER GELEGENHEID GEFALLENEN:
CAPITAIN H. von MARSCHALCK
vom 1TEN LEICHTEN BATAILLON,
CAPITAIN C. von WURMB
vom 5TEN LINIEN BATAILLON
IN ANERKENNUNG DES VON
IHNEN BEWIESENEN
HANNÖVERSCHEN
HELDENMUTHS.

 

"Les Officiers du 2ème Bataillon Léger de la King's German Legion à leurs frères d'armes tombés le 18 juin 1815 à la défense de cette métairie : Major H. Bösewiel, Capitaine W. Schaumann, Aspirant F. von Robertson et 46 Sous-Officiers et Chasseurs du 2ème Bataillon Léger. Restauré par son altesse royale le Prince héritier Georges de Hanovre le 18 juin 1847 et également dédié au Capitaine H. von Marschalck, du 1er Bataillon léger et au Capitaine C. von Wurmb, du 5e Bataillon de Ligne, également tombés à cet endroit. En reconnaissance de la bravoure hanovrienne démontrée par eux."

 

6) Plaque au 13e Léger (2e Div. (Donzelot), 1er Corps) et au 1er Génie (1er Régiment de Sapeurs-Mineurs) du 1er Corps et plaque de la SBEN

LE 18 JUIN 1815
VERS 18 H 30
LA FERME DE LA HAyE SAINTE
(
sic)
FUT ENLEVÉE PAR LE MARÉCHAL NEY
GRACE AUX ASSAUTS HÉROÏQUES
DES SAPEURS DU 1ER RÉGIMENT DU GÉNIE
DU COLONEL LAMARE
2E COMPAGNIE DU 2E BATAILLON
ET DU 13E RÉGIMENT D’INFANTERIE
LÉGÈRE DE LA DIVISION DONZELOT
 

FONDATION NAPOLÉON            A.F.E.W.

Le 13e Régiment d'infanterie légère eut à Waterloo 5 officiers tués, 1 blessé mortellement, un disparu et 20 officiers blessés (+ 2 le 17).
Le 1er Régiment du Génie, en fait à l'époque 1er Régiment de Sapeurs-Mineurs, eut à Waterloo 1 officier tué, 1 blessé mortellement, 9 officiers blessés. Cette unité était commandée par le Colonel Jean-Baptiste LAMARE, né le 29 septembre 1775 à Bruxelles. Il fut naturalisé français en 1816. Cette plaque en marbre noir, apposée sur les murs de la Haie Sainte, fut également inaugurée le 7 novembre 1992, en présence du colonel de la Forcade, par le chef de bataillon e.r. P. Guyot. président de l'Amicale des Anciens du 1er Régiment du Génie.

 


La plaque aux combattants français morts à l'assaut de la Haie-Sainte apposée par la Société belge d'Etudes napoléoniennes pour le 150e anniversaire de la bataille. (la plaque après sa restauration par l'ACMN)
 

A la mémoire
des combattants français
qui se sacrifièrent héroïquement
devant les murs de la Haie-Sainte
le 18 juin 1815
Société belge d'Etudes napoléoniennes
1965

La Haie-Sainte, défendue par la Légion allemande du Roi, prise à 18 heures par l'infanterie française.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le tableau de Knötel montrant l'attaque de la porte est.

 

Trois cartes postales anciennes. La première avant l'installation des rails du tram. La seconde après l'arrivée du tram, la dernière après l'abattage des arbres.

 

 

La grange et le mur, au sud. Cette partie de mur existait en 1815, mais a été reconstruite à la fin des années 1980.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux vues du début du 20e siècle.

 

 

Vue intérieure

Correspondance imparfaite, mais assez réussie...
 

 

Vue sur la cour intérieure et le pigeonnier.

 


C'est cette même vue de l'intérieur de la ferme que l'on voit sur le bas-relief  de Werner Hantelmann qui représente le major Baring (au centre) sur l'hôtel de ville (Neues Rathaus) de Hanovre.
A gauche, le fusilier Lindenau lui montre qu'il n'a plus que trois cartouches !

 


Détail de la partie droite : le soldat hanovrien qui essaye d'éteindre le feu de la grange.


Détail de la partie droite : soldat français à l'assaut

 

Le bas-relief complet.

 

La perspective des premiers Français qui ont pu pénétrer par la porte est...
Seuls quelques KGL hantent encore les lieux de nos jours.

 

Le nord de la ferme, à droite la maison.
C'est par ici que les rares survivants (on dit une quarantaine sur près de 400) ont pu rejoindre les lignes alliées.


La façade ouest.


Vue du nord vers le sud sur la partie nord de la Haie-Sainte. En 1815, il y avait ici le jardin. C'est par ici que les survivant purent s'échapper.

 


Panorama complet à 360° à l'arrière de la ferme de la Haie-Sainte.
(Cliquez pour agrandir)
Attention, il fait plus de  200 cm de large !

Cette vue est particulièrement intéressante, car, si vous êtes attentifs, vous verrez encore à quel point la crête de Mont-Saint-Jean était élevée, et à quel point elle l'est encore
malgré l'arasement suit à le construction de la butte. Aucun autre endroit ne permet de le voir aussi bien !


Vue à partir du sud-ouest de la ferme. On voit que le terrain est très valloné. Des cavaliers peuvent surgir de derrière la crête : ils sont invisibles jusqu'à ce qu'ils se trouvent à moins de 150 m !
Cela explique la destruction des 2 bataillons hanovriens.

 

 

Bibliographie :

- An., The Waterloo Medal Roll, Compiled from the Muster Rolls, The Naval and Military Press, 1992.

- Mark Adkin, The Waterloo Companion, Aurum Press, 2001.

- Alain CHAPPET - Roger MARTIN - Alain PIGEARD, Le Guide Napoléon - 4000 lieux pour revivre l'épopée, Bibliothèque Napoléonienne, Tallandier, 2005.

- Dalton, Charles, The Waterloo Roll Call, with biographical notes and anecdotes, Eyre and Spottiswoode, London, 1904
- Hecq, Jean, La promenade impériale, itinéraire commenté des plaques et des stèles érigées par l'Association Franco-Européenne de Waterloo avec le concours de la Fondation Napoléon, A.F.E.W., s.d., Louvain-la-Neuve.
- Hofschröer,Peter,  Waterloo 1815 - Wavre, Plancenoit & the race to Paris, Pen & Sword, 2006.    

- Martinien, Aristide, Tableaux par corps et par batailles des Officiers tués et blessés pendant les guerres de l'Empire (1805-1815), Editions militaires européennes, Paris + les Suppléments.

-  G. Speeckaert et I. Baecker, Les 135 vestiges et monuments commémoratifs des combats de 1815 en Belgique, Waterloo, relais de l'histoire, 1990. (INDISPENSABLE pour trouver les monuments !) Attention, il ne mentionne évidemment que les monuments antérieurs à 1990. Il existe une nouvelle édition de 2006.

- C. Van Hoorebeeck, http://www.freepub.be/waterloo.php
- C. Van Hoorebeeck, La Colonne Victor Hugo, son histoire, son secret, du dénuement au dénouement, Les éditions namuroises, 2011.
- C. Van Hoorebeeck, Le Goumont 1815, Citadelle de la mémoire, Les Editions namuroises, 2010.

 

 

Retour à la page BATAILLE DE WATERLOO

Retour à la page d'accueil