Réalisations 1993 


Travaux réalisés à l’initiative de l’ACMN, grâce au Souvenir français,

à la Fondation Napoléon, aux communes et aux membres de l’ACMN
 

 

Paris, cimetière du Montparnasse,
1e Division, 1e Section


François Etienne
DamaS
 

 

1764-1828
 

Général de division

Grand officier de la Légion d’honneur

 


Chef d’état-major de Kléber en 1798, il passe au service du grand duché de Berg en 1807), puis sert en Russie. Nommé Général de division  en 1813.
 

 Þ Souvenir français Ü

 

 

ICI REPOSE

LE LIEUTENANT GÉNÉRAL ÉTIENNE
FRANÇOIS DAMAS, CHEF D'ÉTAT-MAJOR
DE KLÉBER EN ÉGYPTE ET SON PLUS
INTIME AMI.
né à Paris le 22 juin 1764, décédé à paris
le 21 décembre 1828.

érigé par sa famille et ses amis
ET
FÉLIX DAMAS
mars1811 – juin 1888

 

 

Paris, Cimetière du Montparnasse
13e Division, face à la 6e Division
 


 

Jean Louis Godefroy

 

1778-1844
 

Lieutenant-colonel
Officier de la Légion d’honneur

 

Lieutenant aux fusiliers-chasseurs en 1807, il passe capitaine au 5e voltigeurs en 1813, puis devient chef de bataillon en 1814. Major du 27e de ligne en 1815
 

23 CAMPAGNES DE MAUBEUGE À WATERLOO

 

 Þ Souvenir français Ü

 

Paris, Cimetière du Montparnasse
15e Division
 


 


Jean-Baptiste Alexandre
Stroltz

 

1771-1841
 

Général de division

Grand officier de la Légion d’honneur

 

Cavalier au 1er Chasseurs à Cheval en 1793. Lieutenant et aide de camp de Klébert l'année suivante. Sert à Hohenlinden. Colonel en 1805. Au service de Naples en 1806. Passe au service du roi Joseph en 1808. Général de brigade en 1814. Il se signale en 1815 à Ligny et Rocquencourt.
 

 Þ Souvenir français Ü

 

Le Bon de Stroltz

Lieutenant Général

Grand Officier de la Légion d'honneur

ancien député

Né à Belfort le 6 août 1771,

mort à PARIS le 28 8bre 1841
-----------------------

Rose éléonore Virginie Louise

BOINET, veuve du général

de STROLTZ

née à Pirmasens (Bavière)

le 29 novembre 1797,

décédée

à Paris le 4 avril 1848.
 

Paris, Cimetière de Montmartre
25e division

 


 

Gilles Berthelot

 

1785-1848
 

Vieux débris de la Grande Armée
 

 Þ Souvenir français Ü

 

 

Paris, Cimetière de Montmartre
24e division :

 


(photo Lecreux frèreS
 

François Alexandre Hurel

 

1774-1847

Colonel

Baron de l'Empire
 

Lieutenant-général
Grand-Officier de la Légion d’honneur

 

Soldat au 2e Bataillon de volontaires des Deux-Sèvres en 1794. Sous-Lieutenant (à titre provisoire) au 88e de Ligne en Egypte en 1801. Campagnes 1805-1807.  Espagne 1810-1811. Major du  3e Voltigeurs en septembre 1813. Blessé à la jambe à Hanau. Baron de l’Empire en novembre 1813.  Colonel du 3e voltigeurs de la Garde à Waterloo. 

 

LIEUTENANT Géneral

baron hurel

(françois alexandre)

né à acon (eure) le 3 juin 1774

décédé à paris le 6 mai 1847

décoré des mains de l'Empereur

au camp de boulogne

 

 Þ Souvenir français Ü

 

Paris  Cimetière de Montmartre
7e Division, avenue des Carrières.
 


 

Jean-Paul JerZmanowski

 

 

1779-1862
 

Baron de l’Empire

Major aux Lanciers polonais de la Garde

 

Général

 

Baron de l’Empire en 1813. Chef d’escadron au 1er Chevau-légers lanciers de la Garde impériale, major commandant la cavalerie de l’île d’Elbe. Pendant les Cent-Jours, il commande les escadrons 2 à 5 du 2ème régiment de Chevau-légers Lanciers (Lanciers rouges). Jerzmanowski fut blessé à Waterloo.
 

Þ Souvenir français Ü

 


Jean-Paul
JerZmanowski

Baron de l'Empire

général

compagnon de napoléon I.

à l'Île d'elbe

né à mniewo en pologne,

le 23 juin 1779, décédé à paris,

le 15 avril 1862,

dans se 83me année

de profundis.

 

Notons que ce monument est également la tombe et/ou le mémorial de nombreux autres officiers polonais exilés.


Paris Cimetière Montmartre
12e Division
 


 

Jean-Baptiste Prosper Jollois

 

1776-1842
 

Ingénieur en chef

(expédition d’Egypte)

 

 Il fut e. a. chargé des travaux hydrauliques du delta du Nil.

 

 Þ Souvenir français Ü
 

Paris Cimetière de Montmartre
13e Division


 

Jean-Aimé-Nicolas Naudet

 

1783-1847
 

Maréchal de camp

Officier de la Légion d’honneur

 

Jean-Aimé-Nicolas Naudet est né le 9/7/1787 (selon le GN ou 1783, selon l’ACMN ou 1785 selon la base de données de la Légion d’Honneur !!) à Seine-Port. Il est  mort le 29/03/1847 à Paris.  Il fut capitaine quartier maître au  58e de Ligne en 1813, puis Maréchal de camp. Officier de la Légion d’honneur.



 Þ Souvenir français Ü
 

 

Malheureusement, en 2006, la tombe était déjà à nouveau anonyme, car la nouvelle plaque avait dû être démontée « pour des problèmes de pierre ».

 

 

Paris Cimetière de Montmartre
19e Division, 3e ligne, chemin Artot
 


 

Jacques Noël Sané

 

Brest (18 février 1740) - Paris (22 août 1831)
 

 "Le Vauban de la Marine"

Ingénieur-général.

Il est l’architecte de la quasi-totalité des vaisseaux de ligne construits en France de la Guerre d’Indépendance américaine à la fin du Premier Empire.
Membre de l’Académie de Marine (1786), sous-directeur des constructions (1789), directeur du port de Brest (1793), membre de l’Académie des sciences (1796), inspecteur des constructions navales de l’Atlantique (1798), inspecteur général du génie maritime de 1800 à 1817.
Baron de l'Empire en 1810
Président du Comité de Construction en 1820

Grand-officier de la Légion d’honneur

 Þ Ville de Paris Ü

 

64 La Rhune  

hotographie Durand-Baron.  

Le 30 septembre 1993

inauguration de l’obélisque restauré

commémorant l’ascension de l’impératrice Eugénie

le 30 septembre 1859.
 

A gauche, Mythèse Barthélémy qui participa au dossier.

(Voir bulletin  22 page 9)
 

Þ Fondation Napoléon, Communes et ACMN Ü

 

 

52 Doulevant le Château
 

 

Le 1er mai 1993,

pose d’une plaque commémorative

rappelant le séjour

de Napoléon

les 24, 25 et 28 mars 1814 dans la maison du

notaire Jeanson
 

 (voir bulletin 22 p.11)

 Þ plaque ACMN Ü
 

 

51 Vertus  Cimetière
 

 

 

S’associant aux Ragreigneux qui nettoyèrent plus de 40 sépultures de vétérans de la Grande Armée, le 16 mai 1993, pose d’une plaque commémorative

 ICI REPOSENT
DE NOMBREUX BRAVES
DE L’EPOPEE  NAPOLEONIENNE

 (voir bulletin 22 p. 13)

Þ plaque ACMN Ü
 


06 Séranon

 

Documentation A.P.Pagès

 Le 19 juin 1993,

pose d’une plaque commémorative

relatant le passage

de Napoléon

le 2 mars 1815
 

 (voir article dans Quelques événements napoléoniens)
 

 Þ plaque ACMN Ü

 

 

51 Vitry le François

 

 

Etienne Nicolas Lefol
 

1764-1840
 

 Général de division

Commandant de la Légion d’honneur
 

 Þ Souvenir français Ü
 


01 Coligny


Documentation S. de Fareins

Monsieur Vulin, Conseiller général, et Serge de Fareins  découvrent la plaque


Le 26 juin 1993

pose d’une plaque à la mémoire du chef de bataillon

Claude Journet

sur sa maison natale.
 

Manifestation Mérite Claude Journet et ses compagnons,

Président S. de Fareins, Délégué ACMN.

 

 

 

26 Valence

documentation M. Brunet

(photo. monument en 1913)

 Le 11 novembre 1993

inauguration du monument restauré
 

Aux enfants de la Drôme
morts pour la patrie (1870-71)
 

 (Voir article dans En flânant)
 

Þ C.G. Drôme, S.F., communes, ACMN Ü
 

02 Nesles-la-Montagne
 


 

 Le 14 février 1993

Inauguration d’une stèle en forme de Légion d’honneur rappelant l’emplacement du château où était installé, en février 1814, le Quartier général IMPERIAL.

 Stèle réalisée par l’ACMN Aisne, plaque granit par Monsieur Nivesse, Membre d’honneur de l’ACMN.

(voir bulletin 21, page 24)
 

 

21 Châtillon sur Seine (cimetière de Saint-Vorles)


 Claude
Testot-Ferry

1773-1856
 

 Colonel-major du 1er Eclaireurs de la Garde impériale
 

Maréchal de camp

Commandeur de la Légion d’honneur

 

(voir bulletin 21, page 26)

 

 Þ Souvenir français Ü
 

45 Cepoy
 

Photographie JP Bibet, collection R. Chénier

Le 20 novembre 1993, inauguration de la restauration de la sépulture d'

 Etienne Alexandre Bardin

 Colonel d'état-major

Commandant de la Légion d’honneur
Auteur du célèbre règlement qui porte son nom

 

1774 (Paris) -1840 (Le Châtelet, Corquilleroy (45))

Etienne-Alexandre Bardin, né à Paris en 1774, s’engage en 1792 (à 18 ans) dans le 8e bataillon de Volontaires nationaux de la réserve. Après avoir pris part à la défense  de Gênes sous les ordres de Masséna, le capitaine Bardin est nommé aide de camp du général Junot, commandant de Paris. Deux ans plus tard, il est fait chef de bataillon du 1er régiment de la Garde de Paris. Il publia, afin de pallier le manque de d’ouvrages pratiques, le Manuel d’infanterie et le Mémorial de l’officier d’infanterie. En 1811, il est nommé pour faire partie d’une commission chargée de mettre un peu d’ordre dans l’uniforme de l’armée française, c’est-à-dire de faire façonner des modèles types de tous les effets d’habillement et de harnachement. Le major Bardin  proposa alors de faire un nouveau règlement d’uniforme, comprenant une description détaillée des effets et accompagnée de dessins en nombre suffisant pour l’intelligence du texte.

Pendant qu’il travaillait à cet ouvrage, le major Bardin fut nommé colonel du régiment des Pupilles de la Garde, ex-vélites royaux de Hollande.  Le nouveau règlement fut promulgué avant d’être terminé, ce furent les décrets du 19 janvier 1812 concernant l’uniforme de l’infanterie, et celui de février 1812 concernant la cavalerie.  Le colonel Bardin reçut ensuite le commandement d’un des régiments dont le cadre était issu des Pupilles, le 9e de Tirailleurs, et fit à la tête de ce corps les campagnes de 1813 et de 1814.

Mis à la demi-solde à la chute de l’Empire, il fut remis en activité le 23 février 1815 et attaché au dépôt de la guerre en qualité de colonel d’état-major. Il reprit alors son travail sur l’uniforme de l’armée dans l’état où il l’avait laissé. Les Cent-Jours n’interrompirent pas le travail de Bardin, ils ne firent que le compliquer par l’obligation où il se trouva de substituer les marques royales aux marques impériales et inversement, selon les jours. Sous les ministères du maréchal Gouvion et du duc de Feltre, Bardin continue son travail sur l’uniforme de l’armée française. Lorsque son travail fut presque achevé, le maréchal Gouvion revint au ministère et, trouvant le règlement trop gros, le fit mettre au pilon sans même l’avoir ouvert.

Admis à la retraite en 1823 avec le grade de maréchal de camp, Bardin s’est attaché dès lors à terminer l'ouvrage qu’il avait entrepris en 1810, et dont il s’était occupé sans relâche depuis lors, le "Dictionnaire de l’Armée de terre".
Il meurt le 27 octobre 1840 au
Châtelet, Corquilleroy, dans le Loiret.

Source : http://www.1789-1815.com/bardin.htm
 

 Tombe entièrement restaurée par J.P. Bibet, Délégué ACMN

 

 
 

59 Valenciennes


Adrien Jean-Baptiste François
Bourgogne

dit Sergent Bourgogne

1785-1867

Lieutenant
 

Chevalier de la Légion d’honneur
 

Þ Restauration effectuée par Mairie moins de trois mois après LA demande ACMN Ü
 

 

 

Sauf indication contraire, toutes ces photographies sont © Collection Robert Chénier (photos Bernard Got) et les textes principalement issus de documentations Jacques Ibry et Bernard Quintin.
 

Revue de l’ACMN, 2ème semestre 1994.

Retour à la page d'accueil