Étienne-Jacques-Joseph-Alexandre MACDONALD

(1765-1809-1840)

maréchal de l'Empire
duc de Tarente

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Macdonald en Capitaine, Aide de Camp du Gén. de Beurnonville en 1792,
par L.E. Rioult

 

Étienne Macdonald est né à Sedan (18, rue du Ménil), fils d'un Écossais réfugié en France après Culloden (1746).

 

La maison natale de Macdonald, 18 (et non 8), rue du Ménil à Sedan, en travaux depuis quelques années (photo 2008). A l'époque, c'était l'hôtel des Trois Rois, où ses parents logaient.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et la modeste plaque qui l'ornait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Malheureusement, la plaque a été retirée pour les travaux et elle n'a jamais été replacée ! (photo 2010)

Il commence sa carrière militaire dans la légion irlandaise en 1784.  Ses capacités le font rapidement monter en grade. 

   Il participe à la bataille de Jemappes et devient déjà général de brigade en août 1793.

Macdonald mène une belle carrière, mais est disgracié pour avoir pris la défense de Moreau en 1804.  Il passe ensuite au service de Naples.

Lors de la campagne de 1809 en Italie, il commande un corps d'armée sous le prince Eugène.
 

C'est à Wagram qu'il va connaître son heure de gloire.  Son corps d'armée, formé en carré, va décider de la bataille tout en subissant de très lourdes pertes.  Il sera un des trois maréchaux de la campagne d'Autriche de 1809 (celui nommé "par la France").

Lors de la campagne de Russie, il commande le Xe corps, qui restera en réserve, car e.a. composé de deux divisions prussiennes, très peu sûres (!).

Ce sera ensuite la campagne de Saxe en 1813, où il subira une grave défaite sur la Katzbach contre Blücher, perdant plusieurs milliers d'hommes.

26 août 1813 : bataille de la Katzbach

 

 

À LA MÉMOIRE
DES SOLDATS TOMBÉS
DANS LA BATAILLE DE KACZAWA
LE 26 AOÛT 1813

 

 

 

 

Le monument le plus important de la bataille se trouve près du confluent de la Wütende Neisse et de la Katzbach, où était disposée l'aile gauche française à la fin de la bataille. Érigé en 1908, détruit en 1945, il fut réédifié en 1996.  Il est constitué de blocs de pierre, surmonté de boulets, et porte en quatre langues (polonais, allemand, français, russe) une inscription aux soldats tombés.


A Krayn (Krajow), un autre obélisque authentique de 1913 existe encore. Il indique l'emplacement du gué, toujours intact, utilisé par les troupes françaises pour atteindre le champ de bataille, puis, au soir, pour s'en échapper. Dans le même village, le château servit de QG à Macdonald et comme hôpital de campagne. Une plaque apposée en 1998 à l'entrée le rappelle.

 


16- 18 OCTOBRE 1813 : BATAILLE DE LEIPZIG

Apelstein 07 Macdonald (Seifertshain, Kolmberg)

L'Apelstein 7 se trouve à une centaine de mètres du monument sur le Kolmberg.  Elle indique les positions de Macdonald (XIème Corps, 15.000 hommes) le 16, face à celles de Klenau (Apelstein 8).  Macdonald est également mentionné sur l'Apelstein 27.

N

 

MACDONALD

Herzog von

Tarent

IX. Corps

15.000 M.

 

 

7.

 

 

 

N

Schlacht
bei
WACHAU
am

16. October
1813

 

7.
Dr. Theodor Apel 1863

 

Le monument sur le Kolmberg - Combats entre Klenau et Macdonald le 16 octobre 1813.

Non loin du monument se trouve l'Apelstein 7 de Macdonald.

Stätte

der Kampfe

zwischen

KLENAU

und

MACDONALD

Lieux des combats entre Klenau et Macdonald.

Den 16. October

1813

Panorama des lieux des combats près du Kolmberg.
(cliquez pour agrandir).

 

Vue à partir de la partie est du Kolmberg vers le sud. (51°17'24.04"N 12°29'30.35"E)

 

Vue à partir de la partie ouest du Kolmberg vers le sud. (51°17'21.46"N  12°29'23.99"E)
Attention, la colline à droite de la photo est un terril récent, il n'existait donc pas en 1813.

 

 

Apelstein 27 Macdonald (Holzhausen, Stötteritzer Strasse/ Mölhauer Strasse)

Cette stèle indique la position du XIe Corps de Macdonald le 18 octobre. Celui-ci était opposé aux troupes du général Benningsen (Apelstein 28). (La position de Macdonald le 16 est indiquée par l'Apelstein 7.)

N

 

 

MACDONALD

XI. Corps

12000 M.

 

 

 

 

 

27.

 

V

Schlacht

bei

LEIPZIG

am

18. October

1813

 

27.
Dr. Theodor Apel 1863

A Leipzig, il aura plus de chances que beaucoup d'autres car, isolé avec ses troupes sur la rive orientale de l'Elster, il réussira à traverser le fleuve à la nage pour rejoindre les lignes françaises.

 

Lors des Cent-Jours, il décline tout commandement pour s'engager dans la garde nationale... comme simple grenadier !

Bien vu de Louis XVIII lors de la deuxième Restauration, il a néanmoins le courage de défendre le général Drouot, le "Sage de la Grande Armée".

Il décède au château de Courcelles-le-Roi (Loiret) le 25 septembre 1840 et sera enterré au cimetière du Père-Lachaise (37e division).

 

 

Jacques-Étienne-Joseph-Alexandre

Macdonald  duc de Tarente

pair et maréchal de France.

né à Sedan le 17 novembre 1765,

décédé le 25 septembre 1840,

en son château de Courcelles-le-roi,

près de Gien.

 

La mémoire du juste sera éternelle.

 

 

On trouve à Paris, rue de Rivoli, sa statue par Joyeux sur la façade Nord du Louvre.

 

Retour à la page Maréchaux

Retour à la page d'accueil

© D. Timmermans