Antoine-Henri de JOMINI

Payerne (Vaud - Suisse) 1779-1869 Paris

Général de Brigade
Baron de l'empire
Chevalier de la Légion d'honneur

Ult. général en chef au service de la Russie
aide de camp de l'empereur de Russie
 


Gentilshommes des pays réunis à l'Empire ayant demandé des titres impériaux.
Coupé :
au I parti, d'or au griffon de sable, et des barons de l'empire ;
au II, d'azur au chevron dentelé d'or, accompagné en chef de deux étoiles d'argent,
et, en pointe, d'une tour donjonnée du même

Antoine-Henri JOMINI est né à Payerne, dans le canton de Vaud, en Suisse, le 6 mars 1779.

 

 

 

 

Ici vécut en 1794-1795 l'écrivain militaire
Antoine Henri Jomini
* à Payerne le 6.03.1779  + à Passy le 22.03.1869

Chef d'état-major général du général Ney, général de brigade
dans l'Armée française, lieutenant général
dans l'armée russe et aide de camp de l'Empereur Alexandre


Offert par l'Association des Officiers suisses
Assemblée générale du 30.05.1937.

 

 

 

Plaque en souvenir du passage d'Antoine de Jomini à Aarau (Suisse).

Il commence comme employé dans une maison de banque à Bâle, puis à Paris en 1796, pour devenir ensuite agent de change.

Celui qui va devenir un des plus grands théoriciens militaires entame sa carrière militaire comme lieutenant dans les troupes helvétiques après la révolution de mars 1798. Il est suite aide ce camp du ministre de la guerre Keller, puis capitaine adjoint à l'état-major, 17 juin 1799.  Il passe chef de bataillon le 26 avril 1800.

Il abandonne le service en 1802 et entre comme employé à Paris dans la manufacture d'équipement militaire Delpont.  En 1803, il s'occupe de la publication d'un ouvrage de stratégie, le Traité des grandes opérations;

Autodidacte de génie, il est découvert en 1803 par le maréchal Ney qui l’aide à publier ses premières œuvres (Traité de grande tactique). Il entre au service de la France comme chef de bataillon aide-de-camp volontaire de Ney au camp de Montreuil en 1804, puis au 6e Corps de la Grande Armée, le 23 août 1805.  Il acquiert rapidement une grande renommée pour ses écrits.

Il sert à Elchingen le 14 octobre, au Michelsberg le 16 octobre.  Adjudant-commandant le 27 décembre 1805, premier aide de camp de Ney le 3 septembre 1806. 

Au grand état-major de la Grande Armée, fin septembre 1806. Il sert à Iéna le 14 octobre, à Eylau, le 8 février 1807.

Chevalier de la Légion d'honneur le 14 mai 1807.  Sous-chef d'état-major du 6e Corps sous Ney.  Chef d'état-major du 6e Corps sous Ney, le 11 novembre 1807.

En Espagne, 7 septembre 1808; à l'état-major général du prince de Neuchâtel, 18 novembre 1809.

Il offre ses services à l'Empereur de Russie, fin 1810.

Baron de l'Empire par lettres patentes du 27 juillet 1808, donataire (r. 4000) en Westphalie, 17 mars 1808

Général de brigade en France, 7 décembre 1810. Il commence alors l'Histoire des guerres de la Révolution qu'il devait terminer en 1824.  Directeur de la section historique de l'état-major général de la Grande Armée sous Berthier, 29 janvier 1812; commandant du grand quartier général, 24 février 1812; directeur de la section historique à l'armée de Russie, 7 juillet; gouverneur de Wilna au 11 août 1812; puis gouverneur de Smolensk. Bien que gravement malade, il parvient à rentrer en France.

A l'état-major général de la Grande Armée en Saxe, 21 mars 1813; chef d'état-major du 3e Corps, encore sous Ney à l'armée d'Allemagne à la place de Gouré, 4 mai. Il participé à la bataille de Lützen et contribue à la victoire de Bautzen, le 21 mai.  Il est proposé par Ney pour le grade de général de division, mais, comble de stupidité, Berthier, qui le jalouse, refuse l'avancement et le met aux arrêts "pour avoir négligé d'envoyer les états de situation de quinzaine". Cette grossière erreur va coûter un grand stratège à l'Empire et fournir un conseiller hors pair au Tsar !

Jomini passe à l'ennemi le 15 août 1813 et est nommé lieutenant-général russe et aide de camp de l'Empereur Alexandre. Il donne de précieux conseils aux Alliés dans les campagnes de 1813, 1814, et 1815.

Il assiste aux congrès de Vienne en 1814-1815, d'Aix-la-Chapelle en 1818, et de Vérone en 1822.

 

 

 

 

 

 

Jomini en uniforme de général russe.


Précepteur militaire du grand duc Nicolas, 1822; aide de camp de l'Empereur Nicolas Ier et général en chef, 1826, il le suit sur le Danube dans la guerre contre les Turcs en 1828. Créateur de l'Académie militaire de Russie; chargé de l'instruction du tsarévitch Alexandre, 1837.  Il rédige pour lui son Précis de l'Art de la Guerre et un Mémoire sur la défense de la Russie par un bon système de forteresses.

Il vit ensuite à Paris, où il écrit en 1843 un Mémoire politique militaire de la Russie puis ses Rêveries.

Il prend sa retraite en 1848, se rend à Saint-Pétersbourg en 1854, se retira à Bruxelles, puis à Passy, 1856. Il séjourne dans son pays natal en 1858 et 1859.

Il meurt à Passy (Paris) le 22 mars 1869.

Le général Jomini était marié à Adélaïde Charlotte Rose Roselle, avec qui il eut 7 enfants, 2 garçons et 5 filles. (dont 2 reposent avec leurs parents à Montmartre)
 

Cimetière de Montmartre
10e Division, chemin Jomini

 

 

 

 

 

 

 

 

ici gît

la dépouille mortelle

du baron Antoine Henry

de jomini,

général en chef,

aide de camp de s. m. l'Empereur

de toute les Russies,

né à Payerne en Suisse

le 5 mars 1779,

décédé à Passy - Paris

le 22 mars 1869.

---------------------------

et son épouse

Adélaïde Charlotte Rose

Roselle

né à Paris le 1er 7bre 1786

décédé à Bordebure (dt du Loiret)

le 21 mai 1871.

-----------------------

et de leur petite fille
....

D'après SIX, Dictionnaire biographique des Généraux & Amiraux français de la Révolution et de l'Empire (1792-1814), Saffroy, éditeur, Paris,1934.

 

Œuvres

- Traité de grande tactique, 1805
- Histoire critique et militaire des guerres de la Révolution, 1810
- Traité des grandes opérations militaires (1811)
- Vie politique et militaire de Napoléon, 1827
- Précis de l'art de la guerre, 1838

Ses ouvrages font encore régulièrement l'objet de rééditions, même si son influence actuelle est moins grande que celle d'un Clausewitz.


Les 2 portraits et photo de la plaque à Aarau proviennent de  http://fr.wikipedia.org/wiki/Jomini.
 

Retour à la page Généraux

Retour à la page d'accueil