CAMPAGNE D'ALLEMAGNE 1813

Vous pouvez cliquer sur la plupart des photos pour les agrandir !
Attention : Extrazoom ne fonctionne plus avec Internet Explorer 11.

Faute d'avoir le temps de présenter tous le monuments de cette campagne en détail, je vous livre ici, provisoirement et en vrac, quelques monuments des batailles de 1813.

Lützen 2 mai 1813 Dresden 26 août 1813 Bautzen 20-21 mai 1813 Kulm 29-30 août 1813 Grossbeeren 23 août 1813 Dennewitz 6 septembre 1813 La Katzbach 26 août 1813 Löwenberg 22 août 1813 Goldberg 23 août 1813 Leipzig 13-18 octobre 1813 Markersdorf 22 mai 1813 Reichenbach 22 mai 1813 Haynau 26 mai 1813 Rippach-Weissenfels 1er mai 1813 Hagelberg 27 août 1813 Möckern 03-05 mai 1813 Wachau 16 octobre 1813

Leipzig 16-18 octobre 1813 Lützen 2 mai 1813 Rippach 1er mai 1813

CAMPAGNE DE PRINTEMPS : AVRIL - JUIN 1813

Fin mars 1813 : soulèvement de Lüneburg

Fin mars 1813, la ville de Lünebourg (Basse-Saxe) se soulève contre les troupes françaises.

AVRIL 1813


1er avril 1813 :
DÉCLARATION DE GUERRE DE LA FRANCE A LA PRUSSE.
Les débris de l'armée française échappés aux désastres de la campagne de Russie se repliaient successivement des bords de la Vistule à ceux de l'Oder, de l'Oder à ceux de l'Elbe. Les forteresses de Dantzig, de Thorn, de Modlin, sur la Vistule; de Stettin, de Custrin, de Glogau , sur l'Oder, restées en notre pouvoir, étaient seulement bloquées par l'ennemi , et, sentinelles avancées de l'armée française, elles devaient, en cas de succès dans la campagne suivante, lui offrir un passage certain sur chacun de ces fleuves. Ce qui, plus tard, fut une grande faute dans le général français, était ici approuvé par les règles d'une sage tactique.

Cependant la Prusse, notre alliée dans la campagne qui venait de finir, nous donnait déjà tous les indices d'une prochaine défection. Le généralYorck, avec son corps d'armée, avait abandonné le maréchal Macdonald et traité avec le général russe Witgenstein. Le roi de Prusse désavouason général, et parut vouloir rester fidèle à son alliance avec la France. De nouvelles et nombreuses levées furent faites dans toute la monarchie prussienne. Les ministres prussiens à Paris assuraient qu'elles étaient destinées à grossir l'armée française, lorsque chaque soldat prussien, traversant nos rangs pour aller en Silésie trouver ses drapeaux et son roi, nous assurait hautement qu'avant peu nous le compterions dans les rangs de nos ennemis.

Une violente fermentation agitait toutes les provinces, le présence de l'armée française la comprimait encore; mais vers la fin de mars, celle-ci ayant évacué Berlin et passé sur la rive gauche de l'Elbe, l'explosion prévue éclata. Toute la population courut aux armes. Au flegme allemand succéda l'activité du plus ardent patriotisme, et le souvenir d'une oppression de sept années enfanta tout-à-coup une armée de cent cinquante mille hommes.

La nation prussienne oublia la bataille de Jéna pour ne se rappeler que de celle de Rosbach, et Frédéric-Guillaume jeta le masque de sa feinte amitié.

Le 1er avril 813, toutes les pièces diplomatiques relatives à la rupture de l'alliance avec la Prusse furent présentées au sénats et Napoléon annonça qu'il allait se remettre à la tête de l'armée en Allemagne.

C'est ainsi qu'au mépris de la foi jurée, cet allié nous abandonna. Sa longue souffrance pouvait peut-être l'excuser. Dans le cours de cet ouvrage, nous aurons plusieurs fois l'occasion de signaler de plus honteuses défections. Quoique, en politique, le succès légitime et justifie l'entreprise; quoique la sentence du glaive n'admette guère d'autre appel que celui du glaive, il est dans l'ordre moral une tache imprimée sur tout ce qui est trahison, qui l'accompagne partout, dans tous les temps, et qu'aucun succès ne peut effacer.

Au 1er avril 1813, l'armée française, commandée par le prince Eugène, était en position sur l'Elbe et la Saale, occupant les villes de Hambourg, de Lauenbourg, et les forteresses de Magdebourg et de Wittemberg.

1er avril 1813 : Lüneburg (Westphalie, maintenant Basse-Saxe)
Le 1er avril, le général Morand reprend la ville et installe une commission militaire qui condamne à mort deux habitants qui avaient pris les armes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tombe des 2 habitants de Lüneburg exécutés le 1er avril 1813 pour leur participation au soulèvement armé. (angle de la Dahlenburgerlandstrasse et de Zielgelkamp)

 

Sur la plaque :

Hier ruhen
die Gebeine zweier Männer
aus Lüneburg des Bürgers
Franz Spangenberg und des
Einwohners Christ. Ludw.
Wilh. Gellers.
Im Dienste
des Vaterlandes unter den
 Waffen gefangen genommen
wurden beide auf diesem
Felde am 1. April 1813
erschossen.
Bürger setzten diesen
Gedenkstein am 18. März 1863.

Sur la dalle :

Hier ruhen die Gebeine
zweier Männer aus Lüneburg
eines Bürgers
Franz Spangenberg
une eines Einwohners
Christ. Ludw.
Wilh. Gellers

 

Ici reposent les restes de deux hommes de Lunebourg. Le citoyen de la ville Franz Spangenberg et l'habitant Christian Ludwig Wilhelm Gellers. Faits prisonniers, ils furent fusillés ici le 1er avril 1813.
Les citoyens ont érigé ce monument le 18 mars 1863.



2 avril 1813 : Combat de Lüneburg

Les troupes de Morand se composent d'environ 2.400 hommes (un régiment saxon, un bataillon du 152ème de ligne, un demi-bataillon de douaniers, une cinquantaine de cavaliers et dix pièces d'artillerie).
Dès le 2, vers midi, Morand est attaqué par les forces de Dörnberg et de Czernichef composées de 3 à 4.000 hommes.


Lieux des combats du 2 avril 1813 à Lüneburg. Le monument est visible sur la gauche. (Reichenbachbrücke)

Hier kämpften
am 2. April 1813
die ersten
Lüneburger freiwilligen Jäger
und halfen
an der Seite pommerscher Füsiliere
den ersten Sieg der Befreiungskriege
erringen.

Seiner ersten Stammtruppe zum ehrende Gedenken
errichter am 2. April 1813
vom 5. Hannoverschen Infanterie Regiment NR. 165
uns seinen ehemaligen Angehörigen.

 

 

 

 

 

Traduction : "Ici combattirent, le 2 avril 1813, les premiers chasseurs volontaires de Lunebourg. À côté des chasseurs poméraniens, ils ont aidé à remporter la première victoire des guerres de Libération. A la glorieuse mémoire de leurs prédécesseurs, ce monument a été érigé le 2 avril 1913, par le 5e Régiment d’Infanterie hanovrien n° 165 et ses anciens membres."


Si le combat de Lüneburg est resté dans le souvenir allemand, c'est d'une part parce que c'est le premier combat du soulèvement de 1813, mais d'autre part parce que la participation de Johanna Stegen frappa l'imagination.
En plein combat, elle apporta des munitions aux soldats du 1er régiment d’infanterie poméranien. (Dessin de Richard Knötel)


Le monument commémoratif à
Johanna Stegen à Lüneburg. (Bastion Strasse)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La plaque avec son portrait.

 

Le portrait de la jeune fille est entouré de 2 combattants : à gauche, un hussard, à droite un fantassin.

L'assaut principal, alors que des diversions avaient lieu au sud et à l'ouest, fut dirigé sur les deux portes orientales.
Repoussé, Morand continua la lutte à l'intérieur de ville. Submergé par la masse, et assailli par une partie de la population, il préféra fuir la cité, suivi de 5 à 600 hommes.

Après deux kilomètres, bloqué par Dörnberg au village de Reppenstädt, il dut finalement rebrousser chemin et tenter d'entrer à nouveau dans Lüneburg où une partie de ses forces continuait de batailler.
Il attaqua alors la porte par laquelle il était sorti. Ce fut là qu'il fut mortellement blessé par un boulet. Il décéda 3 jours plus tard à Boitzenburg, où sa tombe existe encore et est protégée.


MORAND
FRANZÖSISCHER DIVISIONSGENERAL,
IM STRASSENKAMPF IN LÜNEBURG VERWUNDET,
GESTORBEN IN BOIZENBURG
2. APRIL 1813


Traduction : "Morand, général de division français, blessé mortellement dans un combat de rue à Lunebourg, mort à Boitzenburg le 2 avril 1813."

Le combat s'acheva vers 17 heures. Les soldats de Morand encore debout furent tous faits prisonniers (400 Saxons désertèrent alors et intégrèrent la légion russo-allemande).
Le lendemain, les Russes, face à l'avance de Davout, évacuèrent la ville.

Le cimetière de Boitzenburg contient un autre monument napoléonien, la tombe de Friedrich Jakob Klepper, né en 1779 et décédé en 1871, qui a participé en tant que civil aux combats de Lüneburg en avril 1813.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5 avril 1813 : combat de Möckern-Dannigkow1 (ou combat sur l'Ehle "Ehleschlacht")



Ce Möckern, qui se trouve à l'est de Magdebourg, ne doit pas être confondu avec celui de la bataille de Möckern du 16 octobre 1813, partie nord du premier jour de la bataille de Leipzig.

Dès que Wittgenstein fut informé de la marche de l’armée française, il résolut de l’attaquer. Le projet qu’il conçut était simple: il voulait attirer le prince Eugène loin de Magdebourg, puis lorsqu’il se serait suffisamment avancé, le contenir de front avec les corps de Borstell et de Bulow, tandis que les corps d’York et de Berg le prendraient en flanc. Pour cela, il prescrivit à Borstell de reculer en combattant de Möckern sur Görzke ; à Bulow, de se porter de Brandenbourg sur Ziezar ; à Berg, de venir de Belzig à Leitzkau, et à York, de se rendre de Sentz à Zerbst. Kleist, avec son détachement renforcé de deux bataillons et une batterie, devait continuer la construction des ponts de Rosslau destinés à favoriser la communication avec Winzingerode.
Dans la nuit du 3 au 4, Borstell quitta Möckern et se retira sur Hohensatz.

Ladeburg

A la sortie ouest du village, en direction de Vehlitz.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VON HIERAUS ZOGEN AM 5. APRIL 1813
DIE VERBÜNDETEN PREUSSISCHEN U. RUSSICHEN TRUPPEN
UM DEM FEINDE DIE ERSTE NIEDERLAGE ZU BEREITEN.
DIE STRAHLEN DER AUFGEHENDEN FREITEITSMORGENSONNE
 ERSCHIENEN DEN GEKNECHTETEN VATERLANDEN
ZUERST VON DIESEM BERGE
.

 

 

Traduction : « D’ici partirent, le 5 avril 1813, les troupes prussiennes et russes alliés pour infliger à l’ennemi sa première défaite. Les rayons du soleil levant de la liberté apparurent d’abord de cette montagne aux patries soumises .»


http://extrazoom.com/image-103288.html 
Extrazoom ne fonctionne plus avec Internet Explorer.
Panorama du champ de bataille à la sortie O de Ladeburg vers le NO, en direction de Vehlitz.
 


Le centre de Ladeburg.

Möckern

À la sortie de Möckern en direction de Magdebourg, sur la route 246, au carrefour avec la Yorckstrasse, monument en forme d'obélisque. (En  52° 8'27.87"N 11°56'37.57"E)

 

 

 

 

 

ZUR ERINNERUNG AN DAS
GEFECHT B. MOECKERN
AM 5. APRIL 1813.

 

 

 

 

 

 

 

Traduction : « En souvenir du combat de Möckern, le 5 avril 1813. »

Le 4 avril, le prince Eugène poussa une nouvelle reconnaissance de 8.000 fantassins sur Möckern.
En arrivant en ce point, il vit le corps de Borstell en retraite sur la chaussée d’Hohensiatz à Gloina, mais il se replia sur Nedlitz et procéda à l’organisation des retranchements que Napoléon lui avait indiqués.
Le même jour, Borstell s’établissait à Gloina, Bulow un peu en arrière de Ziezar, Berg à Leitzkau, et York à Zerbst, où fut installé le quartier général des alliés. Les coalisés présentaient devant le prince Eugène un total de 28.000 hommes et en supposaient 40.000 à leur adversaire; l’attaque projetée était donc audacieuse, « et cette audace même est la mesure de la confiance que les revers de nos armes inspiraient aux alliés » (Charras). Berg avait 8.000 hommes, Borstell 5 000, non compris les cosaques, Bulow 6 000 et York 9.000.

Le château de Möckern. Ses origines remontent au Xe siècle, mais il fut entièrement reconstruit entre 1710 et 1715 après sa destruction lors de la guerre de 30 ans. Il existait donc au moment de la bataille, mais subit une profonde transformation de 1840 à 1863.

 

 

 La tour du château a gardé son apparence d'après 1715. Elle devait donc ressemble à cela en 1813.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 5 avril, Wittgenstein apprit que l’armée française se disposait à repasser sur la rive gauche de l’Elbe. Il avait compté ne livrer le combat que le 6, car il jugeait que Bulow était encore trop éloigné ; mais, devant la nouvelle qui lui arrivait, il prit ses dispositions pour attaquer le 5. York donna en son nom l’ordre suivant :
L’ennemi est derrière Dannigkow, Vehlitz et Zeddenick. Le comte Wittgenstein marche pour l’attaquer. Le général York se porte sur Gommern par Dannigkow ; le général Berg sur Vehlitz. Le général Bulow (Bulow avait Borstell sous ses ordres) tâchera de s’approcher de Zeddenick pour déborder l’ennemi par le flanc gauche et l’occuper. Il se dirigera en cela d’après le bruit du canon. La nouvelle donnée à Wittgenstein sur la retraite des troupes du prince Eugène était inexacte; ces troupes étaient occupées à construire des redoutes, par conséquent peu disposées à repasser l’Elbe. Leurs positions étaient les suivantes: le corps de Grenier avait sa droite à Gommern, sa gauche à Nedlitz ; Lauriston avait deux divisions à Gerwisch et Woltersdorf, la troisième (Lagrange) était en seconde ligne à Wahlitz, tenant Gommern par un détachement ; la garde, en troisième ligne, était sur le Cluss-Damm, dont elle gardait la tête. Le 5, dit un rapport d’Eugène, le vice-roi, comprenant qu’il allait être attaqué par toute l’armée ennemie, déploya son armée.
De fortes colonnes adverses lui avaient, en effet, été signalées en marche de Ziezar, Gloina et Zerbst.

Le front de l’armée était couvert par le cours de l’Ehle, rivière peu profonde, mais coulant à travers un terrain marécageux qui en rend le passage difficile. Si on examine de près la situation des troupes du prince Eugène, on voit que la division Lagrange, qui est à Wahlitz, est seule disponible, toutes les autres troupes sont chargées de la garde des voies de communication se dirigeant sur Magdebourg.

Vehlitz

 

 

 

 

 

 

 

 

1813
5. April
1913

 

 

 

 

 

Monument principal de la bataille, à Vehlitz. (En 52° 5'11.76"N 11°55'59.38"E)
L'endroit n'est sans doute pas choisi par hasard, il est au centre du champ de bataille.

 


http://extrazoom.com/image-103283.html
Panorama du champ de bataille à Vehlitz.

 
http://extrazoom.com/image-103291.html 
Panorama du champ de bataille à Vehlitz, près du monument.
On voit, à droite, la petite rivière Ehle qui a donné son nom à la bataille.("Ehleschlacht")

 
http://extrazoom.com/image-103292.html?s=huln50x50
Panorama du champ de bataille à Vehlitz, près du monument.


L'Ehle à Vehlitz. L'Ehle est un affluent de l'Elbe.


Une célèbre scène du combat de Möckern : le major Gottlieb Wilhelm Christian von Platen, blessé, est secouru par son trompette, qui utilise son instrument comme arme ! L'incident eut lieu à Zeddenick. (Tableau de Knötel)

Quant à l’armée alliée, ses corps vont partir de la ligne Ziezar, Gloina, Zerbst, dont la longueur est de 40 kilomètres environ, et marcher concentriquement sur la position française.
Dans ces conditions, il est certain que si le prince Eugène, qui avait la supériorité numérique, avait pris nettement l’offensive sur une direction, après avoir fermé les deux autres, il eût fait payer cher aux alliés leur témérité.
Mais, pour cela, il ne lui restait, avec les dispositions qu’il avait prises, que la division Lagrange, qui fut employée, du reste, dès le début du combat. Il eût été plus logique de faire garder les débouchés avec moins de monde et de grouper la majeure partie des forces sur le plateau de Nedlitz, à partir duquel on peut rayonner dans toutes les directions. Au lieu de cela, le prince a un dispositif en cordon, qui lui interdit toute manœuvre et qui, forcé en un point, doit entraîner la chute de toute la ligne.
York avait à sa disposition les deux brigades Hünerbein et Horn; la première était venue à Leitzkau dans la matinée du 5, la seconde était restée à Zerbst. Il reçut l’ordre, vers 2 heures, d’attaquer Dannigkow et y dirigea immédiatement la brigade Hünerbein.
Dès que le canon se fit entendre vers sa droite, le prince Eugène prescrivit à Grenier de placer deux bataillons dans chacun des villages de Dannigkow, Vehlitz et Zeddenick, et à Lagrange de se porter sur Kahlenberg pour garder les passages de l’Ehle.
Borstell s’était porté sur Zeppernick pour attaquer Zeddenick par sa gauche, tandis que Bulow l’attaquerait par la droite.
Mais, en entendant le canon, il se conforma à l’ordre d’York et marcha dans la direction de Lietzkau.

Vers 4 heures, il rencontra le corps de Berg, qui attaquait Vehlitz, et concerta son attaque avec lui. Les deux généraux Berg et Borstell formèrent alors deux colonnes d’attaque de deux bataillons prussiens chacune, soutenues par deux bataillons russes.
Ces colonnes traversèrent l’Ehle, les hommes ayant de l’eau jusqu’à la ceinture, atteignirent la rive gauche du cours d’eau et enlevèrent Vehlitz aux troupes du corps de Grenier qui l’occupaient.
Au même moment, la brigade Hünerbein s’emparait de Dannigkow. Rejointe par la brigade Horn, elle allait continuer sa marche, lorsqu’elle fut arrêtée par la division Gérard.
A la gauche française, Zeddenick avait été évacué devant l’arrivée de Bulow, qui était accouru de Möckern à la tête de son avant-garde. Il s’établit à Zeddenick et lança sa cavalerie, forte de 800 chevaux, contre la cavalerie française. Celle-ci attendit la charge et fut culbutée. Fort heureusement, les bataillons de la division Grenier formèrent des carrés et obligèrent la cavalerie prussienne à reculer jusqu’à Zeddenick. La nuit était venue, fort heureusement pour Eugène, et les alliés occupaient les trois passages de Zeddenick, Vehlitz et Dannigkow. Dans cette lutte, on voit Wittgenstein attaquer trois points espacés sur une ligne de près de huit kilomètres, formant ainsi trois combats séparés. Ses colonnes s’engagent successivement, à la hâte, sans liaison entre elles.
Il n’a pas de réserve pour donner le coup décisif, pas plus d’ailleurs que le prince Eugène. Celui-ci, en effet, avait envoyé à Kahlenberg la seule division dont il pût se servir comme réserve. Il n’a qu’une préoccupation, qui est de garder les routes, et l’envoi de la division Lagrange à Kahlenberg n’est motivé que par la crainte de voir l’ennemi passer entre l’Elbe et l’Ehle.

 

Toutes les troupes sont engagées, disséminées et immobilisées par la mission qui leur a été donnée.
De plus, les généraux, ceux de Lauriston en particulier, ont reçu l’ordre de tenir solidement, mais d’engager peu de monde.
Dans la soirée, les trois divisions du 11e corps sont débordées par leurs ailes, et le prince ne se décide pas à le faire reculer.
Il a estimé que l’ennemi ne lui a pas montré plus de 15 à 18.000 hommes, et, comme il s’est proposé d’attirer vers Magdebourg le gros des forces opposées, il ne veut pas reculer devant une partie des effectifs adverses.
Il s’est donc engagé à fond, malgré lui, et a été obligé d’accepter le combat alors qu’il voulait le refuser.
Il est hors de doute que si, au lieu de répartir toutes ses troupes sur les routes, il avait simplement disposé des avant-postes solides ou des avant-gardes sur les voies de communication, en se réservant une masse de manœuvre, il aurait pu refuser la bataille et, dans tous les cas, rétablir la lutte à son profit par une vigoureuse offensive.

« Si Eugène eût cédé peu à peu à Dannigkow, dit le colonel Charras, il aurait attiré vers Gommern les deux brigades d’York ; s’il eût cédé de même à Vehlitz, il aurait attiré jusque sur le plateau Borstell et Berg et, en faisant rapidement changer de front à Grenier, l’aile gauche en avant, le jetant avec Lagrange et la garde impériale sur les audacieux qui venaient le braver avec tant d’imprudence, il les aurait accablés sous le nombre, repoussés sur l’Elbe en dehors de toute ligne de retraite; il aurait trouvé, ensuite, tout ouverte devant lui, la route de Berlin et du bas Oder; il serait entré dans la capitale de la Prusse, aurait débloqué Stettin et Küstrin; il aurait frappé ainsi des coups qui auraient retenti d’une façon terrible à Kalisch, à Breslau, dans toute la Prusse, à Hambourg, dans l’Allemagne entière.
Cette manœuvre, avec ces résultats, était, pour ainsi dire, écrite sur le terrain; il ne l’aperçut pas ou ne l’osa pas. En cette absence de clairvoyance ou d’audace, il aurait dû, au moins, ce que la bravoure de ses soldats, sa supériorité numérique lui rendaient facile ; il aurait dû empêcher la prise de Dannigkow et de Vehlitz, et, au pis aller, les reprendre après les avoir laissé enlever. Et il n’en avait rien fait ». Sans aller aussi loin que le colonel Charras, qui, en somme, se reporte au projet de Napoléon, on peut affirmer que l’échec de Möckern aurait été évité si Eugène avait pris des dispositions meilleures et si, une fois engagé, il n’avait pas pris l’attitude timide que lui occasionnèrent ses hésitations et son idée de rester sur la rive gauche de l’Elbe.


Dannigkow

Ernst-Thälmann-Straße 2Hauptstrasse 2, devant la mairie, bloc de pierre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

:

 

 

 

 

 DEM ANDENKEN AN DAS
ERSTE SIEGREICHE GEFECHT
IN DEN FREIHEITSKRIEGEN
5. APRIL 1813. »

 

 

 

 

 

 

 

 

Traduction : "En souvenir du premier combat victorieux de la guerre de libération. "

D’après son rapport, les journées de Möckern lui coûtèrent 900 hommes, dont 100 prisonniers.
Les coalisés déclarent avoir perdu 600 hommes.
Dans la nuit du 5 au 6 avril, le prince Eugène apprit que les alliés avaient construit des ponts à Rosslau et avaient commencé à passer l’Elbe.
Ce renseignement n’était pas exact, puisque seul le faible détachement de Kleist était occupé devant Rosslau et Wittenberg.
Il accepta cette nouvelle avec d’autant plus de foi qu’elle répondait au désir qu’il avait de se tenir sur la rive gauche de l’Elbe, contrairement, d’ailleurs, aux ordres de Napoléon.
Persuadé qu’il n’avait eu devant lui qu’une simple démonstration, tandis que le gros des forces alliées devait passer l’Elbe vers Wittenberg et Rosslau, il donna les ordres pour passer sur la rive gauche du fleuve.
Dans la nuit du 5 au 6, il battit donc en retraite sur Magdebourg, porta ses troupes sur la rive gauche, fit replier les deux ponts du génie et rompre celui du Cluss-Damm, et mit ainsi le cours de l’Elbe entre son adversaire et lui.
Le mouvement s’accomplit sans avoir été inquiété.

Le colonel Charras résume comme il suit la conduite du prince Eugène, depuis sa retraite de l’Oder sur l’Elbe : « Continuant la série des fautes qui l’avait ramené sitôt sur l’Elbe, Eugène avait imaginé, pour en défendre le cours, d’en occuper la rive gauche en disséminant ses troupes sur un long cordon dépourvu de force. Il avait ainsi facilité la course de Tettenborn sur Hambourg, la défection des duchés de Mecklembourg, l’insurrection des villes hanséatiques et du bas pays entre l’Elbe, le Weser et l’Ems, soulèvement qui bouleversait les remontes de la cavalerie françaises en Hanovre, obligeait Napoléon à y envoyer plus de quarante mille hommes et portait une grave atteinte au prestige de la domination impériale.
Il avait changé de système sur les ordres détaillés, répétés, pressants de Napoléon, et s’était massé sur Magdebourg. Mais, cette concentration à peine opérée, il s’était laissé tromper par quelques incursions de cosaques, et, déjà oublieux de ses instructions, était allé se concentrer sur l’Ohre. Au bout de quelques jours, il avait reconnu son erreur. Il était revenu à Magdebourg et avait débouché sur la rive droite de l’Elbe. Son apparition en avant de cette forteresse avait suffi pour attirer sur lui Wittgenstein.
Cela lui prouvait la justesse des calculs de Napoléon et lui montrait l’excellence de la position offensive qu’il venait de prendre.
Mais, au lieu de la garder, il s’était hâté de l’abandonner ; au lieu de profiter de l’heureuse fortune que lui avait offerte l’imprudente audace de Wittgenstein venant le combattre à forces considérablement inégales, il avait laissé battre ses avant-postes, évité la bataille, décampé nuitamment, abandonné ses retranchements ébauchés et repassé l’Elbe, se donnant les apparences d’un vaincu.
Tel est le résumé exact, fait sur pièces, de la conduite d’Eugène depuis le 8 mars, jour où il repassa l’Elbe à Wittenberg après l’abandon de Berlin, jusqu’au 6 avril, jour où il le repassa encore une fois à Magdebourg.
Il serait difficile, nous y insistons, d’y trouver la preuve qu’il fût doué des qualités du général en chef».

La prise de possession du prince Eugène sur la rive droite de l’Elbe, les 2, 3, 4 et 5 avril, ne retarda pas d’un jour le passage du cours d’eau par Wittgenstein.
Celui-ci, en effet, franchit le fleuve le 10 avril, lorsque Blücher eut rejoint et que son avant-garde atteignit Leipzig.


Zeddenick

 L'église Sankt-Elisabeth de Zeddenick.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plaque au-dessus de l'entrée de l'église :

Zur Erinnerung an die Schlacht
bei Zeddenick
am 5. April 1813


Entrée sud de Zeddenick.

Les combats de Möckern eurent un grand retentissement en Allemagne. Leur importance très grossie redoubla l’exaltation populaire ; des réjouissances eurent lieu pour célébrer cette « grande victoire », qui avait empêché Eugène de marcher sur Berlin !
Dans cette partie de la campagne, il faut rappeler les résultats obtenus par les détachements francs de Czernitchev, Tettenborn et Dörnberg. Leur action eut une influence considérable sur la conduite du prince Eugène, elle motiva en grande partie et surtout elle expliqua les retraites qu’il accomplit jusqu’aux combats de Möckern et même après ces combats. En allumant, en soutenant l’insurrection sur le bas Elbe, ils menacèrent la Hollande, retardèrent l’organisation des forces françaises, surtout celle de la cavalerie, et obligèrent Napoléon à jeter sur Hambourg et sur le territoire de la 32ème division militaire un corps d’armée entier qui affaiblit d’autant la masse principale des forces avec lesquelles il allait manœuvrer. Aussitôt après qu’il eut passé l’Elbe, le prince Eugène apprit que les alliés traversaient le cours d’eau vers Dresde et Wittenberg. Comme il a été dit déjà, ce renseignement n’était pas exact, mais il cadrait bien avec l’idée du prince de se maintenir sur la rive gauche de l’Elbe.

En réfléchissant à la situation, le vice-roi conclut que l’intention des coalisés était de se porter sur le corps du maréchal Ney, qui, en ce moment, était en marche de la vallée du Main vers Erfurt. Pour s’opposer à cette entreprise, Eugène résolut de prendre position sur la basse Saale.
Il n’est pas nécessaire de dire que cette résolution n’était pas conforme aux instructions de Napoléon.
Tous les écrivains militaires sont d’accord pour reconnaître que si le projet prêté par le prince aux coalisés était exact, il suffisait qu’Eugène débouchât à nouveau de Magdebourg, en menaçant Berlin et en utilisant sa supériorité numérique pour infliger un échec à Wittgenstein, qui était isolé avec 28.000 hommes environ.
Mais il ne voulut pas comprendre cette manœuvre, qui lui avait été si bien tracée par l’Empereur, et il abandonna définitivement la rive droite de l’Elbe.
Avant tout, il compléta la garnison de Magdebourg en faisant venir dans cette place dix bataillons de la 1ère division de Davout et quatre du corps de Victor.
La défense de Magdebourg fut confiée au général du génie Haxo.
Cette mesure, dont le résultat fut de dégarnir le bas Elbe, permit aux partisans adverses que Davout avait refoulés de repasser sur la rive gauche du fleuve et de s’avancer jusqu’au Weser.

G. Clément, La Campagne de 1813.


Carte cliquable.
"Mont" = monument

Nedlitz

- dans le village, rocher avec une plaque commémorative : « ZUM GEDENKEN AN DIE ERNIEDRIGUNGEN UND OPFER / DER NEDLITZER BÜRGERINNEN UND BÜRGER / WÄHREND DER FRANZOSENZEIT VON 1806 BIS 1814 / SOWIE AN DAS SIEGREICHE GEFECHT VOM 05. APRIL 1813 / („SCHLACHT BEI MÖCKERN“). AUF DEM NEDLITZER PLATEAU / BEFINDET SICH AUF DEM KIENBERG IN DER NÄHE DES / NEDLITZER SPORTPLATZES EINE ERINNERUNGSSTÄTTE. / NEDLITZER CHRONISTEN, ORTBÜRGERMEISTERIN UND ORTSCHAFTSRAT »
Traduction : « En souvenir des humiliations et des sacrifices des habitants de Nedlitz pendant la période française de 1806 à 1814, ainsi qu’au combat victorieux du 5 avril 1813 (« bataille de Möckern »). Sur le plateau de Nedlitz se trouve, sur le Kienberg, près du terrain de sport de Nedlitz, un lieu commémoratif. Chroniqueurs, bourgmestre et conseil communal de Nedlitz. »

- Vehlitzer Weg, sur le Kienberg, hauteur de 71 m au SE du village, mur en demi-cercle portant trois plaques commémoratives: « FRANZOSEN EROBERN DIE FESTUNG MAGDEBURG 08. NOVEMBER 1806. » « BEFREIUNGSGEFECHTE AUF DEM NEDLITZER PLATEAU 05. APRIL 1813. » « EINNAHME MAGDEBURGS DURCH PREUßISCHE TRUPPEN 24. MAI 1814. » Traduction : « Les Français conquièrent la citadelle de Magdebourg, le 8 novembre 1806. » « Combats libérateurs sur le plateau de Nedlitz, le 5 avril 1813. »  « Prise de Magdebourg par les troupes prussiennes, le 24 mai 1814 »

Photos : ici.

16/28 avril 1813 : mort de Koutousov à Bunzlau / Boleslawiec

 

 

Löwenberg 22 août 1813 Bunzlau 16/28 avril 1813 La Katzbach 26 août 1813

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La maison où est mort Koutousov, Ulica Kutuzowa à Boleslawiec. Elle fut longtemps un musée à son souvenir, mais à la fin de l'Union soviétique, les collections furent rapatriées dans sa ville natale. Il y a cependant maintenant une section consacrée à l'histoire de la ville et à  1813 dans le musée de la céramique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'entrée ouest de Boleslawiec, avenue de la IIème Armée polonaise, monument élevé à l'endroit où furent enterrées les entrailles du Maréchal.

 

 

 

FUERST MICHA

EL GOLENISCH

KUTUSOW

VON SMOLENSK

KAISERL. RUS

SISCHER FELD

MARSCHAL RIT

TER D. ST.ANDRE

AS ORDENS D. ST.

GEORGENORDENS

ERSTER KLASSE

D. ST- WLADIMIR

ORDENS GR. KR.

ERSTER KLASSE

RITTER D. ST.ALEX.

NEWSKI. ST. ANN.

ORDENS ERSTER

KLASSE GR. KR. DES

K.K. MARIA THE

RESIEN ORDENS

RITTER D. SCHWAR

ZEN UND ROTHEN

ADLER V. KOMTHUR
D. ORDENS VOM HEI

LIGEN IOHANNES V.

IERUSALEM INHA

BER D. BILDNISSES

SR. MAIESTAET D. KAI

 SERSAL. REUSSEN V. D.

DEGENS M. D. LORBEER.

 

GEBOREN DEN V SEPTEMBER

MDCCXLV

GESTORBEN DEN XVII APRIL

MDCCCXIII

 

BIS HIER HER

FUEHRTE FUERST

KUTUSOV

VON SMOLENSK

DIE SIEGREICH

FORTSCHREITEN

DEN RUSSISCHEN

HEERSCHAREN

ALS DER TOD

SEINEM RUHM

VOLLEN LEBEN

EIN ZIEL SETZTE

ER WAR DES

BEFREIER SIENES

VATERLANDES

ER WAR ES DER

DEN WEG BAHNTE ZUR BEFREIUNG

DER VOELKER GE

SEGNET SEI DAS AN

DENKENDEN DES HELDEN

 

 

IHM WIDMETE DIES EINFACHE DENKMAL FRIEDRICH WILHELM DER DRITTE

 

 

 

Plus de photos et d'informations ici :  http://napoleon-monuments.eu/EnNap/Koutousov.htm

SUITE MAI 1813

 

Retour à la page CAMPAGNES

Retour à la page d'accueil