Joseph Bonaparte
7 janvier 1768 (Corte) - 28 juillet 1844 (Florence)
Roi de Naples (1806)
Roi d'Espagne et des Indes (1808- 1813).
Lieutenant-général de l'Empire (1814 et 1815)

 

 

 Cours Lucien Bonaparte (D111), chapelle des Grecs

 

 

 

 

 

 

 

 

On notera que la général de Brigade Pascal Fiorella y est inhumé (+ le 3 mars 1818).

 

 

NOS PROMENADES JOURNALIÈRES
AVEC NAPOLÉON SE PROLONGEAIENT
SUR LE RIVAGE DE LA MER BIEN
AU-DELÀ DE LA CHAPELLE DES GRECS
EN CÔTOYANT UN GOLFE AUSSI BEAU
QUE CELUI DE NAPLES DANS UN PAYS
EMBAUMÉ PAR LES EXHALAISONS
DES MYRTES ET DES ORANGERS.
NOUS NE RENTRIONS QUELQUEFOIS
QU’À LA NUIT CLOSE.
(Mémoires du roi Joseph)

 

                    SScription Dr Ch. Barbaud
                 Cannes. Nov. 1913.

MAi 1790 (date impossible à préciser)

Ajaccio, 5, rue Bonaparte

Pascal de Paoli
padre della patria
retour d’exil avril 1790
reçu à Paris en sÉance solenn.
Par l’assemblÉe nationale
vint À Ajaccio mai 1791
sur invitation municipalitÉ
et Jos. et NapolÉon Bonaparte
acclamÉ par tous les citoyens
« nullameno che un sovrano »
demeura 10 J. dans cette maison
(pubblico palazzo)
Paoli FÉlicita les Ajacciens
d’avoir fait leur devoir
envers la patrie
                                Sscription mai 1911

 

Si Napoléon ne pouvait être présent - il était à Auxonne - la présence de Joseph est vraisemblable.

 9 au 27 septembre 1790 : assemblée d’Orezza

Du 9 au 27 septembre* 1790, une consulte a lieu au Couvent Saint-François d'Orezza. Cette assemblée met en place la nouvelle administration départementale, libérée, pour la première fois depuis 1769, de la tutelle royale. Elle donne tous les pouvoirs à Pascal Paoli.
Paoli y reçoit les frères Joseph et Napoléon Bonaparte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Joseph Bonaparte achète le Casone en 1797.

Napoléon - et sans doute aussi Joseph - y seraient venus, enfants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AJACCIO

Place du Diamant, maintenant place Charles-de-Gaulle

 


Joseph, par Aimé Millet.

 

 

 

Retour à la page d'accueil