VIE DE NAPOLEON BONAPARTE

1793
21 janvier 1793 : exécution de Louis XVI

22 janvier 1793 :
BASTIA
7, rue des Deux-Empereurs
Le nom de la rue n'est pas choisi au hasard, car la maison en face de celle habitée par Bonaparte vit le séjour, du 3 au 6 octobre 1541, de l'empereur Charles Quint !

 

DU 22 JANVIER AU 3 MARS 1793
NAPOLÉON BONAPARTE
LIEUTENANT-COLONEL
AU 2
me BATAILLON
DES VOLONTAIRES CORSES
LOGEA DANS CETTE MAISON
QUI AVAIT APPARTENU À SES ANCÊTRES
JUSQU’EN mai 1721

L'inscription est quelque peu trompeuse, car elle peut laisser croire que Bonaparte resta à Bonifacio durant toute cette période. En fait, cette période inclut l'expédition de la Maddalena.

 

18 février 1793: avant le départ de l'expédition, il loge à Bonifacio
22 février 1793: expédition de la Maddalena - conquête du fort San Giorgio
La victoire semble proche.

27 février 1793 : abandonnée et non soutenue, l'expédition doit quitter La mAddalena

Début mars 1793 : tentative d'assassinat contre Napoléon, à Bonifacio, place dOria, non loin du corps de garde et de la caserne, par des marins de "la fauvette".

3 mars 1793 : Napoléon quitte Bonifacio

Mars 1793 : rencontre entre Bonaparte et Paoli.  Paoli choisit l'alliance avec l'Angleterre, Napoléon choisit la France. C'est la rupture.

Napoléon se rend ensuite à Ajaccio.

18 avril 1793 : la nouvelle du décret de la convention du 2 avril, mettant Paoli hors-la-loi, arrive  en Corse.

29 Avril 1793 : Napoléon est presque assassiné en se rendant aux îles sanguinaires, plus précisément à la pointe de la Parata,  pour y inspecter la tour.


Au fond, les îles Sanguinaires. à l'avant-plan, la pointe de la Parata et sa tour. C'est en se rendant ici que Bonaparte a failli se faire assassiner.
Heureusement, prévenu à temps, il put déjouer les plans des assassins.

La tour de la Parata, que Bonaparte était venu inspecter ce 29 avril 1793, pour voir quel rôle elle aurait pu jouer dans les événements en cours à Ajaccio.  Ou peut-être tout simplement comme point de repli.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


6 - 8 Mai 1793 : Bonaparte trouve refuge dans la maison lévie à Ajaccio

 

- 28, rue Fesch, plaque apposée le 5 mai 1921 (la date mentionnée est mai 1914) :

Trois jours de mai 1793
Napoléon Bonaparte
poursuivi par les Anglo-Paolistes
reçut “l’Asile de l’amitiÉ”
chez Jean-JÉrÔme Lévie
ancien maire
qui y assembla ses montagnards
armÉs.
Les gendarmes s’Étant prÉsentÉs
pour opÉrer l’arrestation
J. J. Lévie sut les Éloigner
sans lutte
et la nuit mÊme
il fit sauver Bonaparte
par mer
pour gagner Calvi
et de lÀ les cÔtes de Provence.

Sept mois aprÈs (21 dÉc.)
Bonaparte reprenait Toulon.

 

                        Sscription publique
                                   mai 1914

 

La maison familiale des Bonaparte est saccagée et partiellement incendiée par les paolistes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Grotte du Casone à Ajaccio

Il semblerait que Napoléon s'y soit réfugié quelque temps en mai 1793.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8 mai 1793 : Bonaparte réussit à quitter Ajaccio en gondole

10 Mai 1793: il débarque à Macinaggio, dans le nord de l'île, d'où il rejoint Bastia, où il rencontre les commissaires de la convention, salicetti et Lacombe Saint-Michel.

 Le texte complet de la plaque était le suivant :

[Souve]nirs historiques
[le 13 juillet 1]790 Pascal Paoli revenant
[d’exil s’Écria en] dÉbarquant ici Ô ma patrie
[je t’ai laissÉe e]sclave et je te retrouve libre.
[Le 10 mai 17]93 NapolÉon Bonaparte
[venant d’Ajac]cio dÉbarque À Macinaggio
[se rend À Bas]tia puis À Toulon pour Y
[accomplir son] prestigieux destin.
 il ne devait
[plus revoir son] Île 

[DON DES FAMILLES] FRANCESCHI - TULLI ET CHRISTIANI
[M. CHIARISO]LO ÉTANT MAIRE : aoÛt 1937

Mais comme la plaque a été coupée, la partie de gauche, les parties entre [... ] ne sont plus visibles. La dernière affirmation est cependant erronée, Napoléon Bonaparte revint en Corse le 1er octobre 1799 en revenant d’Égypte.

 

Menacés dans Ajaccio, les Bonaparte (Letizia, Fesch,  Elisa, Pauline) se réfugient  dans leur propriété des Milelli. Cet abri n'est. cependant pas assez sûr.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fin mai 1793, les Bonaparte se réfugient, sur les conseils de Napoléon, à la tour du Capitello. Il compte les y retrouver pour les conduire en sécurité. La tour se trouve sur la partie est de la baie d'Ajaccio.

 

 

La tour, telle qu'on peut la voir de la mer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

31 mai 1793 : il retrouve sa famille à la tour du capitello
 

2 JUIN 1793 : les Bonaparte se rendent à Giraglia.

Début juin 1793 : A calvi

Début juin, les Bonaparte se réfugient à Calvi chez le parrain de Napoléon, Laurent Giubega. Napoléon les rejoint le 3 juin.

La maison du parrain de Napoléon se situe dans la citadelle, à l’ancienne gendarmerie, carrughju Giubega, (au croisement avec le carrughju Agnese).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

syndicat d’initiative
---------------------
Dans cette maison fut reçu
par Laurent Giubega
son parrain
NapolÉon Bonaparte
fuyant Ajaccio
avec toute sa famille.
mai-juin 1793

 

11 juin 1793 : Les Bonaparte quittent la Corse pour Toulon

 Ils s'établissent à la Valette

   

Fin juin-début juillet 1793 : la famille vient s'établir à Marseille
 

Napoléon se rend à Nice, pour rejoindre le détachement du 4ème régiment d'artillerie qui s'y trouve.

   

28 juillet 1793 : à Beaucaire, une discussion mouvementée a lieu entre Bonaparte et quatre marchands venus pour la foi.
Rentré à son logement, il rédige le célèbre récit " le Souper de Beaucaire
ou dialogue entre un militaire de l’armée de Carteaux, un Marseillais, un Nîmois, et un fabricant de Montpellier".


Le Souper de Beaucaire, par Jean-Jules-Antoine Lecomte du Nouÿ

 

Le syndicat d’initiative de Beaucaire a apposé une plaque avec un bas-relief au 11 de la rue Adolphe-Méric. Elle porte l'inscription :

"Je me trouvais À Beaucaire
le dernier jour de la foire"

           napolÉon Bonaparte

le souper de Beaucaire
29 juillet 1793 
  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


4-5 Septembre 1793

La Ciotat, 58, rue des Poilus, Bonaparte y passe les nuits des 4 et 5 septembre.


Merci à M. Hennequin pour ces photos.

LE CAPITAINE D'ARTILLERIE
NAPOLEON BONAPARTE
PREPARANT LE SIEGE DE TOULON
DORMIT DAN CETTE MAISON
LES 4 ET 5 SEPTEMBRE 1793

17 Septembre - 19 décembre 1793 : Siège de TOULON (pour plus de détails sur le siège de Toulon, suivre le lien)
 


Source Wikipedia Commons


Panorama de Toulon, vu du Mont Faron (sans notes)
 


Panorama de Toulon, vu du Mont Faron (avec notes)


Le Fort (du) Faron existait déjà en 1793, mais son apparence actuelle est principalement due à sa reconstruction en 1845.

17 septembre 1793 :  le Capitaine Bonaparte, du 4ème d'artillerie de Nice, se présente au général Carteaux à Ollioules

18 septembre 1793 : il commence à réorganiser l'artillerie qui participe au siège de Toulon

19 septembre 1793 : il réussit à faire fouir les navires anglais qui bouchent le passage de la petite rade.  il reçoit le surnom de "capitaine canon".

 22 septembre 1793 : échec de la tentative ordonnée par le général Carteaux de prendre le fort de l'éguillette

Suite à cela, les Anglais renforcent le promontoire du Caire, qui deviendra le "Petit Gibraltar"

14 octobre 1793 : Bonaparte commande une contre-attaque victorieuse contre les Anglais qui tentaient de s'emparer des plateaux des Arènes, de Gaux et de Goubran.

23 octobre 1793 : Carteaux est relevé de son commandement.

13 novembre 1793 :  le général doppet lui succède

 15 novembre 1793 :   échec d'une tentative française de prendre le fort Mulgrave.

 16 Novembre 1793 :  Doppet est à son tour "limogé" (si on peut se permettre cet anachronisme !)

le général Jacques François Coquille, dit Dugommier lui succède

1er décembre 1793 : Bonaparte est nommé adjudant-général

30 novembre 1793 :  tentative de sortie par les assiégés. les troupes alliées sont repoussées avec pertes.


Le fort Balaguier vu du côté terre.

15 décembre 1793 :  début de l'offensive sur Toulon

SUR CE RIVAGE EN DÉCEMBRE 1793,
VINRENT ABOUTIR VICTORIEUSEMENT LES
OPÉRATIONS DE GUERRE ENTREPRISES PAR
L’ARMÉE DE LA CONVENTION POUR LA
LIBÉRATION DE TOULON
LE FORT DU "PETIT GIBRALTAR" AYANT SUCCOMBÉ SOUS
LE FEU DES BATTERIES FRANÇAISES ET
LES ASSAUTS DE L’INFANTERIE.
"ARMÉE CONDUITE PAR DUGOMMIER
ET LE COMMANDANT D’ARTILLERIE / NAPOLÉON BONAPARTE."

Le fort du "Petit Gibraltar" était le fort Mulgrave

Egalement dans le fort, cette tête de Bonaparte avec l'inscription :

DON DE
MONSIEUR JEAN PIETRI
AMITIES DES CORSES DE LA SEYNE
MAIRE DE QUENZA

 19 décembre 1793 :  prise de Toulon

 22 décembre 1793 : Bonaparte est nommé général de brigade (à titre temporaire)

 26 décembre 1793 :  il est nommé général de brigade à titre définitif et chargé de l'inspection des côtes méridionales de la France

 

1794

    Retour à la page d'accueil