Nicolas François Thérèse Gondallier de Tugny

 

Bouffignereux (Aisne) 1770 - 1839 Bourguignon-sous-Montbavin (Aisne)

general (maréchal de camp) D'Artillerie - baron de l'Empire

Restauration : date inconnue

Cimetière intercommunal de Bourguignon-sous-Montbavin et de Royaucourt

 

 

De gueules au chevron d'argent, accompagné en pointe d'une pile de boulets d'argent, le tout surmonté d'un comble d'or chargé d'un lion contourné de sable ; au franc-quartier des barons militaires


 

Nicolas - François - Thérèse Gondallier de Tugny est né à Bouffignereux (Aisne), le 26 janvier 1770, fils aîné de César-François Gondallier, seigneur de Tugny, chevau-léger de la Garde du Roi, et d'Antoinette Levesque de Tourmont. Il était l'aîné de quatre enfants, trois fils et une fille ; ses deux frères puînés ont laissé postérité. Il appartenait à une famille de Picardie qui a possédé le fief de Tugny, et porte pour armes : d'azur (alias de sable) au lion d'argent, au chef du même, chargé de trois roses de gueules

Breveté sous-lieutenant à l'École militaire de Paris, 26 janvier 1785, il est reçu élève sous-lieutenant d'artillerie, le 46e sur 48, à l'École d'artillerie de La Fère, 1er septembre 1786.

Nommé le 30e sur 41, officier surnuméraire au 7e régiment d'artillerie à pied, 1er septembre 1789; lieutenant en 2nd, 1er avril 1791; lieutenant en premier, 6 février 1792; employé à l'armée du Nord, 1792; adjudant-major, mars 1792; capitaine en 2nd, 26 juillet 1792; employé à l'armée de la Moselle de novembre 1792 à avril 1795. Il combat à la bataille d'Arlon le 9 juin 1793. Nommé capitaine en premier le 21 décembre 1793; à l'armée de Sambre-et-Meuse, 1795-1797.  Il sert ensuite aux blocus de Luxembourg et de Mayence.

Il épouse le 3 octobre 1797 Jeanne-Louise-Nicole-Eléonore de la Bretesche, née le 26 avril 1768 à Montbavin, dont il eut trois enfants :
- Marie-Juliette-Charlotte Gondallier de Tugny, née le 2 février 1799 (ou 1793) à Bourguignon; mariée le 25 avril 1827 à Pierre-Hippolyte Poinsot, ancien page de l'Empereur.
- Michel-Aimé (ou Anne)-Marie Gondallier de Tugny, né le 24 janvier 1800.
- Augustin-Nicolas-Victor Gondallier de Tugny, né le 12 septembre 1802, qui deviendra colonel du 90e régiment d'Infanterie de Ligne.

Il sert à l'armée d'Angleterre de 1798 à 1799, puis à l'armée du Rhin de 1800 à 1801.

                   Il combat  à Hohenlinden, 3 décembre 1800.

Chef de bataillon au 6e régiment d'artillerie à pied, 27 avril 1802.
Major au 2e  régiment d'artillerie à pied, le 22 juin 1804.

E
n Italie, 1805; puis à l'armée d'Italie sous Masséna, 1805­1806.

Colonel du 5e régiment d'artillerie à pied le 10 juillet 1806. A l'armée de Naples de 1806 à 1809.

Autorisé à passer au service de Naples comme général de brigade par décision impériale du 31 décembre 1809. Commandeur de l'Ordre royal des Deux-Siciles vers 1811.

Il est nommé baron de l'Empire par lettres patentes du 10 ou du 15 avril 1812. Le nom patronymique "Gondallier" ne figure pas sur les lettres patentes. (donataire (r. 4000) en Hanovre le 15 août 1809 )

Il passe général de division au service de Naples le, 27 juin 1813, puis commandant de l'artillerie napolitaine, puis ministre de la Guerre et de la Marine à Naples. Il démissionne du service de Naples le 25 janvier 1814.

Il rentre en France et reste sans emploi et sans solde.

Nommé commandant en chef l'artillerie du 9e Corps sous Brune le 15 avril 1815.

Il quitte son commandement le 10 août de la même année et se retire dans ses foyers.

Admis à la retraite de maréchal de camp le 6 octobre 1815. Confirmé maréchal de camp au service de France le 5 novembre 1816.
(Assez  bizarrement, son dossier de pension mentionne le grade de lieutenant-général. Il s'agit vraisemblablement d'une erreur.)

Ici a vécu
Nicolas - François - Thérèse
Gondallier de Tugny

le 26 janvier 1770 à Bouffignereux (Aisne)
=
Le 30 octobre1838 à Bourguignon.

compagnon d'armes de Napoléon Bonaparte et fut officier de la République
puis général d'Empire.
Il servit sous les ordres en particulier des généraux Bonaparte, Hoche et moreau.
i
l participa au blocus à Luxembourg et Mayence en 1793 et à la bataille de HOHENLINDEN
le 12 frimaire an 9.

Il prit le commandement de l'artillerie du Royaume de
NAPLES à la tête duquel se trouvait Joaquim Murat, puis il devint ministre de la guerre et de la marine de ce Roy-aume, jusqu'en 1814.

Après l'empire, il se retira à Bourguignon dont il devint
maire et où il acheva son existence.

Il se retire à Bourguignon-sous-Montbavin, dans l'Aisne, où il devient maire.

La mairie de Bourguignon-sous-Montbavin, où résida le général

 Il y meurt le 30 octobre 1839.

 

à la mémoire de

Nas Fois THse Gondallier

Bon de TUGNY

Lt Gal d'artillerie

né le 26 jer 1770

décédé le 30 Xbre 1839

-------------------------

et

à celle

de

Jne Lse Nle ELEre de la Bretesche

bonne de Tugny

Née le 26 avril 1768

décédée le 2 8bre 1850

--------------------

 priez pour eux

 

Ici
repose
le baron Arthur
Gondallier
de TUGNY
 Chef de bataillon
officier de la Légion d'honneur
décédé le 14 février 1886
à l'âge de 51 ans

On remarquera, à la droite de la tombe du général, celle du chef de bataillon Arthur Gondallier de TUGNY.
A la gauche du général, tombe d'Alice Gondallier de TUGNY, veuve du colonel Abadie.
Deux tombes plus sur la gauche, on notera celle de sa fille et de son gendre, Pierre-Hippolyte Poinsot, page de l’Empereur.

On notera également deux tombes de la Guerre de 70 dans ce cimetière:
- Marie Charles Henri Doquin de Saint-Preux, capitaine d'état-major tué à Gravelotte et
- Antoine Louis Fontaine, garde  mobile, mort victime de la guerre à Bourguignon.

 

Source:
- Révérend, A, Armorial du Premier Empire: Titres, majorats et armoiries concédés par Napoléon 1er, au bureau de l' "Annuaire de la Noblesse", 1911

- Six, Georges, Dictionnaire biographique des Généraux & Amiraux français de la Révolution et de l'Empire (1792-1814), Saffroy, éditeur, Paris,1934.

              Retour à la page de récapitulation des restaurations

    Retour à la page d'accueil