Henri Gatien BERTRAND

 Châteauroux (Indre) 1773-1844

comte de l'Empire

GÉNÉRAL de DIVISION

 


Il naquit à Châteauroux (Indre) le 28 mars 1773, il avait étudié pour entrer dans les ponts et chaussées; il servit d'abord dans la garde nationale de Paris. Le 10 août son bataillon se porta aux Tuileries pour défendre la royauté constitutionnelle. Sous-lieutenant dans la guerre des Pyrénées en 1795 et 1796; l'année suivante il fit partie de l'ambassade envoyée à Constantinople. Employé dans l'expédition d'Égypte, Bertrand y reçut les brevets de lieutenant-colonel, de colonel et de général de brigade. Aide-de-camp de Napoléon après la campagne d'Austerlitz, et général de division, grand maréchal du Palais, à la mort de Duroc; commandant en chef des glorieux débris de l'armée française, après la bataille d'Hanau; aide-major général de la garde nationale en 1814. Bertrand accompagna Napoléon à l'île d'Elbe, revint en France avec lui, et le suivit encore à Sainte-Hélène. Le 7 mai 1816, Bertrand fut condamné à mort par contumace; à son retour en 1821, Louis XVIII annula le jugement et le réintégra dans tous ses grades. Appelé peu après à la Chambre, il siégea à gauche. Chargé de présider à la translation des cendres de l'Empereur, il alla à Sainte-Hélène avec l'escadre; précédemment il avait remis au Roi les armes léguées par Napoléon à la France, et qui doivent être déposées sur son tombeau aux Invalides. Bertrand fit preuve de talent et de  courage à Austerlitz, et, après la bataille on le vit, à la tête d'un faible corps, ramener un grand nombre de prisonniers et 19 pièces de canon. II attaqua et prit la forteresse de Spandau, le 25 octobre 1806. Il se conduisit vaillamment à Friedland, et rendit le service le plus essentiel de la campagne à Essling (1809) par la rapide construction des ponts hardis établis sur le Danube. Sans l'active habileté de Bertrand, l'armée française, enfermée dans l'île de la Lobau ne pouvait se porter sur le champ de bataille de Wagram.
Il rendit des services non moins importants dans les autres campagnes.

 

 

16- 18 OCTOBRE 1813 : BATAILLE DE LEIPZIG

Apelstein 23 Bertrand (Plagwitz, Heine Platz)

L'Apelstein 23 marque la position du IVème Corps du général Bertrand, le 16 octobre.

General

Graf

BERTRAND

IV. Corps

10.000 M.

 

 


Le général Bertrand est mort le 5 février 1844. Il est tout d'abord enterré dans la sépulture de la famille Bertrand à Châteauroux. Sur la proposition de M. de Briqueville ses cendres reposeront aux Invalides auprès de celles de Napoléon.
C'est le 15 mai 1847 que le corps du grand-maréchal a été déposé dans cette demeure.

MULLIé, C.,  Biographie des Célébrités militaires des armées de Terre et de Mer de 1789 à 1850, Poignavant et Compie, Editeurs, Paris, s.d..

 

2 octobre 1813 : bataille de Wartenburg

 

Monument Yorck à Wartenburg.

 

 

18 février 1814 : bataille de Montereau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Montereau-Faut-Yonne, en face du monument aux Gendarmes, sur le rond-point, un nouveau monument vient d'être inauguré, il s'agit d'une statue du général Bertand.
 

Merci à M. Bruno Ballery pour cette photo.

 

Reims, Mont-Saint-Pierre.

Napoléon
dirigea
de ce lieu
la reprise
de
Reims
13 Mars 1814

 

Le commandant Lachouque, qui devait avoir de meilleurs yeux que moi, a réussi à discerner sur les autres côtés du monument les noms de :
Marmont, Ney, Berthier, Lefebvre, Bertrand, Drouot, Friant. Lagrange, Ricard, Exelmans, Krasinski, Defrance, Arrighi, Bordessoulle, Pierre Boyer. Sébastiani, Colbert, Letort, de Ségur, Merlin, Pelleport, Piquet.

En fait, la carte postale ancienne montre que les noms étaient bien plus lisibles à l'époque... sur l'ancien monument.

En effet, un examen attentif nous montre que, malgré des similitudes, il ne s'agit pas du même obélisque !

 

Reims, Parc de la Haubette

Etat-Major entourant Napoléon 1er
dans la nuit du 13 mars 1814 :

Marmont             Berthier

Ney                    Lefèvre

Drouot                 Bertrand

 

 

Le nom de Bertrand figure sur la plaque commémorative portant les noms de tous ceux qui étaient présents au Caillou, les 17 et 18 juin 1815, dans l'antichambre de la chambre de l'Empereur, pièce qui était sans doute la salle à manger en 1815,

 

La place Sainte-Hélène à Châteauroux, qui reprend la forme et la superficie du pont de la Belle-Poule...

 

 

 

 

 

 

© D. Timmermans

 


Collection Hachette : Maréchaux d'Empire, Généraux et figures historiques (Collection de l'auteur)

 

Retour à la page Généraux

Retour à la page d'accueil