VIE DE NAPOLEON BONAPARTE

1789
 

1er avril 1789 : Caserné à Auxonne, il se rend à Seurre, où il reste au moins jusqu'au mois de mai.

Début avril 1789, il se rend à l’abbaye de Cîteaux. Il y déjeune avec le père supérieur, dom François Trouvé.

Peu après, il revient, accompagné de quatorze artilleurs, pour réprimer une révolte chez les moines.
"Les religieux s'emparèrent des clés de tous les magasins y voulurent forcer l'économe à leur rendre compte des immenses revenus de l'abbaye. On vint chercher du secours à Seurre. Le lieutenant Bonaparte s'y rendit avec une partie de son détachement et, sans prendre d'ordre de personne, il donna raison à l'abbé, fit arrêter trois ou quatre moines les plus mutins, les enferma dans le cachot et arrêta complètement l'insurrection."

Mémoires du Comte de Thiard, qui situe l'événement en 1790, ce qui est impossible, car Napoléon est en Corse toute cette année. Or, selon certains historiens, cette révolte des moines eut bien lieu en 1790. Ce ne serait donc pas Napoléon qui aurait remis de l'ordre.

Ce qui est donc bien sûr, c'est que Napoléon s'est rendu à l'abbaye de sitôt début avril 1789 ( avec Alexandre de Mazis,  qui le confirme, et en 1791.

 Ce qui est douteux, c'est la répression de la révolte des moines. On notera qu'il n'y a rien à redire à la formulation du textede la plaque commémorative du Souvenir Ndeapoléonien.

 

NAPOLEON BONAPARTE
EST PASSÉ
A l’ABBAYE DE CITEAUX
EN AVRIL 1789
ET
LE 23 MAI 1791

 

 

Plaque apposée le dimanche 12 septembre 2010 par la délégation de Bourgogne du Souvenir napoléonien.

12 juin 1789 : il rédige sa célèbre lettre à Paoli

Général,
Je naquis quand la patrie périssait. Vingt mille Français vomis sur nos côtes, noyant le trône de la liberté dans les flots de sang, tel fut le spectacle odieux qui vint le premier frapper mes regards…Vous quittâtes notre île et, avec vous, disparut l’espérance du bonheur.

19-20 juillet 1789 : il assiste à des émeutes populaires à Auxonne

9 août 1789 : Il demande son second congé de semestre
Pour son premier congé de semestre, il s'était absenté durant 21 mois ( il avait eu 12 mois et demi de congés particuliers). Deux ans plus tard -  son premier congé s'étant terminé le 15 mai 1787 -  il a droit à un deuxième congé de semestre à partir du 1er septembre 1789.

23 août : pRESTATION DE SERMENT SUR LA PLACE DES cASERNES à aUXONNE

9 SEPTEMBRE : départ D'AUXONNE pour la Corse
 

fIN SEPTEMBRE : arrivéE à Ajaccio

5 Novembre 1789 :  il  tente de convaincre les officiers municipaux de Bastia de la nécessité de créer une Garde nationale.

30 novembre 1789
Le décret de réunion de la Corse à la France est adopté par l'Assemblée nationale constituante, sur la proposition de Christophe Saliceti, à la suite de la lecture des lettres de la commune de Bastia et d'habitants d'Ajaccio, réitérant les cahiers de doléances.
La Corse fait désormais partie de l'"Empire français".

 

 

 

 

 

1790

    Retour à la page d'accueil