Monuments napoléoniens en péril dans l'Yonne (89)

AVALLON

Avallon, c'est vraiment la catastrophe en sursis. Tout le quartier ancien du cimetière St-Lazare est à l'état d'abandon et, pire encore, en cours de reprise (indiqué comme tel). Heureusement, celle-ci ne semble pas encore avoir commencé.

Nombreuses y sont les tombes de personnages ayant joué un rôle sous l'Empire.

- François Patrice Brade, (1779-1851) "BRADE FRANÇOIS PATRICE / OFFICIER EN RETRAITE/ NÉ LE 21 NOVEMBRE 1779 / À CHALON-SUR-SAÔNE / DÉCÉDÉ LE 5 AVRIL 1851." (Chapelle de style Empire. Carré 3 - Concession N°316). Voir la fiche de J.P. Bibet sur le site des APN (Amis du Patrimoine Napoléonien) pour plus de détails.

- Pierre Andoche Febvre, (né le 09/10/1773 à Avallon - décédé en 1854), chef de bataillon, chevalier de la Légion d'Honneur,

 

 

 

 

 

 

 

La tombe de Pierre Febvre : une dalle avec croix en fer entourée d'une grille, à la séparation entre l'ancienne et la nouvelle partie du cimetière, à gauche du monument Lombard (cf. infra).

 

- Pierre Antoine Fichot-Tresolle. Né le 08/07/1782 à Lormes, dans la Nièvre – mort le 29/01/1842. Chevalier de la Légion d'Honneur et de St-Louis, capitaine (Lieutenant au 35ème de Ligne, selon la base de données de l'ordre de St-Louis).

ici repose

 pierre antoine

 fichot tresolle

 commandant de la garde

 nationale d'avallon

 capitaine en retraite

 chevalier des ordres

 de St-Louis et de la

Légion d'Honneur

 décédé le 29 janvier

1842

 dans sa 60ème année

 bon époux et bon père

 il emporte les regrets

de sa femme et de tous

ceux qui l'ont connu

 requiescat in pace 

 

Dans l'ancien carré, grande dalle avec croix en fer, près du mur ouest.

 

 

- Paul Lombard, sous-lieutenant au 5e chasseurs à cheval en 1797, il est blessé à Austerlitz. Lieutenant (Déc. 1805), puis capitaine adjudant-major en 1807, il est nommé chef d'escadron en 1809, puis major en 1813. En 1814, il participe au blocus de Hambourg.

 

 

 

 

 

 AU

MAJOR LOMBARD

1769-1851

 

 

 

Pyramide adossée à la séparation entre l'ancienne de la nouvelle partie du cimetière.

– François Patrice Brade. Sergent-major au 2e de ligne en 1811, il sert en Russie, en Saxe et en France. Sous-lieutenant le 3 avril 1814, il est affecté aux Cent-Jours affecté au 4e de ligne en dépôt en France : « BRADE FRANÇOIS PATRICE / OFFICIER EN RETRAITE / NÉ LE 21 NOVEMBRE 1779 / À CHALON-SUR-SAÔNE / DÉCÉDÉ LE 5 AVRIL 1851. » (Mausolée de style Empire, carré 3, concession n° 316).
– Philippe-Joseph-Marie Caristie, ingénieur, participe à l’expédition d’Égypte, membre de la commission des sciences et arts ; et son frère Auguste-Nicolas Caristie, architecte, prix de Rome d’architecture (1813). (Ancien carré, groupe de quatre grandes stèles adossées au mur ouest).


- Joseph Chopard, (° 09/03/1773 à Avallon - + en 1852). Caporal (1793), sous-lieutenant à la 65e demi-brigade de ligne (An VII), lieutenant (An X), capitaine (1807), puis chef de bataillon au 50e de ligne (1812). Il est blessé à Lützen,
chevalier de la Légion d'Honneur. (Carré 1, dalle, sépulture à l’état d’abandon).

- Jean Nicolas Julien Chuillot de Plo. (° 10/04/1774 à Avallon- + 1846) général, chevalier de la Légion d'Honneur.

– Joseph Compère, il fait carrière au 50e de ligne, caporal (an VII), sergent (an VIII), sergent-major (1808), sous-lieutenant (1810), lieutenant puis capitaine (1813). Affecté à la Grande Armée (1805-1807), puis en Espagne et au Portugal (1808-1813). Blessé quatre fois, dont la dernière blessure reçut à la bataille de Bautzen. (Ensemble de deux dalles, Vieux carré. Vers le mur Nord et au centre de celui-ci).

– François-Simon-Étienne-Barthélemy Finot, major du génie en 1813, prisonnier à Torgau le 6 janvier 1814, cité chevalier de l’Empire dans son dossier de la Légion d’honneur. (Vieux carré).

– Joseph-Jean Gontard, capitaine. Au 1er dragons en 1794, il y gagne tous ses grades jusqu’à celui de capitaine en 1810. Il a été blessé à Austerlitz et à Iéna. Inscriptions illisibles . (Carré 1,ensemble de trois stèles, contre le mur ouest).

– Charles-Ambroise de Gouvenain, capitaine. Élève de Saint-Cyr en 1812, il est nommé sous-lieutenant au 143e de ligne en 1813. Capitaine adjudant-major au 13e de ligne en 1815, il termine sa carrière comme général. (Stèle surmontée d’une croix de pierre avec Légion d’honneur, entourée d’une chaîne, à gauche de l’allée principale).

– Claude Nérin. Engagé volontaire en 1775 dans le régiment de Brie devenu 24e de ligne, lieutenant en 1792, capitaine en 1793, chef de bataillon en 1794, il est promu chef de brigade de la 47e demi-brigade de ligne en 1795, puis de la 97e demi-brigade de ligne en 1796. Colonel du 64e de ligne en 1803, il commande la place d’Ulm en 1805, puis la province de Prignitz en Prusse (1806). Retraité pour blessures en 1807. Il a servi à la Trebbia, à Gênes, au camp de Boulogne, en Allemagne, en Prusse et en Pologne. Créé baron de l’Empire en 1810, il est maire d’Avallon nommé par l’Empereur pendant les Cent-Jours. (Double concession en terre battue entourée d’une grille. Sur une des pierres on lit l’épitaphe : « Anne Antoinette Anastasie (1814-1891). Fille du colonel baron Nérin, épouse de Pierre Nicolas Arthault de Vergoncey. » Ancien carré sur la gauche de l’allée principale, contre le mur ouest).

 

- Antoine Joachim (° le 12/01/1764 à St-André (Yonne)- + en 1824) chevalier de la Légion d'Honneur.

 

BÉON

Si le cimetière de Béon, près de l'église qui surplombe le village, contient la très belle et émouvante tombe de Pierre Bourderon, récemment restaurée par l'ACMN, il devrait aussi contenir celles-ci, pour autant qu'elles existent encore.

- Louis Ragon des Essarts. Marin sur le brick L'Épervier, il est fait prisonnier par les Anglais le 26 juillet 1803. Maire de la commune en 1814. 

 

 

 

 

 

 

 

Hélas, je crains fort que sa tombe se soit effondrée (voir photo). La seule inscription lisible est celle de sa fille (?). La tombe à gauche de celle-ci, adossée à la même grille, est tombée sur sa face, rendant la lecture impossible. C'est peut-être celle de Ragon.

Autres personnages de l'Empire enterrés à Béon :

- Edme Pierre Billault (° le 29/06/1786). Engagé le 04/07/1809, sert 6 ans, 3 campagnes, une blessure, médaillé de Ste-Hélène.

- Blaise Gabillault, (° 06/10/1805), sert 6 mois en 1815, médaillé de Ste-Hélène. 

- Jean Baptiste Contrault, (° le 02/01/1793). Engagé en 1813, sert 1 an ½ , 1 campagne, une blessure, médaillé de Ste-Hélène.

- Laurent Lauré, (° en déc 1804) . Engagé en 1815, sert 1 an, médaillé de Ste-Hélène.

- Philippe Lauré, (° 01/05/1790). Engagé en 1809, sert 2 ans, 1 campagne, une blessure, médaillé de Ste-Hélène.

- Jean Lurol (° le 17/07/1789). Engagé en janvier 1809 au 21ème chasseurs à cheval, sert 4 mois, médaillé de Ste-Hélène.

- Germain Maître, (° 15/06/1777). Engagé en 1798, sert 9 ans, 2 campagnes, médaillé de Ste-Hélène.

- Blaise Picard, (° février 1795). Sert 2 ans, médaillé de Ste-Hélène.

Je n'en ai malheureusement pas trouvé de trace.

MAILLY

Au cimetière communal de Mailly-le-Château repose Georges-François Bassin, lieutenant de la Garde des Consuls.

ici

repose

georges

françois

bassin

né le 19

avril 1770

décédé le 23

janvier 1834

époux de mme

L. Jne. brUnet

 

 

Au verso :

 

ENTRÉ AU SERVICE

DANS LES GARDES

FRANÇAISES EN 1787

OÙ IL SE DISTINGUA

PAR LE PLUS GRAND

DÉVOUEMENT POUR LA

PERSONNE DE SON ROI

APRÈS LA

CATASTROPHE DE 1793

AYANT PARCOURU

DIFFÉRENTS GRADES

IL ENTRA L’ANNÉE 1798

COMME LIEUTENANT

DANS LES GRENADIERS

DE LA GARDE DES CONSULS

COUVERT DE GLOIRE

ET D’HONORABLES BLESSURES

QU’IL REÇUT DANS LES

NOMBREUSES VICTOIRES

Où IL SE TROUVA.

LE GRADE DE CAPITAINE

DES VÉTÉRANS LUI FUT DÉCERNÉ

COMME RÉCOMPENSE DE SA VALEUR

ET DE SON COURAGE

HONNEUR ET PATRIE

TELLE FUT TOUJOURS SA DEVISE

il est descendu dans la tombe

emportant les regrets amers

d'une épouse à jamais inconsolable.

 

Obélisque  entouré d'une grille, à proximité de l'entrée de la chapelle.

 

MONTRÉAL

Dans le cimetière communal,  à droite du chevet de l'église, tombeau entouré d'une enceinte en pierres avec grille en fer forgé, où repose le général Habert.

Né à Avallon, le 22 décembre 1773, il s'engage en le 1e septembre 1792 comme volontaire au 4ème bataillon de l'Yonne, et est élu capitaine le même jour ! Deux jours plus tard, il est lieutenant-colonel en second au même bataillon. Participe à la première et à la seconde expédition d'Irlande. Au cours de cette dernière, il est capturé.  Echangé, il est envoyé en Egypte, où il devient aide-de-camp de Menou, qui le fait chaf d ebrigade sur le champ de bataille. Fait les campagnes d'Autriche, Prusse et Pologne (1805-1807). Fait ensuite la campagne d'Espagne jusqu'au bout, il ne rend Barcelone que le 28 mai 1814 ! Baron de l'Empire en 1811. Son sang coule à Wavre, le 18 juin 1815.

 

Sur le socle de la croix :

 

 

LE

SOUVENIR FRANÇAIS

AU

GÉNÉRAL

HABERT

 

Sur la pierre tombale:

 

ICI REPOSE

Mr le Baron  Pierre-joseph habert

lieutenant-général des armées du roi

grand officier de la Légion d'Honneur

et chevalier de l'ordre royal et militaire

de Saint-Louis

né le 22 décembre 1773

mort le 19 mai 1825. "

Il y a peu de temps, on trouvait encore dans le cimetière de Montréal les tombes du capitaine Méda -oui, le frère du célèbre colonel comte de Méda, mort des blessures reçues la veille de la bataille de Borodino, plus connu comme le gendarme Merda qui blessa Robespierre lors de sa capture- et celle du capitaine Miroglio. Hélas, toutes deux ont disparu et on ne peut qu'espérer que celle du général Habert ne suive pas la même voie.

Il serait peut-être temps que le Souvenir Français s'en occupe à nouveau. Vous pouvez les soutenir.

Nitry

Dans le cimetière communal repose le chef de bataillon Jean-Baptiste Carré (né le 20/10/1772 à Nitry)

 

Volontaire en 1791, parvient au grade de chef de bataillon en septembre 1813. Il sert au 5ème de ligne depuis 1799, en Italie, Dalmatie, blessé à Znaim d'un coup de mitraille au genou gauche. Il sert ensuite en Catalogne (1811-1813), à Landau (1814), puis en Belgique en 1815. Nommé chevalier de Saint-Louis le 17 août 1822.

ici repose

Mr jean-baptiste carré

DÉCÉDÉ À nitry le

22 août ….

âgé de … ans

chef de bataillon

chevalier des ordres de

 St-Louis  et de la

Légion d'Honneur.

 

Son monument, une colonne sur in piédestal, est entouré d'une grille. La tombe, abandonnée, se trouve contre le mur sud. Les inscriptions sont en partie illisibles.

NOYERS

–À  45 km au S.E. d'Auxerre par la N.6, puis la D.11 passé Vermenton et la D.49.

Au cimetière repose le capitaine Etienne de Bresse de Préfontaine, né le 03/10/1769 à Semur-en-Auxois, mort à Tonnerre le 02/01/1851.

ci-gît

ÉTIENNE DE BRESSE DE PRÉFONTAINE

CAPITAINE DE CUIRASSIERS

OFFICIER DE LA LÉGION D’HONNEUR

MORT À TONNERRE LE 2 JANVIER 1851

À L’ÂGE DE 82 ANS.

SA DEVISE FUT TOUJOURS :

HONNEUR ET PATRIE

PRIEZ DIEU POUR LUI.

 Stèles et dalles entourées d'une grille en fer forgé, coin arrière droit du cimetière, devant l'ossuaire.

Dans ce cimetière repose également Marie de Gassendi, née Davout. Je n'ai pas réussi à établir sa parenté avec le Maréchal.

THORIGNY-SUR-OREUSE

-A 15 km au N.E de Sens par la D 939.

Dans le cimetière communal, sépulture de Pierre-Antoine Blanchon (30.10.1794 (le 01/11/1794, selon d'autres sources -02.04.1869). Voir ici pour plus de détails.

Ici repose

victor blanchon

[…]

décédé le 2 avril 1869

âgé de 75 ans

 

Incorporé le 19 mars 1813. Fait les campagnes de Saxe, où il est légèrement blessé, de France et de Belgique.  Combat à Ligny, Waterloo et Paris, le 2 juillet 1815

Stèle caduque, à gauche de l’allée centrale, à droite et derrière le monument aux morts de 1870-71.

 

 

VERMENTON

- A 24 km au S.E. d'Auxerre.

 

À Vermenton, la situation est un peu comparable à celle d'Avallon, mais -heureusement- sans les sinistres plaquettes de reprise.

On y trouve plusieurs médaillés de Ste-Hélène, et même le secrétaire du Maréchal Davout.

 

Ici reposent :

- Edme-Nicolas Bonneville, né le 10 mai 1772 à Vermenton, secrétaire du général Davout en Egypte 1798-1800, Chevalier de la Légion d'Honneur  en 1805. Commissaire de guerres de seconde classe 1806-1810. Décédé le 18 juin 1845.

ICI REPOSE

EDME NICOLAS BONNEVILLE

COMMISSAIRE DES GUERRES

CHEVALIER DE LA LÉGION D'HONNEUR

DÉCÉDÉ LE 18 JUIN 1845 À L'ÂGE DE 73 ANS.

Monument entouré d'une grille, contre le mur nord, passé le monument aux morts.

 

- Jean-Antoine Mignot est né le 10 février 1790 à Vermenton (Yonne)

Il entre au service en 1807,  fait 16 campagnes ou 16 années de service, et est blessé 2 fois.

Il est nommé Sous-lieutenant, au 29e régiment de Ligne.

Entre en jouissance de sa pension le 1er janvier 1823, après  21 ans, 9 mois  et 27 jours de service.
Médaillé de Sainte-Hélène. Décédé le 27 févier 1881.

 

jean antoine

mignot

chevalier de la légion

d'honneur

médaillé de ste-Hélène

décédé le 27 février 1881

âgé de 91 ans

Stèle en pierre blanche contre le mur sud, vers le milieu de celui-ci.

 

- Auguste-Vital Ragon, médaillé de Sainte-Hélène, chevalier de la Légion d'honneur.

 

ici repose(nt)

mr auguste

vital

ragon

chevalier de la

Légion

d'Honneur

décédé à

vermenton

le 11 octobre 1858

dans sa 69ème

année

 Stèle contre le mur interne, près du mur nord.

 

- André Charles Boissard. Né à Vermenton, le 1er janvier 1785, y décédé le 23 juillet 1860, dans sa 76e année.

Entré en service en septembre 1805. Sert 2 ans et fait 3 campagnes. Une fois blessé. Médaillé de Sainte-Hélène.

 

 

Dalle et stèle au fond de l’allée centrale du cimetière.

 

- Benjamin Soliveau (Né le 15/05/1793 – décédé le 9 août 1862). Entre au service le 20/11/1812. Sert 4 ans et fait 4 campagnes, 1 blessure : "Benjamin Soliveau / décédé le 9 août 1862 / à l'âge de 69 ans" (contre le mur nord).

 

Retour à la page d'accueil des monuments en péril